!-- Go to www.addthis.com/dashboard to customize your tools -->
Hardinvestor HardinvestorTraduire: TraductionSuivre:  Hardinvestor sur TwitterHardinvestor sur FacebookVidéos Hardinvestor DailymotionVidéos Hardinvestor YoutubePartager:  Partager

Hardinvestor- Investir sur l’or et l’argent Hard Investor   |  Silver is King, Go gold!

Pourquoi et comment investir dans l’or et l’argent ? Plus qu’un placement d’opportunité, il s’agit avant tout de sécuriser le pouvoir d’achat de votre épargne contre l’érosion monétaire et les conséquences de la crise systémique mondiale, tout en déjouant les pièges que réserve le marché de l’or et de l’argent, à l’investisseur non averti.


 

 Partagez  |

l'or : actif financier ou outil politique?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
Messagel'or : actif financier ou outil politique?
par g.sandro Lun 25 Jan 2010 - 14:22

L'or : actif financier ou outil politique ?

http://www.orientationfinance.com/accueil/detail.asp?IdC=64&IdD=6363



L'or : actif financier ou outil politique ?

L'or est une matière première utilisée dans les domaines industriels et
esthétiques, mais aussi un actif financier et, plus encore, un actif
monétaire thésaurisé par les banques centrales. Il est donc sujet à
toutes les manipulations politiques possibles et imaginables. Depuis
que le métal jaune est passé de 250 $ US l'once à la fin des années
1990, à près de 1000$ en 2009, il suscite plus que jamais l'attention
des médias et des gestionnaires de portefeuille au cours des deux
dernières décennies.
Il ne se passe pas une semaine sans qu'un grand magazine financier américain ne consacre un article à l'or.

Malheureusement, la presse financière grand public ne parle jamais des
tumultes politiques et économiques qui ont influé sur le cours de l'or
ces 100 dernières années. Une histoire pour le moins troublante, qui
illustre à merveille à quel point l'or n'est pas un placement comme un
autre.

Les adversaires de l'or soutiennent que les investisseurs ont perdu
plus d'argent durant le siècle dernier dans les valeurs or que dans
toute autre industrie, y compris les sociétés de chemin de fer et
d'aviation. Ils oublient toutefois de dire que de 1935 à 1970, le
gouvernement américain avait la main haute sur le cours de l'or, fixé
par décret à 35 $ US l'once sous la présidence de Franklin D. Roosevelt.

Interdiction de détenir de l'or

Qui se souvient qu'en 1933, ce président américain prohiba les
exportations d'or, stoppa la convertibilité du dollar et interdit aux
particuliers de posséder de l'or à des fins d'investissement ? Tous les
contrats gouvernementaux et privés fondés sur l'or furent abrogés, et
la seule réponse que les Américains obtenaient de leur gouvernement
pour comprendre son attitude se résumait à ceci: "C'est pour votre
bien". Le pays soi-disant le plus libéral de la planète se comportait à
l'égard de l'or et de ses détenteurs comme un État totalitaire digne
des beaux jours de l'Union soviétique.

À la défense des États-Unis, il faut dire qu'à peu près tous les
gouvernements occidentaux et même asiatiques interdisaient à leurs
citoyens de détenir de l'or à titre d'actif financier. C'est en Europe,
au milieu des années 1960, que commença la déréglementation de l'or,
qui atteignit ensuite l'Amérique au début des années 1970, le Japon à
la fin des années 1970, l'Inde au début des années 1980 et la Chine il
y a sept ans.

Évidemment, à 35 $ l'once dans les années 1930 à 1960, aucune société
minière n'était encouragée à faire de la prospection. La production
d'or ne cessa de décroître, jusqu'au 15 août 1971, date où le président
Richard Nixon annonça que les États-Unis ne fixeraient plus
arbitrairement le prix de l'or et cesseraient de lier le dollar à l'or
pour rembourser les banques centrales étrangères qui avaient un excès
de dollars.

La demande étant de plus en plus forte et l'offre s'étant tarie depuis
35 ans, on n'avait pas besoin d'être un génie de la finance pour
comprendre que le retour aux libres lois du marché allait être
favorable aux détenteurs d'or. À condition, bien sûr, de croire que
Richard Nixon était sincère dans son intention (!), et d'espérer que
les gouvernements qui allaient se suivre à la Maison blanche n'allaient
pas refaire le coup de Franklin D. Roosevelt.

