!-- Go to www.addthis.com/dashboard to customize your tools -->
Hardinvestor HardinvestorTraduire: TraductionSuivre:  Hardinvestor sur TwitterHardinvestor sur FacebookVidéos Hardinvestor DailymotionVidéos Hardinvestor YoutubePartager:  Partager

Hardinvestor- Investir sur l’or et l’argent Hard Investor   |  Silver is King, Go gold!

Pourquoi et comment investir dans l’or et l’argent ? Plus qu’un placement d’opportunité, il s’agit avant tout de sécuriser le pouvoir d’achat de votre épargne contre l’érosion monétaire et les conséquences de la crise systémique mondiale, tout en déjouant les pièges que réserve le marché de l’or et de l’argent, à l’investisseur non averti.


 

 Partagez  |

La réforme des retraites ( débat pro et anti)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
MessageAuteur
MessageRetraites à l'assemblée JP Brard video à voir
par RobertConrad Ven 26 Nov 2010 - 19:08


   RobertConrad

  Chef table à cartes
 Chef table à cartes

  avatar

  Inscription :   07/02/2005
  Messages :   3125

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: La réforme des retraites ( débat pro et anti)
par g.sandro Ven 26 Nov 2010 - 19:59

Citation :
de Robert Conrad:

http://www.wikio.fr/video/jean-pierre-brard-gdr-sujet-retraites-4376212


Alors là... RESPECT...!!!




Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12398

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: La réforme des retraites ( débat pro et anti)
par jojo-lebarje Sam 27 Nov 2010 - 1:06

je rajoute que :

En Allemagne, la retraite anticipée est possible à partir de 63 ans avec
35 ans de cotisation, ou même 60 ans avec 15 ans de cotisation et un an
de chômage, ou encore à partir de 60 ans pour les personnes invalides
mais disposant de 35 ans de cotisation derrière elle.

mais aussi que :

le salarié verra sa pension subir une décote totale de 7%

http://www.france-info.com/monde-europe-2010-10-15-l-age-de-la-retraite-inquiete-aussi-nos-voisins-europeens-491575-14-15.html

et encore plein d'nfo ici

http://www.connexion-emploi.com/fr/infos/59-le-systeme-de-retraite-en-allemagne


requin requin requin

   jojo-lebarje

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   25/01/2008
  Messages :   561

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: La réforme des retraites ( débat pro et anti)
par jojo-lebarje Sam 27 Nov 2010 - 1:35


   jojo-lebarje

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   25/01/2008
  Messages :   561

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: La réforme des retraites ( débat pro et anti)
par nofear Lun 29 Nov 2010 - 6:50

Citation :
Les politiciens entretiennent une fable pour asseoir leur pouvoir sur les foules, à base de gentils et de méchants. Les gentils, ce sont toujours les mêmes : ils aiment les gens, sacrifient leur vie à la communauté humaine, sont imperméables à l'argent... bref, "yen a pas beaucoup sur terre". Je me demande même si ces gars là n'ont pas muté génétiquement, tellement, ils sont une bizarrerie statistique. Après, on trouve les centaines de millions d'occidentaux. Ils ne sont jamais responsables de rien, subissent les foudres des élites. Ils représentent une forme de bien sur terre. Je n'ai pas trop saisi encore aujourd'hui, en quoi, quand on n'a pas grand chose, cela rend meilleur, mais bon, c'est un pan entier de la fable moderne politique. Ensuite, il y les méchants, voire les très méchants qui menacent tout le monde : LES TRADERS. Alors là, c'est le diable qui se cache là. Attention, méfiez vous, rien que d'en parler, c'est dangereux. Je crois même que pour rajouter une couche, on peut dire les TRES MECHANTS ABSOLUS, ce sont les traders de HEDGE FUND. En effet, le hedge fund est un véhicule spéculatif, dans lequel les arrivistes forcenés que sont les traders, s'expriment plein pot. Imaginez comment ces gars là cumulent les mauvais points bonus aux yeux des dizaines de millions de madame Michues, qui sont forcément gentilles elles, hein ?

Bon, vous me saisissez, j'en suis sûr.
Maintenant, je vais faire le fourbe. Je vais vous parler de la réalité. Aïe. Je vais encore avoir pleins d'ennemis, car la réalité, franchement, qui s'en soucie, hein ? Mieux vaut rêver non ? Pourquoi toujours vouloir relater ce qui se passe dans la vraie vie. suis vraiment un empêcheur de planer, peinard sous un palmier... En 2006 et 2007, un tiers de l'argent déposé et mis à disposition des TRES MECHANTS TRADERS DES HEDGE FUNDS qui détruisent tout, .... provenait de... alors ? de... ...des caisses de retraites ! Ca, c'est vraiment un coup bas de dire que les caisses de retraite qui gèrent l'avenir de tous les pauvres Madame Michue innocentes, financent en partie les diables sur pattes planqués derrière des ordinateurs. Cela voudrait dire que ceux qui n'ont rien, contribuent à leur insu, à déstabiliser le monde. Bouhhh ! Très moche. 2009 : qui finance les hedge Funds ? Et à quelle hauteur ? Je suis désolé. Je plaide coupable, suis un salaud. Bon en même temps, la réalité est ce qu'elle est.

50% de l'argent mis à disposition des Hedge Funds provient des caisses de retraite !

