!-- Go to www.addthis.com/dashboard to customize your tools -->
Hardinvestor HardinvestorTraduire: TraductionSuivre:  Hardinvestor sur TwitterHardinvestor sur FacebookVidéos Hardinvestor DailymotionVidéos Hardinvestor YoutubePartager:  Partager

Hardinvestor- Investir sur l’or et l’argent Hard Investor   |  Silver is King, Go gold!

Pourquoi et comment investir dans l’or et l’argent ? Plus qu’un placement d’opportunité, il s’agit avant tout de sécuriser le pouvoir d’achat de votre épargne contre l’érosion monétaire et les conséquences de la crise systémique mondiale, tout en déjouant les pièges que réserve le marché de l’or et de l’argent, à l’investisseur non averti.


 

 Partagez  |

virus H1 N1/ 1er cas en France, il est traité à Necker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
Messagevirus H1 N1/ 1er cas en France, il est traité à Necker
par g.sandro Ven 1 Mai 2009 - 18:07

1er cas de H1 N1 en France, il est traité à Necker affraid

homme de 37 ans ayant transité à Mexico après un séjour dans le Yucatan.



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12416

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: virus H1 N1/ 1er cas en France, il est traité à Necker
par marie Ven 1 Mai 2009 - 23:23

pour suivre l'évolution mondiale de la pandémie
http://www.idemc.org/

on peut aussi cliquer sur l'europe, ou même la france.. et on voit en "temps reel" l'évolution de la chose .



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19756

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: virus H1 N1/ 1er cas en France, il est traité à Necker
par g.sandro Sam 2 Mai 2009 - 1:24

2e cas en France...



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12416

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: virus H1 N1/ 1er cas en France, il est traité à Necker
par GdB Sam 2 Mai 2009 - 19:59

Ce battage mondial me laisse TRES perplexe....

Du grand n'importe quoi, on dirait qu'ils "cherchent les morts avec les dents"... à défaut de la croissance!

Ca permet en tout cas de bien dévier du sujet principal, la crise mondiale... Quand on a la santé ma bonne dame c'est le principal...

Un exemple du n'importe quoi résumé dans un article:

Citation :

L'épidémie de grippe mutante, qui aurait fait près d'une centaine de morts au Mexique depuis le 24 avril (selon un bilan non validé par l'Organisation Mondiale de la Santé), continue de se propager. 615 cas sont confirmés dans le monde, dont 17 mortels, répartis dans 17 pays.
http://tf1.lci.fr/infos/sciences/sante/0,,4401177,00-un-virus-moins-agressif-que-prevu-.html


17 cas mortels confirmés dans 17 pays dont une centaine au Mexique, bref là ils font fort... En clair la plupart des morts annoncés ne sont pas du tout confirmés comme liés à cette grippe! bon sang , bien sur n81

Une épidémie de grippe "normale" fait des centaines de milliers de morts dans le monde... je parle pas du paludisme (mais c'est des africains et des pauvres...) et bien sûr pas des 100 000 morts (silencieux) de l'amiante en France.

Je partage bien l'avis de l'auteur de cet article:

http://www.mediapart.fr/club/blog/claude-marie-vadrot/270409/la-grippe-porcine-est-nos-portes-et-monsanto-aussi

Bref... L'ANGOISSE l'ANGOISSE, L'ANGOISSE...

Et la grippe du MOUTON c'est pour quand?ye.s ye.s mdr mdr mdr



et aussi mon autre site
http://linflation.free.fr

 


   GdB

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   03/04/2006
  Messages :   1366

http://lenairu.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
MessageGRIPPE PORCINE : LE COMMERCE DE LA PEUR
par g.sandro Sam 2 Mai 2009 - 21:05

Lire aussi ça:




GRIPPE PORCINE : LE COMMERCE DE LA PEUR



http://diablogtime.free.fr/?p=1005



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12416

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: virus H1 N1/ 1er cas en France, il est traité à Necker
par GdB Dim 3 Mai 2009 - 17:28

Ben pour illustrer le point "Big Pharma" de l'article ci-dessus, et dans la lignée des "hasards" du type "Rumsfeld actionnaire chez Gilead Science qui détient le brevet du Tamiflu" (voir mon autre post) , celle-ci est pas mal non plus vous avouerez (et c'est piqué sur le site de la boite donc pas de spéculations sur la valeur de la source!):

http://www.sanofi-aventis.com/binaries/20090309_mexico_flu_fr_tcm29-24323.pdf

y'en a qui ont VRAIMENT du flair... ou bien?