Les seules lois de l'offre et de la demande, en fonction des besoins
industriels ou encore de ceux de la joaillerie, permettaient aux
investisseurs d'espérer pour l'or, à court ou à long terme, des
rendements aussi bons que ceux des actions ou de tout autre métal de
base.

L'âge d'or de l'or

En fait, la décennie des années 1970 a été pour l'or... un véritable
âge d'or. Tous les signaux qui favorisent normalement le cours du
précieux métal étaient présents, notamment à la fin de la décennie :
taux d'inflation à 14%, prix du pétrole qui quadruple pour la deuxième
fois en moins de 10 ans, une Bourse des actions qui végète, un dollar
en chute libre, une économie mondiale qui traverse sa pire récession
depuis la Grande dépression des années 1930, un système financier
international qui menace de s'écrouler, une guerre froide qui monte
d'un cran avec la présence des troupes soviétiques en Afghanistan, et
l'Iran qui bascule dans la théocratie anti-américaine avec la prise des
otages de l'ambassade des États-Unis à Téhéran.

Il n'en fallait pas davantage pour que l'or passe de 120 $ l'once en
1976 à 850 $ en 1980. Ainsi va l'or. Puis, dès que la situation
économique et politique s'améliore, comme ce fut le cas sous l'ère de
Ronald Reagan, l'or redevient une simple commodité soumise aux règles
de l'offre et de la demande (entre 1980 et 1985, son prix chuta de 850
$ à 300 $).

Certes, la situation économique du monde et de l'Amérique en 2006 n'est
pas aussi dramatique que celle qu'on a connue en 1979-1980. Elle donne
toutefois des signes inquiétants qui rappellent ce qui s'est produit il
y a un quart de siècle. Les Américains sont les premiers à admettre que
la guerre actuelle en Irak est 10 fois plus désastreuse moralement et
politiquement (explosion de la dette publique, détérioration de l'image
de l'Amérique dans le monde, etc.) que la crise des années 1980 en Iran
et en Afghanistan.

Évidemment, ceux qui ont acheté de l'or à 150$ l'once en 1977 ont sans
doute fait un bon coup, puisque le prix n'a jamais chuté sous cette
barre depuis cette année-là. Par contre, ceux qui ont mordu à l'appât
au pire de la crise en 1979, à 700 $ ou 800 $, s'en mordent encore les
doigts aujourd'hui, puisque l'or est revenu dans une fourchette de 250
$ à 430 $ tout au long des décennies 1980 et 1990.

L'or est un actif fort difficile à évaluer, car les investisseurs s'y
intéressent pour toutes sortes de raisons souvent indépendantes les
unes des autres et même contradictoires : protection contre
l'inflation, protection contre la déflation, protection contre une
chute de la devise, protection contre la montée des prix du pétrole,
élément de diversification du portefeuille, forme d'épargne stable,
abri contre la menace d'une guerre ou d'une crise économique mondiale,
etc. Ajoutons à tout cela les acheteurs qui s'y intéressent en tant que
matière première d'abord, propre à faire des bijoux, des objets de
luxe, des ordinateurs, des circuits imprimés, des équipements médicaux,
des amalgames dentaires, etc.

À 500 ou 1000 $ l'once, l'or est-il un bon placement pour
l'investisseur ? Tout dépend de votre degré d'optimisme ou de
pessimisme face à la puissance américaine et à l'économie mondiale. À
ce chapitre, tous les scénarios sont permis, depuis les plus roses
jusqu'aux plus sombres.

Chose certaine, les rapports incestueux de l'or avec la politique et
les interventions gouvernementales, qu'elles soient de droite ou de
gauche, sont en bonne voie de changer. Ainsi, en 2005, pour la première
fois dans l'histoire de l'humanité, la quantité d'or que possédaient
les investisseurs privés dépassait celle que détenaient les banques
centrales et les gouvernements. Ce qui laisse augurer une ère nouvelle
où les banques centrales auront moins de pouvoir que les marchés sur la
valeur du métal jaune.

Qui pourrait s'en plaindre ?

Extrait d'une chronique actualisée par Orientation Finance et déjà parue dans Finance et investissement

André Gosselin, Ph.D,
Auteur et fondateur de la philosophie de gestion de portefeuille
d'Orientation Finance fondée sur les conclusions de recherches
académiques en finance



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12406

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: l'or : actif financier ou outil politique?
par nofear Lun 25 Jan 2010 - 18:48

l'or métal avant d'être un support monétaire ou moyen d'investissement est avant tout un instrument d'indépendance et de liberté face à l'oppression depuis des siècles.