Alors ? Comment peut on gober que les Etats, dont le problème numéro 2, après le déficit structurel, est le financement des retraites, vont réguler les hedge Funds, voire chercher à les détruire ? Franchement, on rigole bien hein ? Quand on regarde les journaux TV et les sketches, euh, excusez, les reportages, c'est comme au cinéma. Charles Dereeper

http://www.objectifeco.com/argent/investir/article/charles-dereeper-et-si-on-devoilait-les-investisseurs-dans-les-hedge-funds-on-trouverait-en-pole


© Nofear / Hardinvestor / On appelle esprit libre celui qui pense autrement qu'on ne s'y attend de sa part en raison de son origine, de son milieu, de son état et de sa fonction, ou en raison des opinions régnantes de son temps. Il est l'exception, les esprits asservis sont la règle. Ce que ceux-ci lui reprochent, c'est que ses libres principes, ou bien ont leur source dans le désir de surprendre ou bien permettent de conclure à des actes libres, c'est-à-dire de ceux qui sont inconciliables avec la morale asservie." (Friedrich NIETZSCHE, Humain, trop humain) mon tweet perso: @ghostbikerman

   nofear

  Chef cuistot
 Chef cuistot

  avatar

  Inscription :   03/10/2009
  Messages :   2397

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: La réforme des retraites ( débat pro et anti)
par nofear Mar 30 Nov 2010 - 0:26

pour ceux qui n'auraient toujours pas compris ..

Citation :
OFFICIEL: LA FRANCE VIENT DE BRAQUER DES RETRAITES AVEC UN FUSIL ! 36 MILLIARDS DE BUTIN
du 29 novembre au 1 décembre 2010:On ne touchera jamais aux retraites avait dit le gouvernement. Bonne nouvelle, un hold-up a eu lieu en plein jour et pas une ligne dans la presse french: "France seizes 36bn of pension assets" nous dit George Coats dans Financial News. "Les gestionnaires d'actifs auront la chance de mettre la main sur 36 milliards d'euros des Fonds de Réserve pour les Retraites (FRR), the French reserve pension fund, après que le parlement français ait passé une loi pour utiliser ses actifs pour payer les dettes de la Sécurité Sociale. Les fonds ont été transférées au CADES". Sachez que nous avons tous cotisé pendant toutes ces années pour ( je résume ici toute la chaîne des événements) payer les banquiers de Wall Street. Eh oui, Paris comme Budapest viennent de braquer tout l'argent des retraités pour payer les dépenses en cours, histoire de ne pas se retrouver sans un rond en fin de mois. De son côté Zero Hedge dit que toute la ZoneEuro est en banqueroute, et que maintenant la France, je résume, "et les autres sont obligés de recourir aux solutions de fortune, rustines, parce que la BCE ne veut pas utiliser la planche à billets". Indice Nikkés ! Et les vampires financiers se frottent les mains: "Clearly, the move creates new opportunities, because the French asset management market will be reshuffled because of the changes". Lire ici pour le côté technique. Champagne!Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2010


© Nofear / Hardinvestor / On appelle esprit libre celui qui pense autrement qu'on ne s'y attend de sa part en raison de son origine, de son milieu, de son état et de sa fonction, ou en raison des opinions régnantes de son temps. Il est l'exception, les esprits asservis sont la règle. Ce que ceux-ci lui reprochent, c'est que ses libres principes, ou bien ont leur source dans le désir de surprendre ou bien permettent de conclure à des actes libres, c'est-à-dire de ceux qui sont inconciliables avec la morale asservie." (Friedrich NIETZSCHE, Humain, trop humain) mon tweet perso: @ghostbikerman

   nofear

  Chef cuistot
 Chef cuistot

  avatar

  Inscription :   03/10/2009
  Messages :   2397

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: La réforme des retraites ( débat pro et anti)
par Invité Mar 30 Nov 2010 - 11:23

Soyons précis : nous avons cotisés seulement à 70 % pour engraisser les banquiers de Wall Street, puisque la dette publique française est détenue à cette proportion par des non résidents.

Le bon côté des choses, c'est que nous avons cotisé à 30 % pour engraisser de bonnes banques françaises labellisées et nourries au bon grain.

Pour rappel, au début de l'année 2008, la proportion n'était que de 60 %. Elle aura augmenté d'environ 10 % en moins de deux ans.

La crise des subprimes aura donc servi a quelque chose.

   Invité

  Invité
 
  


Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: La réforme des retraites ( débat pro et anti)
par Invité Mar 30 Nov 2010 - 13:36

Après vérification tout de même, le FDRR n'est pas abondé seulement par les cotisations mais devait l'être à l'origine par le fruit des privatisations Jospin (je cite wiki), ensuite effectivement par les caisses de retraite :

Le Fonds de Réserve pour les Retraites (FRR) est un fonds d'investissement français créé par la loi n° 2001-624 du 17 juillet 2001 et suite à la loi de financement de la sécurité sociale de 1999 pour assurer avec une dose de capitalisation la pérennité du système français de retraite par répartition. C'est un fonds d'investissement, parfois considéré comme un fonds souverain[1]. Il dépend de la Caisse des dépôts.

À l'origine, le fonds de réserve devait être abondé du montant des privatisations, de la vente de la quatrième licence UMTS et par le produit d'une taxe sur les transactions boursières, mais cette dernière n'a cependant jamais vu le jour.


(...)

L'intention initiale était de porter progressivement ces fonds à 150 milliards d'ici 2020 mais il est en retard sur les prévisions, car il ne reste plus que dix ans pour quadrupler son montant, pour plusieurs raisons:

  • Après le changement de majorité politique de 2002, le fonds n'a plus été abondé par les privatisations, les recettes de privatisation comme celles des autoroutes et la vente du Crédit lyonnais ayant depuis été affectées principalement au désendettement de l'État.