GdB



et aussi mon autre site
http://linflation.free.fr

 


   GdB

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   03/04/2006
  Messages :   1366

http://lenairu.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
MessageLa citation du jour
par g.sandro Dim 3 Mai 2009 - 19:49

[*] En août
1988, la Deutsche Presse Agentur (DPA) rapporta cette déclaration du prince
Philip, alors président du WWF : « In the event that I am reincarnated, I would
like to return as a deadly virus, in order to contribute something to solve
overpopulation ». [Si j’étais réincarné, j’aimerais l’être sous la forme d’un
virus mortel afin de contribuer à résoudre le problème de la surpopulation
].

requin affraid fire



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12416

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: virus H1 N1/ 1er cas en France, il est traité à Necker
par GdB Dim 3 Mai 2009 - 20:48

Oui, ben celui là il a aussi participé au Bilderberg 2003:

http://www.syti.net/Organisations/Bilderberg.html (faire recherche sur la page)

Puisque j'en suis au Bilderberg, c'est toujours intéressant de jeter un oeil aux participants de ces réunions...

La fin du docu HHX2 montre lors d'une assez longue séquence les participants à la réunion de 2007... On y retrouve des têtes de Novartis, Syngenta, Lilly (pour parler des boites pharma). Evidemment Goldman Sachs est bien représenté...

Et on y trouve aussi... Timothy Geithner et Laurence Summers qui seront (là encore pur hasard!) rappelés aux affaires peu de temps après par l'administration Obama....

Comme souvent.

Le passage du film en question est là: http://www.dailymotion.com/video/x6v9xv_hhx02bilderberg-light-non-censure_news à partir de 9'29 (la fin c'est le gros mensonge de Calvi , Kahn et consorts sur C dans l'air: "Bilderberg? Ah non connais pas! requin )



et aussi mon autre site
http://linflation.free.fr

 


   GdB

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   03/04/2006
  Messages :   1366

http://lenairu.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: virus H1 N1/ 1er cas en France, il est traité à Necker
par GdB Mar 5 Mai 2009 - 8:52

http://reflechrire.canalblog.com/archives/2009/05/02/13586374.html

Vue la tournure des évènements il n'est pas impossible qu'on assiste à une polémique sur ce battage médiatique qui commence à révéler un gros flop...

Enfin, le problème c'est que ceux qui pourraient relayer ou lever cette polémique sont ceux qui ont alimenté le battage... MAis bon là le truc floppesque se dégonfle tellement vite que même les gogols moyens commencent à se poser des questions, c'est dire!

GdB



et aussi mon autre site
http://linflation.free.fr

 


   GdB

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   03/04/2006
  Messages :   1366

http://lenairu.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: virus H1 N1/ 1er cas en France, il est traité à Necker
par GdB Ven 8 Mai 2009 - 0:41

Extrait d'Arrêt sur Images sur le sujet:

http://www.dailymotion.com/video/x97p4m

Les morts mexicains, on ne sait même pas de quoi ils sont morts!

Ah les chiffres, les chiffres, les chiffres...

La réalité, bôf, pas grave.



et aussi mon autre site
http://linflation.free.fr

 


   GdB

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   03/04/2006
  Messages :   1366

http://lenairu.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: virus H1 N1/ 1er cas en France, il est traité à Necker
par g.sandro Ven 8 Mai 2009 - 22:26

En effet...n81 bon sang , bien sur

des résultats d'autopsie, ce serait quand même le minimum...bonnet d'âne yeuxx en bille



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12416

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: virus H1 N1/ 1er cas en France, il est traité à Necker
par GdB Lun 11 Mai 2009 - 19:39

De manière connexe à la question des vaccins, et en particulier des politiques vaccinales, je vous conseille de voir ce documentaire diffusé fin de l'année dernière sur France 5 "Silence, on vaccine":

http://video.google.com/videoplay?docid=8503852033482537965

Voir en particulier le passage à partir de la 43è minute, avec cette loi du Maryland imposant (sous peine de 10 jours de prison!) de se faire vacciner!!!