Citation :
Even so, gold is much more than money or
an investment medium; it stands for liberty and throughout history has
facilitated escape and ensured freedom. Never having touched a gold coin is
the monetary equivalent to never having breathed fresh air, felt the warmth of
sunshine, looked up at the stars or risen from the gutter. Fiat Federal Reserve
Notes are becoming nothing more than sewage decomposing in the vast,
toxic septic tank of predatory Washington politics, epic Federal Reserve
arrogance and error, blatant Wall Street fraud and outright Master Class
plunder. Below, we outline America’s troubling and compounding
predicament, and urge you to think about how to protect yourself from its
consequences, both financially and personally.

http://www.321gold.com/editorials/dougherty/dougherty012210.html

.

   nofear

  Chef cuistot
 Chef cuistot

  avatar

  Inscription :   03/10/2009
  Messages :   2397

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: l'or : actif financier ou outil politique?
par g.sandro Mar 26 Jan 2010 - 0:39

Passionnant...!!!




Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12406

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: l'or : actif financier ou outil politique?
par du-puel Mar 26 Jan 2010 - 12:06

Ouaip : la Liberté. Celle qui ne s'use que si l'on ne s'en sert pas.

C'est ce que rappelle Antal Fekete : originellement les citoyens battaient eux-mêmes monnaie via l'Hôtel des Monnaies, qui fondait, purifiait et garantissait des pièces normalisées qui pouvaient ainsi circuler en confiance.

Lorsqu'ils l'estimaient nécessaire ou souhaitable pour eux-même, les citoyens thésaurisaient, i.e. stockaient les pièces (propension à thésauriser), sortant cet or du circuit économique et faisant baisser les prix jusqu'au niveau où ils trouvaient intéressant de le dépenser (propension à depenser) ; et aussi faisant monter les taux d'intérêt et donc baisser le cours des obligations, des actions, et des actifs en général jusqu'aux niveaux où ils en redevenaient acheteurs (propension à investir/épargner avec risques et termes choisis).

Cette liberté conditionnait tous les taux, d'intérêt et d'escompte, et était la garante de signaux économiques fiables à destination des entrepreneurs (sur/sous-production) et des citoyens-épargnants (sur/sous-investissement).

Lorsque cette thésaurisation était prévue pour longtemps ou que leur stock leur paraissait trop gros, ils remettaient des pièces à un orfèvre qui en faisait des bijoux, plus agréables et beaux à porter que des pièces, détruisant ainsi de la monnaie. En cas de besoin ou d'opportunité, ou encore à maturité (retraite), ils retournaient à l'Hôtel des Monnaie pour recréer de la monnaie.

Ainsi, affirmer que battre monnaie est un droit régalien est une monstruosité historique. C'est un droit que s'est accaparé l'état, à la suite, en fait, de ce qu'avaient déjà réalisé, par la force, les seigneurs au détriment de leurs sujets.

Eloigner ce droit de l'Etat pour le mettre dans les mains d'une banque centale indépendante est une perversion pour éloigner ce droit des élus et donc davantage encore des citoyens. Mais ceci a été fait avec l'approbation d'une majorité de crétins munis d'un droit de vote au motif que ça allait les protéger de l'inflation. Ca protégaient surtout le rentier et donc essentiellement les élites. Il aurait fallu retirer ce droit des mains de l'état pour le remettre dans celles des citoyens.


Battre monnaie n'est pas un droit régalien. Battre monnaie est un droit citoyen.

Battre monnaie n'est pas un droit régalien. Contrôler la monnaie est un devoir régalien.


Dernière édition par du-puel le Mar 26 Jan 2010 - 16:58, édité 1 fois

   du-puel

  Chef table à cartes
 Chef table à cartes

  avatar

  Inscription :   18/08/2005
  Messages :   3543

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: l'or : actif financier ou outil politique?
par g.sandro Mar 26 Jan 2010 - 14:27

Woupitain...!!!
et moi qui m'insurge régulièrement contre le fait que l'Etat ait abdiqué son apanage régalien de battre monnaie contre un plat de lentille...!!!