  • Les autres recettes attendues ont été nulles ou plus faibles que prévues :

- l'excédent de la caisse vieillesse s'est tari en 2004, puis s'est finalement transformé en déficit avec la crise financière de 2008 - la vente d'une 4e licence UMTS, prévue à la fin des années 1990 n'a jamais été bouclée.

  • Les hypothèses originelles, trop optimistes, comme le taux de chômage estimé à 4,5% en 2020, ont été démenties par les crises économiques de 2002 et 2008.


Par ailleurs, on apprend que :

Le Fonds de réserve pour les retraites est un établissement public soumis au Code des marchés publics pour la passation de ses marchés. Outre les publicités légales aux journaux officiels le FRR annonce le lancement de ses appels d’offres par voie de presse et via son site internet.

(...)

Le fonds ne gère cependant pas directement les montants qu'il a engrangé, mais confie des mandats à des entreprises financières au terme d'appels d'offre, conformément à la loi du 17 juillet 2001. Entre janvier et juin 2008, il a perdu 10 % de sa valeur (3,4 milliards de moins-value).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fonds_de_r%C3%A9serve_pour_les_retraites


Bref, certaines banques touchent à la fois en gestion de portefeuille, et ensuite en prêtant à l'Etat qui aura besoin de siphonner le fond pour combler le gouffre de ses déficits.


Et on peut même raffiner en posant des CDS pour spéculer sur la dégradation de la note de la France et toucher ainsi trois fois de suite sur le dos de l'Etat.


Bravo à nos dirigeants exemplaires et aux génies de Bercy qui ont mis au point des montages aussi ingénieux et rémunérateurs pour le contribuable.

   Invité

  Invité
 
  


Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: La réforme des retraites ( débat pro et anti)
par nofear Ven 11 Fév 2011 - 22:10

Citation :

La pétition suivante, accessible en cliquant
ici
, sera adressée à M. Nicolas Sarkozy, président de la
République.






Monsieur le Président de la
République,




J'ai appris récemment que des retraites sont accordées à
des étrangers n'ayant jamais travaillé en France. A partir de 60 ans, s’ils ne
peuvent plus travailler et dans tous les cas à 65 ans, ils
peuvent toucher l'Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa), avec un
simple permis de séjour. Ainsi, des personnes n’ayant jamais cotisé le
moindre centime dans notre pays peuvent toucher 8507,49
euros par an de retraite (soit un peu plus de 700 euros par
mois)
.


Ces informations peuvent être consultées dans le livret
d’accueil « Vivre en France »
délivré par le ministère de l'Immigration, en
page 54, sous le titre « Vieillir en France ».


Votre réforme des retraites obligeant les Français et les
étrangers travaillant en France à cotiser deux ans de plus pour pouvoir toucher
leur pension, je vous demande, par souci de justice, de mettre fin à cette
dérive !


Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la
République, l’expression de ma plus haute
considération.




Soyez nombreux à signer cette
pétition,
accessible en cliquant
ici
,
et
à transférer le présent courriel à tout votre carnet d'adresses
!




Merci,



Roman Bernard, rédacteur en chef du Cri du
Contribuable


© Nofear / Hardinvestor / On appelle esprit libre celui qui pense autrement qu'on ne s'y attend de sa part en raison de son origine, de son milieu, de son état et de sa fonction, ou en raison des opinions régnantes de son temps. Il est l'exception, les esprits asservis sont la règle. Ce que ceux-ci lui reprochent, c'est que ses libres principes, ou bien ont leur source dans le désir de surprendre ou bien permettent de conclure à des actes libres, c'est-à-dire de ceux qui sont inconciliables avec la morale asservie." (Friedrich NIETZSCHE, Humain, trop humain) mon tweet perso: @ghostbikerman

   nofear

  Chef cuistot
 Chef cuistot

  avatar

  Inscription :   03/10/2009
  Messages :   2397

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: La réforme des retraites ( débat pro et anti)
par Invité Dim 3 Avr 2011 - 15:18

Pour en revenir à la discussion en page 2 de ce fil, je tombe sur ce message de la revue de presse de Jovanovic :

La dernière révélation de Thierry Meyssan selon les documents Wikileaks: après avoir accusé Nicolas Sarkozy d'être un agent de la CIA (lien article 2008), c'est au tour de Bernard Thibault d'être pointé du doigt par le journaliste exilé à Beyrouth. Selon lui, Thibault travaille pour la centrale américaine, recruté en 1988 par un certain John Doe de l'ambassade à Paris. D'après l'article qu'il s'apprête à publier, cela explique pourquoi la CGT a progressivement cessé de défendre les salariés. Dès l'accession au pouvoir de Thibault, la CGT a en effet mis la défense des ouvriers en sourdine, pour l'étouffer totalement au moment de la crise d'octobre 2008 et cela pour que le gouvernement français puisse avoir les mains libres (calme social) et sauver les banques en douceur. "La France bloquée", peut on lire sur le mail, "aurait poussé les autres pays européens à en faire de même en 2009, ce qui, par ricochet, aurait achevé le système financier américain déjà vacillant". Il est intéressant de noter que l'activité syndicale en France est effectivement à l'arrêt total depuis la crise qui, pourtant, punit tous les salariés et ouvriers.

Mais pas de lien cité sur le site...et rien trouvé sur le web pour l'instant.