La question qui est bien posée en dernière partie de documentaire, c'est combien de personnes peut-on accepter, voire choisir, de sacrifier pour le bien de la "majorité", ou pour "l'intérêt général"?

Mais surtout, si on repose cette question en considérant certains aspects de nos sociétés actuelles :

-prérogatives de certaines élites et réseaux décideurs au détriment d'une démocratie plus large
-bénéfices considérables de certaines sociétés privées pharmas (avec à leur têtes des actionnaires qui sont aussi des décideurs importants: cf l'histoire de Rumsfeld!) si des politiques massives de vaccination et de "santé publique" sont engagées
-les plus riches ne sont pas préservés historiquement par les épidémies qui se répandent dans les couches de populations les plus pauvres car... les pauvres sont bien plus nombeux que les riches! Cf par exemple la peste...

alors on obtient des pistes de réponses potentiellement inquiétantes...

Ou est l'équilibre "bénéfices/risques" compte tenu de toutes ces "distorsions" présentes dans le système?

GdB

PS: pour info dans la première partie du docu, dans le passage concernant la myofascite à macrophage, on explique qu'on retrouve dans les macrophages des membranes des fibres musculaires des nanoparticules d'aluminium... Nanoparticules présentes dans certains vaccins, et qui apparemment se retrouvent là dans des cellules où elles ne devraient pas être...
http://www.sciencedirect.com/science?_ob=ArticleURL&_udi=B983V-4V74P8H-M&_user=10&_rdoc=1&_fmt=&_orig=search&_sort=d&view=c&_acct=C000050221&_version=1&_urlVersion=0&_userid=10&md5=8436518da96973c76e99402d01408757

Ceci rejoint et illustre la file que j'ai ouverte en forum privé sur les risques émergents et encore peu exploré des nano-matériaux... pourtant déjà employés dans de nombreux produits:

http://www.hardinvestor.net/le-cafe-f4/nanomateriaux-megarisques-t10146.htm



et aussi mon autre site
http://linflation.free.fr

 


   GdB

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   03/04/2006
  Messages :   1366

http://lenairu.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
MessageLe point de vue inverse, ce serait bien une pandémie dévastatrice...
par g.sandro Mer 20 Mai 2009 - 19:37

source Solidarité et Progrès

H1N1 : en France, la production du vaccin « commencera
dans quelques jours »



16 mai 2009 (Nouvelle Solidarité) — Dans un entretien avec le quotidien
lyonnais Le Progrès, Bruno Lina, virologue et directeur du Centre
national de référence de la grippe (CNR) de Lyon, fait le point sur la
situation.
Bien que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’ait pas encore décidé de
produire le vaccin, la France, dans un acte souverain, semble s’avancer
rapidement dans cette direction.
Extraits :
Le pic épidémique est-il devant ou derrière nous ?
Clairement devant nous ! A l’échelle planétaire, on ne devra pas traiter à la
fin 6000 mais 2 milliards d’individus infectés. C’est une certitude. L’ensemble
des pays va être touché car aucun d’entre nous n’a en lui d’antigènes pour
lutter contre ce virus, contrairement à celui de la grippe saisonnière. Seule la
moitié, toutefois, développera des symptômes.
Sait-on combien de temps l’épidémie va durer ?
Dans trois ans ce sera fini. Ce à quoi on assiste aujourd’hui, c’est au début
de la première vague d’une pandémie qui en comptera deux voire trois. Le Canada
va bientôt ressembler aux Etats-Unis. Le virus va ensuite gagner l’hémisphère
sud qui entrera dans l’hiver, un contexte « favorable » pour lui. Puis il
rebasculera vraisemblablement dans l’hémisphère nord vers le mois d’octobre, où
il touchera notamment la France.
Dans l’Hexagone, sur quel nombre de victimes les autorités et les
chercheurs tablent-ils ?