Bon, je vais revoir ma copie du coup ( Merci Dup)

Bon, il n'empêche que, cette parenthèse historique et sémantique bienvenue étant intégrée, je ne pense pas prendre de gros risques en postulant qu'il y a une sorte de consensus sur Hardin sur le fait qu'il est encore plus illégitime que le battage de monnaie, et plus généralement, la création monétaire, aient pu être confiés à des entités privées (Banques associées dans le K de la Fed) ou, même si mon indignation est légèrement minoréec'est dans une un peu moindre mesure) à la BCE dont les dirigeants ne sont même pas élus... En fait, l'indignation peut se hierarchiser...CQFD.



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12406

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: l'or : actif financier ou outil politique?
par du-puel Mar 26 Jan 2010 - 15:49

Si le but, approuvé en toute connaissance de cause par le peuple, est de ne pas pouvoir agir par lui-même directement ou indirectement sur la monnaie pour éviter les effets néfastes de l'impression incontrôlée d'icelle, alors il est légitime qu'il refuse ce droit à ses élus puisque ceux-ci, tout comme lui, pourraient céder, sur sa pression et en vue p.ex. de leur (re-)élection, à cette tentation.

C'est le même problème avec la Justice, pour ne pas rendre une mauvaise justice de foule en colère, le peuple renonce à rendre justice lui-même et confie cette tâche à des magistrats supposés indépendants et formés. Chez nous la justice est bâtarde, puisque le parquet rampe aux ordres, sans parler du ministère qui gère toutes les carrières, promotions/éloignement, changement de juge/délai, etc.... ce qui relève du même type de problèmes que lorsque la monnaie est contrôlée par l'état ; mais dans certains pays la Justice est une institution véritablement indépendante, elle définit son budget et les magistrats des cours suprêmes sont proposés par l'institution sous véto / approbation d'élus, généralement le congrès.

La grande différence est que la notion de justice et de son exercice sont connus et maîtrisés depuis longtemps par les hommes.

Tel n'est pas le cas de la monnaie ni de l'économie qui en sont au stade pré-cognitif voire métaphysique. Les gourous des écoles-églises successives construisent une religion, sous des hypothèses simplifiées, voire fumeuses, fausses en pratique et appliquent leur doctrine aux hommes, cobayes vivants et pas nécessairement consentants de l'expérience. Le Keynésianisme ne fonctionne pas ou plus ? passons au monétarisme, ça foire à nouveau ? vive le néoclassique, puis le post-kénésianisme, etc...

La médecine est dans un état comparable, quoique nettement plus avancé au plan des connaissances. Mais on peut changer de médecin, plusieurs écoles fonctionnant en parallèle, ou même se faire son propre médecin, à ses risques et périls ou plus simplement pour comprendre et choisir celui qui nous convient le mieux ou en changer.

Avec ses enfoirés, c'est impossible : religion unique et obligatoire. Alors quitte à accepter que la monnaie et l'économie soient trop complexes ou trop méconnues pour être confiées à des hommes, pourquoi ne pas utiliser comme monnaie ce qui a fait ses preuves depuis des millénaires ? et dans le cas où l'or ne conviendrait pas, deux parties libres devraient toujours pouvoir choisir leur monnaie.

Ce qui est donc illégitime est le fait que des intérêts privés puissent parasiter cette institution indépendante sans que ni le peuple ni ses élus n'y puisse grand'chose.

edit : typos, mise en forme.


Dernière édition par du-puel le Mar 26 Jan 2010 - 16:45, édité 2 fois

   du-puel

  Chef table à cartes
 Chef table à cartes

  avatar

  Inscription :   18/08/2005
  Messages :   3543

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: l'or : actif financier ou outil politique?
par nofear Mar 26 Jan 2010 - 16:08

+1

   nofear

  Chef cuistot
 Chef cuistot

  avatar

  Inscription :   03/10/2009
  Messages :   2397

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: l'or : actif financier ou outil politique?
par marie Mar 26 Jan 2010 - 16:18

très interessant débat.. qui interessera certainement nos lecteurs



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19755

Revenir en haut Aller en bas
l'or : actif financier ou outil politique?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hardinvestor :: Argent - Or - Monnaie - Géopolitique / Forums publics :: Forum Or, Argent, Métaux précieux-
Sauter vers:




cours de l’or en dollar   cours de l’argent en dollar   cours du Hui   cours de l’or en euro   cours de l’argent en euro   ratio or argent