Rappelons que FO avait notoirement été créé par les américains après guerre (de très nombreuses sources si vous voulez) et que la CIA avait été infiltrée dès 1945 (cf. notamment ce bouquin :http://www.amazon.fr/CIA-France-ding%C3%A9rence-affaires-fran%C3%A7aises/dp/2020818817)

   Invité

  Invité
 
  


Revenir en haut Aller en bas
MessageAge de départ " Le calendrier est accéléré" ==>67 ans à terme
par g.sandro Ven 23 Déc 2011 - 18:20

on raccourcit les préliminaires...heu, "la phase transitoire" qu'ils disent:

67 ans, c'est marqué officiellement là...!!! affraid



Loi 2011-1906 du 21 décembre 2011 de financement de la sécurité sociale pour 2012
Article 88

Relèvement de l'âge de départ en retraite : la phase transitoire raccourcie. - Le relèvement de l'âge légal de départ en retraite, qui a commencé au 1er juillet 2011, doit s'étaler sur plusieurs années. À l'origine, l'objectif était d'atteindre 62 ans en 2018, pour les générations nées à partir de 1956.


Le calendrier est accéléré, puisque l'âge de 62 ans devra être atteint dès 2017 (générations nées à partir de 1955) (loi art. 88-I ; c. séc. soc. art. L. 161-17-2 modifié).



En pratique, les générations « 1952 - 1955 » vont voir reculer leur âge légal de départ en retraite. Un décret est encore nécessaire pour finaliser la réforme, mais le calendrier devrait être le suivant :


- les personnes nées en 1952 pourraient partir en retraite à 60 ans et 9 mois (au lieu de 60 ans et 8 mois) ;

- les personnes nées en 1953 pourraient partir en retraite à 61 ans et 2 mois (au lieu de 61 ans) ;

- les personnes nées en 1954 pourraient partir en retraite à 61 ans et 7 mois (au lieu de 61 ans et 4 mois) ;

- les personnes nées en 1955 pourraient partir en retraite à 62 ans (au lieu de 61 ans et 8 mois) ;

- les personnes nées à partir de 1956 pourraient partir en retraite à 62 ans (pas de changement).

En toute logique, cette réforme s'accompagnera d'un ajustement similaire pour l'âge à partir duquel tout assuré social bénéficie du taux plein, quelle que soit sa durée cotisée. Le calendrier prévoit un relèvement progressif de l'âge de 65 ans à partir du 1er juillet 2016. L'objectif initial était d'atteindre 67 ans en 2023. L'accélération du calendrier aboutira à atteindre l'âge de 67 ans dès 2022.

RF Social – 02/12/2011

Loi 2011-1906 du 21 décembre 2011 de financement de la sécurité sociale pour 2012
Article 86
Modalités de calcul de la surcote des pensions : Les modalités de calcul du droit à la surcote des pensions, tous régimes confondus, sont clarifiées et harmonisées pour l'ensemble des régimes.

Les bonifications de durée de services et majorations de durée d'assurance, à l'exclusion de celles accordées au titre des enfants et du handicap, prévues par les dispositions législatives et réglementaires, quel que soit le régime de retraite de base au titre duquel elles ont été acquises, ne sont pas prises en compte dans la durée d'assurance tous régimes confondus requise pour ouvrir droit à la surcote.

La liste des bonifications et majorations exclues du calcul de la durée d'assurance requise conditionnant le droit à la surcote sera fixée par décret (CSS L 351-1-2).

Ces nouvelles dispositions s'appliqueront aux assurés remplissant les conditions d'ouverture du droit à surcote à compter du 01 janvier 2013, sous réserve de l'adoption de deux décrets d'application annoncés.







La semaine juridique – Social – 20 décembre 2011



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12398

Revenir en haut Aller en bas
MessageEt ça continue....Retraites : les Français pourraient cotiser 44 annuités pour répondre à l’exigence de l'UE
par g.sandro Lun 13 Mai 2013 - 12:27

[b]Et ça continue....Retraites : les Français pourraient cotiser 44 annuités pour répondre aux exigences de la Commission européenne

Note personnelle: A ce train là, les postes de travail vont devoir être aménagés et les salariés devront acquérir un déambulateur...(non remboursé... ça va de soi)...ce sont les plus belles années de retraite qui nous sont ainsi pillées, les quelques unes où statistiquement on est encore à peu près en bonne santé...celles où on peut espérer accomplir quelques projets, quelques voyages avant que l'état physique et mental commence à rendre tous ces espoirs illusoires, c'est donc particulièrement dégueulasse !!!

Peuple de France rebelle-toi !


http://www.lefigaro.fr/retraite/2013/05/13/05004-20130513ARTFIG00352-retraites-les-francais-pourraient-cotiser-44-annuites.php

Citation :
Retraites : les Français pourraient cotiser 44 annuités

Par lefigaro.frMis à jour le 13/05/2013 à 11:56 Publié le 13/05/2013 à 10:31
http://www.lefigaro.fr/medias/2013/05/13/
Alors que le gouvernement rencontre ce lundi les partenaires sociaux, François Hollande songerait à augmenter la durée de cotisation de 41 annuités et demie à 44, sans toucher à l'âge légal de départ à la retraite.