35% de la population française devrait être infectée, soit environ 20
millions de personnes. La létalité (taux de mortalité) du virus étant de 1 pour
1000, il faut donc s’attendre à de 20 000 à 30 000 morts sur notre territoire.
Actuellement, une personne infectée contamine 1,6 personne.
Doit-on se fier aux chiffres des autorités mexicaines qui annoncent 2000
cas ?

Au Mexique, il y a aujourd’hui entre dix à cent fois plus de personnes
infectées qu’on ne le dit. Ces cas ne découlent pas d’un décompte objectif et
exhaustif. On peut en revanche se fier aux chiffres des Etats-Unis ou du Canada,
qui comptent comme nous.
L’OMS va-t-il relever son niveau d’alerte ?
A vrai dire, l’OMS réfléchit actuellement à un franchissement de phase, de la
phase 5b vers la phase 6. Ce qui signifiera que nous serons passés à 10 000 à
20 000 cas supplémentaires d’infection par jour : ce sera la phase d’explosion
pandémique, et nous nous y acheminons.
Quel aspect du Plan Pandémie national reste le plus complexe à gérer ?

Pas la gestion du stock des masques et des traitements antiviraux, qui ne
seront pas périmés avant deux ans : le stock est train de se dispatcher un peu
partout en France. C’est même pratiquement terminé. Ce qui pose problème, c’est
de déterminer les groupes à vacciner. S’il n’y a aucun mort dans la tranche des
20-40 ans, que fait-on ? On vaccine ou pas ? Autre difficulté : si l’explosion
pandémique ne commence chez nous qu’en mars 2010, nous aurons probablement deux
vaccins à administrer à des personnes différentes. Celui contre la grippe
saisonnière, et celui contre la mexicaine.
Où en est-on de ce vaccin ?
Il est déjà bien avancé. En France, la production commencera dans quelques
jours. Et elle se destine à couvrir les 65 millions de personnes… Mais puisque
la planète entière va en avoir besoin, l’OMS émettra des recommandations pour
dire quel pays et quel groupe servir en priorité. On ne peut pas imaginer que
seuls les pays riches soient vaccinés ! Car il y aura également une phase
post-pandémique, et, quand on fera le décompte des victimes, il y aura des
comptes à rendre.
Quelle est la température, au sein des ministères ?
Il y a une agitation considérable à la Santé comme à l’Intérieur. L’énergie
dépensée est incroyable ! Mais c’est une agitation silencieuse, normale. (...)
Je passe six heures par jour au téléphone à échanger des informations !
N’avez-vous pas peur que la population et les médias relâchent leur
vigilance ?

Les chiffres seront là pour maintenir l’état d’alerte. Je ne vous dis pas
l’affolement quand il va y avoir le premier mort en France, surtout s’il est
jeune et en bonne santé !

Démanteler l’hôpital public pendant une
pandémie ?



16 mai 2009 (Nouvelle Solidarité) – Alors que médecins et personnels
hospitaliers étaient dans la rue jeudi pour arrêter la loi Bachelot, qui menace
de démanteler l’hôpital public en le soumettant à une gestion purement
financière, les plans de contingence des autorités françaises révèlent qu’en cas
de pandémie grippale provoquée par un type de virus nouveau, les capacités
d’accueil des établissements de soins seraient rapidement saturés et l’ensemble
du système de santé se retrouverait désorganisé.
Depuis octobre 2004, les autorités françaises ont conçu des plans de
contingence en cas de pandémie grippale, particulièrement s’il s’agissait d’« un
nouveau virus grippal contre lequel l’immunité de la population est faible ou
nulle ». Voici ce que dit la quatrième version, datée du 20 février 2009, du «
Plan national de prévention et de lutte ’Pandémie grippale’ », publiée par le
bureau du Premier ministre et du Secrétariat Général de la Défense nationale :
« La cinétique et l’impact d’une pandémie ont été modélises par l’Institut
de veille sanitaire sur la base des pandémies historiques. En l’absence
d’intervention sanitaire, le bilan français pourrait s’établir de 9 à 21
millions de malades, et de 91 000 à 212 000 décès en fin de pandémie. 500 000 à
un million de personnes pourraient développer des complications nécessitant leur
hospitalisation.
« Outre son impact sanitaire majeur, une pandémie pourrait provoquer
durablement : 1) une désorganisation du système de santé en raison de la
saturation rapide des services de soins ; 2) des difficultés graves pour
certains secteurs d’activités d’importance vitale ou d’autres services
essentiels au fonctionnement de la société et de l’Etat en période de pandémie ;
3) une désorganisation de la vie sociale et économique. »

