!-- Go to www.addthis.com/dashboard to customize your tools -->
Hardinvestor HardinvestorTraduire: TraductionSuivre:  Hardinvestor sur TwitterHardinvestor sur FacebookVidéos Hardinvestor DailymotionVidéos Hardinvestor YoutubePartager:  Partager

Hardinvestor- Investir sur l’or et l’argent Hard Investor   |  Silver is King, Go gold!

Pourquoi et comment investir dans l’or et l’argent ? Plus qu’un placement d’opportunité, il s’agit avant tout de sécuriser le pouvoir d’achat de votre épargne contre l’érosion monétaire et les conséquences de la crise systémique mondiale, tout en déjouant les pièges que réserve le marché de l’or et de l’argent, à l’investisseur non averti.


 

 Partagez  |

Sur le multiplicateur monétaire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSur le multiplicateur monétaire...
par GdB Sam 23 Jan 2010 - 2:51

je vous poste ci-dessous un petit récap d'un exercice très instructif que j'ai eu l'occasion de faire au cours de nos très actives réflexions sur la liste de diffusion monnaie à laquelle je participe par ailleurs...

Cela concerne le multiplicateur monétaire, qui désigne la capacité théorique d'une banque ou du système bancaire dans son ensemble de "multiplier" la monnaie scritpurale bancaire par le crédit. En clair: pour 100 de dépôts, combien de crédits peuvent être en théorie proposés? Si c'est 200, le coefficient k sera de 2 par exemple...

A l'origine de ces réflexions, une remarque d'un bouquin de l'ex DG du Crédit Agricole, Georges PAUGET dans son bouquin "Faut-il brûler les banquiers" qui est évidemment un bouquin au titre trompeur -la réponse est bien sûr NON NON NON!- puisqu'il défend la profession dont il était le représentant l'année dernière (Président de la Fédération Française des Banques)...

Il disait que pour 100 de dépots, une banque pouvait prêter 110, et donc créer 10 euros... seulement dirais-je!

En jouant avec les formules académiquement acceptées pour le multiplicateur k pour une banque et celui K pour le système bancaire (toutes les banques commerciales) dans son ensemble (je pourrai donner les formules mais j'en reste ici aux seuls résultats par concision...) on arrive à des remarques TRES intéressantes:

Les paramètres de "jeu" sur les formules sont le taux de Réserves Obligatoires auprès de la BC et le taux d'usage des billets (monnaie centrale) par rapport à la masse monétaire M1 (billets+dépots à vue scripturaux)...

Si on prend le taux réels des RO dans le cas de la BCE, 2% au max (c'est un peu plus compliqué mais je fais simple) et un taux d'utilisation des billets de 12%, on a:

Pour une banque: k= 1,0943 (on obtient 1,0923 pour RO à 4%)
Pour le réseau entier K= 7,26 (passe à 6,44 pour RO de 4%)

Première remarque: Pauget ne ment pas... en parlant d'une banque isolée (k autour de 1,10) MAIS il ment globalement puisque le multiplicateur global est lui d'un tout autre ordre! Dans les faits début 2009, une note Natixis de Patrick Artus précisait que les banques européennes généraient 4800 euros à partir de 1000 euros de dépôts avant la faillite de Lehman Brothers et que ce chiffre est ensuite tombé à 3500 euros après la faillite...

Pourquoi un tel écart avec les K ci-dessus. En fait le taux d'utilisation des billets en Europe n'est pas de 12% mais bien plus élevé en moyenne. Les européens ne sont pas tous aussi maniaques de la carte à puce que les français (on l'a inventée c'est vrai). 12% c'est peut-être le cas en France mais au niveau européen c'est bien plus élevé: 21,6 %

On arrive avec ce taux de 21,6% à un taux K global d'environ 4,6 (natixis donnait pour les banques européennes avant la crise bancaire un K= 4,8 donc c'est tout à fait cohérent...)

On se dit du coup que le taux d'utilisation des billets semble être un paramètre très influent du multiplicateur global, bien plus que le taux de RO qui est tellement bas que le fait de le passer de 2 à 4% ne change pas grand chose sur les multiplicateurs...

Je me suis donc amusé à recalculer les coeff avec un taux d'utilisation des billets qui aurait chuté à 5% de M1, en imaginant que le système bancaire parvienne à nous convaincre (et même nous FORCER?) à laisser tomber les billets au profits des multiples cartes de paiement (et même paiement/crédit cf le reportage Dimanche soir dernier dans Capital sur M6) et que le taux de billets tombe à 5%.

Alors là c'est d'une toute autre ampleur:

K pour le réseau global devient égal à... 14,50 pour 5% de billets et un taux de RO de 2% !!!


Donc si demain on n'utilise plus nos billets que pour 5% de nos paiements, le système bancaire sera en mesure avec les règles actuelles de proposer jusqu'à 14500 euros de crédits nouveaux à partir de 1000 euros de dépôts en compte!

k pour une banque seule varie bien moins lui puisqu'il s'établit à 1,1027 (seulement dirais -je)...

C'est quand même assez surprenant ce phénomène tout de même et ça mérite d'être bien saisi pour comprendre les manigances des banques sur les moyens de paiements entre autres. Cela vient dans les équations du fait que le taux de billets est un terme principal du dénominateur et non annexe comme pour les RO...

Et bien plus important, plus ce taux de billets tendra vers zéro plus le coeff multiplicateur global grimpera au ciel!
(selon une hyperbole caractéristique d'une fonction inverse...)

On comprend bien mieux l'acharnement des banques à vous empêcher de retirer du liquide, car globalement l'enjeu est beaucoup beaucoup BEAUCOUP plus significatif (cela confirme mes intuitions depuis longtemps de faire chier les banques en utilisant au max le liquide pour ma part...)

Petits commentaires annexes qui en découlent:

1) est-il exact de dire que vu un tel mécanisme, quand on est banquier et encore bien plus que pour tout autre métier, l'union fait la force bien avant toute idée de "véritable concurrence"? (à opposer aux termes de concurrence "feinte" ou "apparente"): il est clair qu'une banque gagne bien plus grâce à l'existence de ses "concurrents", non? (on sait que les banques se prêtent entre elles mutuellement l'argent nécessaire au rachat des fonds de commerce dans les quartiers pour se regrouper au final à 6 ou 7 banques dans un rayon de 200m; au final et à ce petit jeu les banques se sont constituées un pactole foncier de 40 000 agences au détriment des particuliers/commerçants qui eux n'avaient pas accès aussi facilement aux prêts pour racheter les fonds de commerces devenus vacants dans les quartiers, n'est pas banque qui veut...

2) peut t-on ainsi mieux comprendre le terme souvent apposé au "GIE cartes bancaires": le CARTEL des cartes bancaires?

Je vous laisse méditer sur ces constats...



et aussi mon autre site
http://linflation.free.fr

 


   GdB

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   03/04/2006
  Messages :   1366

http://lenairu.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
Sur le multiplicateur monétaire...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hardinvestor :: Argent - Or - Monnaie - Géopolitique / Forums publics :: Forum Or, Argent, Métaux précieux-
Sauter vers:




cours de l’or en dollar   cours de l’argent en dollar   cours du Hui   cours de l’or en euro   cours de l’argent en euro   ratio or argent