À un peu plus d'un mois de la conférence sociale, le gouvernement s'attaque entre autres au dossier ô combien brûlant des retraites. Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, reçoit les partenaires sociaux pour étudier les différentes pistes de réforme. Certaines se précisent. Selon Europe 1, l'Élysée prévoirait d'augmenter les annuités de 41 et demi à 44, sans toucher à l'âge légal de départ à la retraite de 62 ans. De son côté, la présidente du Medef plaide pour un allongement de la durée de cotisation à 43 ans d'ici à 2020 et un recul de l'âge légal à au moins 65 ans à l'horizon 2040. «Notre système est à nouveau en déficit, a-t-elle déploré. À l'horizon 2020, le déficit cumulé de tous les régimes de retraites sera de 200 milliards d'euros. Cela affaiblit l'économie de notre pays, c'est anxiogène pour les Français et pénalisant pour les jeunes générations».
Côté syndicats, c'est la soupe à la grimace. Pour le nouveau patron de la CGT, Thierry Lepaon, cette hausse des annuités serait inacceptable. S'il n'obtenait pas satisfaction , il envisage une «mobilisation d'ampleur» . Même son de cloche du côté de Force ouvrière. «Il n'y a aucune raison qu'on augmente encore la durée de cotisations, elle est déjà en hausse et elle est trop forte selon nous, a déclaré le secrétaire de FO, Jean-Claude Mailly, sur Canal + . On est partisans même d'une réduction de cette durée. Si on l'augmente, les générations futures de retraités partiront avant, avec une décote».
«Les retraités sont les victimes de François Hollande»
Xavier Bertrand, député UMP de l'Aisne
Pour assurer le retour à l'équilibre du régime en 2020, François Hollande réfléchit toujours à augmenter la CSG des retraités pour l'aligner sur celle des actifs. Les plus aisés des retraités (soit 47 % des pensionnés) bénéficient en effet historiquement d'un taux de CSG réduit, fixé à 6,6 % contre 7,5 % pour l'ensemble des actifs. Et si la désindexation des retraites était confirmée, les retraités pourraient alors perdre en pouvoir d'achat entre 140 et 250 euros par an. «Les retraités sont les victimes de François Hollande», a réagi Xavier Bertrand, député UMP de l'Aisne, sur Europe 1.
Le dossier des retraites pourrait par ailleurs être accéléré: toujours selon Europe 1, plus question d'attendre l'automne, le gouvernement songerait à boucler le projet plutôt fin juillet, pour une proposition de loi si possible en septembre. Et ainsi répondre aux exigences de la Commission européenne qui, en échange d'un délai de grâce de deux ans pour réduire son déficit, a pressé la France de poursuivre ses réformes structurelles. Il y a trois mois, la présidente du Medef, Laurence Parisot, avait également pressé le gouvernement d'accélérer sur ce dossier.



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12398

Revenir en haut Aller en bas
MessageRetraites : assez de mensonges, place à un vrai débat !
par g.sandro Sam 22 Juin 2013 - 11:13

Retraites : assez de mensonges, place à un vrai débat !

http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article936

Communiqué Attac-Fondation Copernic

Une obsession récurrente anime les gouvernements depuis vingt ans : réformer les retraites. En France, le gouvernement Hollande-Ayrault projette une quatrième réforme à l’automne prochain en raison de trois arguments qui sont de faux prétextes : il y aurait un déficit plus important que prévu des caisses de retraites ; on vit plus longtemps et il faudrait travailler plus longtemps ; la Commission européenne l’exige pour ramener les déficits publics à 3 % du PIB. Le rapport présenté par Mme Yannick Moreau propose des solutions qui sont dans le droit fil des réformes précédentes ayant conduit à une diminution importante du montant des pensions sans résoudre aucun problème à long terme

1) Les déficits annoncés des caisses de retraite (autour de 14 milliards en 2012, environ 20 en 2020) n’ont rien à voir avec le vieillissement de la population, il sont dus, pour des montants équivalents, à la crise qui bloque l’activité, l’emploi et les cotisations sociales. Poursuivre les politiques d’austérité ne peut qu’aggraver la situation. Les injonctions de la Commission européenne pour accomplir des « réformes structurelles » sont mortifères. 

2) Obliger à travailler plus longtemps, soit en allongeant la durée de cotisation, soit en retardant l’âge de la retraite, soit par les deux moyens à la fois, alors qu’un chômage croissant sévit, est aussi cynique qu’absurde : comme les emplois se raréfient, ces nouvelles obligations ne pourront être satisfaites et se solderont pour les salariés hommes et femmes par une diminution de leurs futures pensions, et une incitation, à condition d’en avoir les moyens, à recourir aux assurances privées pour s’assurer un complément de retraite. De plus, elles s’inscrivent dans un modèle de développement productiviste arrivé aujourd’hui dans une impasse, mais qui condamne les individus à travailler toujours plus. 

3) Les propositions du rapport Moreau font mine d’appeler toutes les catégories à faire des efforts, mais on voit bien que l’essentiel sera mis sur le dos des salariés et des actuels retraités. En prétextant tendre vers l’unification des différents régimes de retraite, notamment entre ceux du public et du privé, ce rapport prévoit l’alignement par le bas. Il oublie qu’avant les réformes qui ont déjà eu lieu, à salaire identique, les retraités du public et du privé connaissaient un taux de remplacement égal à 75 %, bien qu’obtenu par des modes de calcul différents. Il fait aussi silence sur les véritables inégalités, notamment entre hommes et femmes, très importantes dans la vie active, et qui sont aggravées lors du passage à la retraite. Enfin, ce rapport fait le silence complet sur le bond en avant des revenus du capital qui plombent l’activité, l’investissement, l’emploi et la protection sociale. Au bas mot, le « surcoût » du capital pour la société se chiffre à 100 milliards d’euros de dividendes supplémentaires par an, en comparaison avec l’époque précédant l’ère néolibérale. Quand une véritable réflexion sur ces données infléchira-t-elle les politiques sociales à venir ? 

Attac et la Fondation Copernic proposeront une action collective à tous leurs partenaires pour qu’un vrai débat de société s’amorce enfin sur la retraite et la place du travail dans la vie. 