Si ces estimations sont calculées dans le cas d’« absence d’intervention
sanitaire », la faible connaissance du virus A-H1N1 par les scientifiques, le
délai de production du vaccin ainsi que la limitation de cette capacité de
production, ne permettent pas de penser que la pandémie actuelle épargnerait un
pays comme la France. De surcroît, selon les derniers chiffres disponibles, le
nombre de lits dans les hôpitaux publics de l’hexagone est passé de 348 301 en
1992 à 294 802 en 2004.
Contrairement à la volonté actuelle de rentabilisation de l’hôpital public
qui sous-entend un taux d’occupation des lits de 100%, une véritable politique
de santé publique et de population doit prévoir en permanence 15% de lits
inoccupés, ainsi que le personnel qui va avec. MM. Sarkozy et Fillon devraient
au moins se réveiller, s’ils ne veulent pas perdre leurs électeurs dans une
éventuelle pandémie.



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12416

Revenir en haut Aller en bas
MessageA/H1N1 : Empêchons le retour de la « grippe espagnole » !
par g.sandro Ven 5 Juin 2009 - 23:52

24 mai 2009 - 18:16


Par Karel Vereycken

24 mai 2009 (Nouvelle Solidarité) — Le 13 mai, un virologue réputé
nous confiait avec émotion que l’humanité doit se préparer de toute urgence à
l’arrivée, vraisemblablement à l’automne, d’une pandémie de grippe aussi grave
que celle de la « grippe espagnole ».

Catastrophisme grotesque ? Conspiration des laboratoires pour
relancer leurs ventes ? Hélas non, car à ce jour, toutes les informations
disponibles nous obligent à reconnaître la réalité de cette inquiétante
perspective, à un moment où les dictats du monde financier ont fragilisé les
infrastructures de santé publique existantes.

Avec l’arrivée de cette pandémie dans un monde en contraction,
apparaît la
tentation monstrueuse d’un triage, entre pays riches et pauvres, entre personnes
« stratégiques » et celles que l’on condamne à ne jamais le
devenir.


S’exprimant au nom des financiers de la City, le Financial Times rapporte sans rougir que les Britanniques, après
avoir sécurisé leurs propres capacités de production d’un vaccin en prévision
d’une pandémie, ont habilement manœuvré pour éviter que l’OMS ne déclenche la « phase 6 » de l’alerte mondiale, se réservant ainsi toute
latitude pour accaparer les médicaments avant les autres ! Pour le reste de la
planète, ajoute le quotidien, « même en mobilisant toutes les
capacités médicales disponibles »,
seulement « 30% de la
population mondiale pourra disposer d’un vaccin » !


Si le souhait d’une réduction substantielle de la population
mondiale revient assez souvent dans la bouche des élites d’outre-Manche, en
France, pour l’instant, la décence oblige un Yves Cochet à le chuchoter en « off ».
Notons cependant que l’OMS a énergiquement réfuté les
allégations d’Adrian Gibbs, un chercheur australien de premier plan qui affirme
que le H1N1 s’est échappé d’un laboratoire.
Il n’est pas interdit de penser
que quelques complices l’ont aidé à « se faire la belle ».
D’ailleurs, cherchant à expliquer l’apparition du virus au Mexique, un chercheur
nous souffla ce commentaire métaphorique : « Pour nettoyer sa
maison, on commence par balayer devant sa porte. Et le Mexique est la porte des
Etats-Unis. Je n’ai aucune preuve concrète d’une telle accusation, mais c’est ma
conviction et je ne suis pas le seul dans mon domaine à le penser ».