Paris, le 11 juin 2013



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12398

Revenir en haut Aller en bas
MessagePas un trimestre de plus, pas un euro de moins !
par g.sandro Jeu 18 Juil 2013 - 10:26

Pas un trimestre de plus, pas un euro de moins !


http://www.retraites2013.org/ 

Ensemble, défendons nos retraites !

Lors de la Conférence sociale du 20 juin, François Hollande a annoncé que, dans le cadre de la prochaine réforme des retraites, l’allongement de la durée de cotisation sera « la mesure la plus juste » face à « cette chance formidable qu’est l’allongement de l’espérance de la vie ». Cette voie n’est pas acceptable. Les réformes de 1993, 2003, 2007 et 2010 ont déjà réduit les droits à pensions de plus de 30 %, en aggravant les inégalités déjà fortes entre les pensions des femmes et celles des hommes. Elles doivent donc être remises en cause.



Refusons les régressions sociales
« On vit plus vieux, il faut donc travailler plus longtemps », tel est l’argument qu’on nous rabâche. Mais on oublie de préciser qu’augmenter la durée de cotisation, c’est en réalité programmer la baisse des pensions. Baisse immédiate pour tous ceux – chaque année plus de la moitié des nouveaux retraités – qui passent directement du chômage, ou de l’inactivité, à la retraite, et qui ne pourront jamais atteindre cette durée. Baisse à venir pour les nouvelles générations entrées plus tard mais l’espérance de vie en bonne santé, elle, diminue depuis plusieurs années. La souffrance au travail se développe, de nouvelles pathologies apparaissent. Les plus dures années au travail sont entre 60 et 65 ans. Les meilleures années de la retraite sont entre 60 et 65 ans...dans la vie professionnelle du fait de l’allongement des études et qui connaissent déjà un chômage massif, aggravé par l’incitation faite aux seniors qui le peuvent de prolonger leur activité. On oublie aussi de rappeler que l’allongement de la durée de cotisation et la décote pénalisent plus fortement les personnes aux carrières courtes, en majorité des femmes. L’espérance de vie augmente, . L’allongement de la durée de cotisation, c’est la double peine. Nous ne pouvons pas l’accepter.L’austérité sans fin est suicidaire
Le gouvernement justifie cette nouvelle réforme par l’allongement de la durée de vie. Mais le déficit actuel ne doit rien au vieillissement de la population. Il s’explique par la récession qui se creuse en Europe, détruit des millions d’emplois et diminue les cotisations sociales induites par l’emploi. Cette récession provient essentiellement des politiques de réduction des dépenses publiques et de baisse du « coût du travail » menées partout en Europe par les gouvernements en accord avec la Commission. Si, comme cela semble être le cas, le gouvernement inscrit la réforme dans le cadre de ces politiques, il ne pourra que retenir des pistes entraînant une nouvelle baisse du niveau des pensions. Ce qui diminuerait encore le pouvoir d’achat des retraités, aggraverait la récession et entraînerait une nouvelle hausse du chômage. Sans qu’au bout du compte les déficits ne soient  réduits !

Il est possible de faire autrement
L’augmentation de l’espérance de vie ne date pas d’aujourd’hui. Par le passé, elle s’est accompagnée d’une diminution du temps passé au travail et d’une amélioration du niveau de vie, grâce à un partage de la richesse produite. C’est à nouveau la voie à suivre.
Pour augmenter le volume des cotisations sociales, il faut en finir avec l’austérité, relancer l’emploi par une réduction du temps de travail, une sécurisation de l’emploi, de la formation et du revenu, une augmentation des minima sociaux, une politique audacieuse d’investissement en matière sociale et écologique. Une voie supplémentaire, toujours négligée, pour répondre au besoin de financement des retraites, est la réalisation de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, à la fois par l’accroissement du taux d’activité des femmes, la suppression des inégalités salariales et la lutte contre le temps partiel subi. Il s’agit là de choix politiques de justice et de solidarité.
Il y a plus de retraité-es ? A moins de décréter leur paupérisation, il est normal de financer leurs retraites en augmentant leur part dans la richesse produite. Selon le Conseil d’orientation des retraites, il faudrait, à législation inchangée, un point de PIB supplémentaire en 2020 pour équilibrer le système de retraite alors que la part des salaires a chuté d’environ 6 points au cours des dernières décennies en faveur des dividendes.

Pour une large mobilisation citoyenne
La question des retraites pose celle de la société dans laquelle nous voulons vivre. La retraite à 60 ans par répartition n’est pas un fardeau, elle est une transmission continue et solidaire de la prise en charge d’une génération par la suivante. C’est pourquoi elle dépend aussi de l’avenir que la société sera capable d’offrir aux jeunes générations. Nous ne pouvons accepter la paupérisation programmée des futurs retraité-es, la destruction des solidarités sociales, l’idéologie absurde du « travailler toujours plus » dans une société productiviste et inégalitaire. Cet engrenage favorise l’extrême droite et menace à terme la démocratie. Comme en Europe du Sud et dans bien d’autres pays du monde, la société doit se mettre en mouvement. Pour y contribuer nous organiserons partout des réunions, des initiatives de rue, des ateliers d’éducation populaire et nous soutiendrons les initiatives prises par le mouvement syndical. Nous voulons un système de retraites solidaire. Pas un trimestre de plus, pas un euro de moins !



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12398

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: La réforme des retraites ( débat pro et anti)
par g.sandro Jeu 18 Juil 2013 - 10:38

Chronique d'Evariste
Retraites : appel à mobilisation maximale pour le 10 septembre 2013 contre le projet du gouvernement solférinien
Mercredi 17 juillet 2013

Par Évariste
Pour réagir aux articles,

C’est la première fois de notre histoire qu’un gouvernement de gauche décide de baisser le niveau des retraites et d’augmenter le nombre d’annuités.
1987, 1993, 1995, 2003, 2008, ce sont des gouvernements de la droite néolibérale qui ont décidé d’augmenter les dividendes des actionnaires et, en contre-partie, d’engager un processus de recul social sur les retraites.
Mais cette fois, c’est un gouvernement de la gauche solférinienne qui décide de suivre le chemin tracé par la droite néolibérale. Bien que nous ne connaiss
ions pas encore le projet de loi définitif, nous savons que le gouvernement est favorable à la sous-indexation des retraites (baisser chaque année le pouvoir d’achat des retraites), car il a applaudi à la sous-indexation du plan du Medef pour les retraites complémentaires AGIRC-ARCCO du privé (signée par les syndicats habitués à la complaisance avec le patronat). Nous savons aussi que le projet du gouvernement est d’allonger la durée de cotisation.
Nous sommes conviés par le mouvement syndical revendicatif - CGT, FO, FSU et Solidaires - à nous mobiliser le 10 septembre1. Il faut réussir cette mobilisation, c’est la seule arme dont nous disposons aujourd’hui… Une fois de plus, nous devons travailler à une mobilisation maximale contre la politique néolibérale du gouvernement solférinien, qui a décidé de passer en force en donnant à la vraie gauche moins de temps pour mobiliser qu’il n’en a donné à la droite et à l’extrême droite pour s’opposer au mariage pour tous.
Voici l’essentiel de nos arguments : ils sont en béton, utilisez-les ! Ne vous laissez pas museler par de faux raisonnements de pacotille !
Le Conseil d’orientation des retraites (COR) a calculé qu’il faut trouver 1 % du PIB pour les retraites d’ici 2020 (20 milliards d’euros) soit une augmentation des prélèvements de 2,2 %. C’est très facile à trouver si la croissance revient ou si on modifie le partage de la valeur ajoutée. Notez que 20 milliards est la somme que le gouvernement solférinien a donnée au patronat, sur un coup de fil du Medef, pour soi-disant améliorer la compétitivité !
Une cause essentielle du déficit est le chômage, il faut donc d’abord créer des emplois. Cela pose la question de l’Europe, qui demande cette réforme des retraites, au motif que seules les « nécessaires réformes structurelles » permettront le retour de la croissance. Mais c’est bien le carcan de l’Union européenne, des traités et de la zone euro qui fait perdre, via les politiques ordolibérales qu’il impose, 80 000 emplois par mois : l’austérité creuse le déficit et appelle l’austérité ! Et comme il n’y a pas de possibilité de réorienter l’Union européenne vers une Europe sociale sans en changer de fond en comble le cadre, ni d’espérer en une sortie à froid de l’euro (nous l’avons montré à plusieurs reprises dans nos chroniques d’Evariste ou dans les textes de Michel Zerbato), l’oligarchie européenne continuera son œuvre destructrice, faute d’un rapport de forces politique suffisant pour l’en empêcher. Voilà pourquoi nous devons nous préparer à la prochaine crise européenne qui ne manquera pas d’arriver. Alors le neuf pourra naître de l’approfondissement de la crise du capitalisme.
Une autre cause est la scandaleuse déformation du partage de la valeur ajoutée (plus de 9 % du PIB, soit environ 180 milliards d’euros par an depuis 30 ans), qui fait baisser la part des salaires directs et des cotisations sociales (le salaire socialisé) pour abonder le profit et augmenter les dividendes (qui ont triplé en % du PIB en 30 ans). Il faut la dénoncer avec force.
Quant au soi-disant problème démographique, regarder le ratio actifs/retraités est idiot, car ce qui compte c’est la production de richesse par les actifs : c’est le ralentissement des gains de productivité qui accroît le poids sur les actifs du financement des inactifs (retraités, mais aussi chômeurs, malades, etc.). Ainsi, depuis 1960, la population a plus que doublé tandis que le nombre de paysans a été divisé par 10 et pourtant nous ne sommes pas en situation de famine ! Nous montrons dans nos conférences publiques que lorsque nous passons de 6 retraités pour 10 actifs à 9 retraités pour 10 actifs, si nous tenons compte des prévisions du COR, le salaire moyen disponible (en agglomérant les retraites et les salaires) augmente de 60 %. C’est donc bien d’une répartition des richesses plus favorable au salaire (direct et socialisé) dont nous avons besoin. Mais comme l’oligarchie souhaite l’aggravation du partage de la valeur ajoutée, c’est bien d’une inversion du rapport de forces entre classes dont nous avons besoin.
Sur l’espérance de vie, TF1 et la télé publique vous mentent. En 2012, l’espérance de vie des femmes a baissé. En 2012, l’espérance de vie en bonne santé a baissé, pour l’ensemble de la population. Voilà le produit des politiques d’austérité. N’acceptons pas le mensonge qui consiste à dire que, puisqu’on vit plus longtemps, on doit travailler plus longtemps ! Sachez aussi que parmi les salariés de plus de 55 ans, la majorité sont déjà au chômage. Augmenter la durée de cotisation ne fera donc qu’augmenter le nombre de chômeurs, et réduire les ressources des caisses de retraite.
Et surtout, enfin, enlevez-vous de l’idée que les ordolibéraux font une mauvaise politique. Ils font au contraire une excellente politique, pour l’oligarchie et ses alliés. Voilà pourquoi il faut opposer une politique bonne pour les couches populaires ouvrières et employées (53 % de la population) et pour les couches moyennes intermédiaires (24 %) à cette politique bonne pour l’oligarchie et ses alliés. C’est cela la lutte des classes.
Nous devons résister au fatalisme, résister aux politiques d’austérité, présenter notre modèle politique alternatif de la République sociale dans toutes les initiatives d’éducation populaire, sur tous les domaines de lutte, pour, in fine, espérer vaincre l’oligarchie. Voilà le sens de l’histoire.
Contactez la rédaction de Respublica, contactez le Réseau Éducation Populaire (REP) pour vos initiatives d’éducation populaire de la rentrée, et en attendant rechargez vos accus par des vacances bien méritées.