La « grippe espagnole »

Examinons brièvement l’historique de la grippe espagnole. Au
printemps 1918, ils sont peu de responsables à s’émouvoir de quelques cas de
grippe détectés à Canton. Cependant, un bataillon de soldats américains
stationné en Chine la ramène aux Etats-Unis, où elle se répand dans la région de
Boston. Les premiers décès sont signalés dès la mi-septembre. Ensuite, l’envoi
en Europe des forces armées américaines et des troupes coloniales d’Asie, qui
transitent notamment par Bordeaux puis par Brest, facilite la propagation du
virus sur le vieux continent. La rumeur est alors lancée que la maladie
viendrait de boîtes de conserves importées d’Espagne, dans lesquelles des agents
allemands auraient introduit des microbes. Et puisque l’Espagne (non impliquée
dans la guerre) est le seul pays à publier des statistiques, la pandémie sera
surnommée « grippe espagnole ».

Face à elle, une Europe affaiblie par quatre années de guerre, de
malnutrition et d’effondrement sanitaire aura bien du mal à résister. Durant
l’hiver 1918-1919, la pandémie se répand en deux vagues sur tous les continents,
contamine un milliard d’individus (50% de la population mondiale) et provoque,
selon les sources, entre 21 (Institut Pasteur) et 50 millions de morts (OMS),
qui s’ajoutent aux 30 millions de morts de la Première Guerre mondiale. L’Inde
et la Chine perdent chacune 6 millions d’habitants, les Etats-Unis en perdent
549 000, le Royaume-Uni 220 000, le Japon 250 000 et la France 408 000.

Mutations

C’est ainsi qu’une grippe bénigne s’est métamorphosée en grippe
endémique. En se transmettant, le virus a gagné de vingt à trente fois en
virulence ! Si la mortalité d’une grippe ordinaire est de 1 pour 1000, soit
0,1 % (tuant entre 200 000 et 500 000 personnes annuellement), la grippe
espagnole en emporta 30 pour 1000, ou 3%.

En termes de virulence, trois pandémies font référence :

  • la grippe « espagnole » (A/H1N1), très sévère, de 1918 ;
  • la grippe « asiatique » (H2N2), moyennement sévère, de
    1957 et
  • la grippe de « Hong-Kong » (H3N2), moins sévère, de 1968
    (deux millions de morts).


Autre différence majeure avec la grippe saisonnière, qui tue dans
90% des cas des individus au-dessus de 65 ans : la grippe espagnole s’attaque
pour l’essentiel aux 20-40 ans.

La vérité sur le Mexique

Or, que constate-t-on ? Le 11 mai, une
équipe de chercheurs de l’OMS publie dans la revue scientifique américaine Science son bilan sur la situation mexicaine. L’enquête de
terrain recense, vers le 25 avril, au moins 23 000 malades, soit dix fois plus
que le nombre officiel reconnu par la hiérarchie de l’OMS à Genève !


A contrario, un chiffre plus élevé de malades implique une
proportion moindre de décès par rapport au nombre de patients. Les chercheurs
s’accordent alors sur un taux de mortalité entre 0,3 et 1,5%. Ils concluent que
la « sévérité clinique semble plus réduite que celle de 1918 mais
comparable à celle constatée en 1957 ».


Les autorités sanitaires mexicaines indiquent deux groupes de
population particulièrement exposés : les jeunes en bonne santé, qui meurent de
pneumonie foudroyante, et ceux qui souffrent de maladies chroniques, notamment
cardiovasculaires ou de tuberculose. Dans le village mexicain de La Gloria, d’où
est partie l’épidémie, 61% des victimes sont des adolescents de moins de 15
ans ! Le directeur général adjoint de l’OMS, Keiji Fukuda, a lui aussi reconnu
que « la moitié des morts sont des gens en bonne santé qui n’ont
aucune prédisposition pour attraper la maladie. C’est un comportement différent
d’une grippe ordinaire. »


Moyenne d’âge des victimes : 15
ans


Un
article du Washington Post de David Brown, publié dimanche 17
mai, basé sur les évaluations d’experts américains du Center for Disease Control
(CDC), confirme cette réalité, notant que le virus commence à se comporter « comme un mélange de ses prédécesseurs néfastes », telle « son ancêtre notoire, la grippe espagnole (…) L’aspect le plus
inquiétant jusqu’ici est le nombre d’adolescents et de jeunes adultes touchés
par la pandémie. On l’a constaté dès le début, mais ce profil se maintient après
avoir identifié et confirmé par des analyses médicales plus de 5000 cas. L’âge
moyen des cas confirmés et probables est de 15 ans. Les deux tiers des cas ont
moins de 18 ans. »


Le quotidien poursuit que « bien qu’on manque de
données pour conclure, sur les 174 personnes hospitalisées, plus de la moitié
appartient au groupe d’âge entre 5 et 24 ans ».
Pour expliquer ce phénomène,
les chercheurs formulent l’hypothèse que le système immunitaire d’un individu se
familiarise peu à peu avec une vaste panoplie de virus contre lesquels il
développe des rudiments de défense immunitaire, ce qui, tout comme en 1918, fait
cruellement défaut aux jeunes.

La France se réveille

En France, l’épidémiologiste
Antoine Flahaut, qui préside l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP)
de Rennes, ne croit pas au scénario de type grippe espagnole mais reconnaît que
35% des Français pourraient attraper le H1N1, ce qui pourrait se traduire, selon
lui, par 30 000 morts en France, c’est-à-dire cinq fois plus que pour une grippe
saisonnière.


Dans un
entretien avec Le Progrès, le virologue Bruno Lima, qui dirige
le Centre national de référence de la grippe (CNRG) de Lyon, partage ce
diagnostic, tout en prédisant « l’affolement » qui éclatera « quand il va y avoir le premier mort en France, surtout s’il est
jeune et en bonne santé ».


Parlant à Helsinki, le 18 mai, le virologue Albert Osterhaus brise le
consensus en affirmant que le monde devrait se préparer à affronter une pandémie
semblable à celle de la grippe espagnole de 1918.
Comme tous les
spécialistes, il craint que la grippe A/H1N1 continue à muter et se recombine
avec des souches de la grippe aviaire H5N1 ou d’autres, notamment lors de son
arrivée dans l’hémisphère nord cet automne.

« Le virus a trois options », résume ce célèbre
professeur du laboratoire Erasmus de l’université de Rotterdam, aux Pays-Bas. « Il pourrait tout d’abord disparaître spontanément, mais je ne suis
pas convaincu que ce soit le cas. (...) Il pourrait aussi entraîner une pandémie
douce, comme la grippe asiatique »
[en référence à l’épidémie de 1957-1958,
qui avait tué entre un et quatre millions de personnes].

Cependant, poursuit-il, « dans un scénario
catastrophe, nous aurions une grave pandémie, similaire à la grippe espagnole,
qui pourrait provenir de la mutation du virus (…) Je ne prédis pas que cela va
arriver, mais même s’il n’y avait que 10% de chances d’avoir un scénario comme
celui-là, nous ferions mieux d’être préparés ».


A ce jour, l’économiste américain Lyndon LaRouche est le
seul responsable politique à avoir publiquement répondu à l’appel des
virologues : « Comment pouvons-nous savoir qu’il ne s’agit pas
d’un retour de la grippe espagnole ? s’interrogeait-il le 13 mai. Il n’existe
aucune preuve significative en ce sens. Aussi, en attendant d’en savoir plus,
nous devons agir comme s’il s’agissait d’un retour de cette grippe. Jusqu’ici,
rien ne nous permet de dire qu’il ne s’agit pas d’un remake de la grippe
espagnole, ou pire encore ! »


Depuis 1973, LaRouche souligne le lien entre baisse du niveau de
vie, coupes dans les budgets de santé publique et apparition des pandémies.
Sauver une vie, ou découvrir comment la sauver, n’est jamais optionnel, car si
on refuse de le faire, on se prépare en quelque sorte à commettre l’irréparable,
comme les Nazis ont fini par le faire.

C’est donc une mobilisation d’urgence qui s’impose pour combattre
la pandémie :



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12416

Revenir en haut Aller en bas
virus H1 N1/ 1er cas en France, il est traité à Necker
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hardinvestor :: Argent - Or - Monnaie - Géopolitique / Forums publics :: Economie/Monnaie, Géopolitique, Environnement-Santé-
Sauter vers:




cours de l’or en dollar   cours de l’argent en dollar   cours du Hui   cours de l’or en euro   cours de l’argent en euro   ratio or argent