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12398

Revenir en haut Aller en bas
MessageCombattre le discours néolibéral de l’espérance de vie
par g.sandro Mer 28 Aoû 2013 - 9:24

Combattre le discours néolibéral de l’espérance de vie
Samedi 24 août 2013
Par Didier Brisebourg
http://www.gaucherepublicaine.org/respublica/combattre-le-discours-neoliberal-de-lesperance-de-vie/6922
Les contre-réformes des retraites sont motivées par un discours qui affirme : « on vit plus longtemps, donc on doit travailler plus longtemps ». Cet argument passe sous silence les considérables gains de productivité qui pourraient être consacrés entièrement aux cotisations retraites, passe sous silence aussi le coût du capital, mais là n’est pas l’objet de mon message.
Non, il s’agit d’examiner cette affirmation centrale de l’allongement de la durée de vie.
Eurostat est un organisme de l’Union européenne qui fait des statistiques, un peu comme l’Insee en France. Ce n’est évidemment pas un repère d’opposants au capitalisme, c’est un organisme des plus officiels. Or que nous dit Eurostat ?
L”espérance de vie en bonne santé a baissé en moyenne, toutes catégories sociales confondues, en UE de 62,6 ans en 2007 à 62,2 ans en 2011.
- elle a baissé en Grèce de 67,4 à 66,9.
- en France de 64,4 à 63,6.
- à Chypre 62,9 à 61,4, etc.
Elle a augmenté légèrement en Allemagne de 58,6 à 58,7, mais on sait par ailleurs qu’en Allemagne, il y a une baisse de l’espérance de vie des plus pauvres.

Si on s’intéresse maintenant à l’espérance de vie en bonne santé à partir de 65 ans mesurée à la naissance, on constate la même tendance :

- elle a baissé en moyenne en UE pour les femmes de 9 à 8,6 ans,
- en Allemagne de 7,7 à 7,3
- en Grèce de 9,5 à 7,8
- en Espagne de 10,1 à 9,2
- à Chypre de 7,4 à 5,8
- aux Pays-Bas de 12,2 à 9,9
- elle a stagné en France à 9,9.

Ceci signifie, en clair :
- que l’espérance de vie des adultes qui ont eu 65 ans entre 2007 et 2011 a continué à augmenter en moyenne,
- que c’est l’espérance de vie en bonne santé à partir de 65 ans des nouveaux nés entre 2007 et 2011 qui a baissé. Il y a donc une dégradation de l’état de santé à la naissance.
La baisse est particulièrement sensible en Grèce, là où la dégradation de la protection sociale a été la plus forte. Il est difficile d’imaginer que les réponses apportées à la crise par les gouvernements n’y sont pour rien.

Ne nous faisons aucune illusion : les détenteurs des capitaux ne veulent pas, n’ont jamais voulu, intégrer les cotisations versés aux retraités, à la protection sociale de manière générale, dans les masses salariales. Ils veulent être les seuls décideurs de la composition de la valeur économique générée par le travail. Seule une opposition résolue pourra les contraindre.

Sources

http://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/show.do?dataset=hlth_hlye&lang=fr
http://epp.eurostat.ec.europa.eu/tgm/table.do?tab=table&init=1&language=fr&pcode=tsdph220&plugin=1



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12398

Revenir en haut Aller en bas
Message décryptage du projet gouvernemental par la CGT; c'est très instructif
par g.sandro Mar 3 Sep 2013 - 18:04

La présentation qui suit reprend les extraits essentiels du dossier de presse relatif à la présentation de la future réforme des retraites par le Premier ministre assortis des commentaires de la CGT. Après réception du projet de loi qui devrait nous parvenir le  4 septembre prochain, nous ferons en sorte de vous transmettre rapidement les éléments de décryptage et d’analyse. Pour rappel, Thierry Lepaon s’exprimera lors du meeting du 5 septembre sur ce projet de loi.

 
 
 
Toutes les parties entre guillemets sont issues du dossier de presse de Jean-Marc Ayrault.
 
Mesures assurant l’équilibre en 2020 - Actifs et entreprises

« Les cotisations des actifs et des entreprises seront augmentées dans la même proportion, de façon mesurée. Tous les régimes seront concernés. La hausse sera progressive sur 4 ans : 0,15 point pour les actifs et les employeurs en 2014, puis 0,05 pour les 3 années suivantes. Au final en 2017, l’accroissement aura été de 0,3 point pour les actifs et 0,3 point pour les employeurs.

Sur la base et dans le cadre des travaux du Haut Conseil du Financement de la Protection sociale, le Gouvernement engagera une réforme qui permettra que le financement de la protection sociale pèse moins sur le coût du travail et donc sur l’emploi. Cette évolution s’amorcera dès 2014. Il n’y aura pas de hausse du coût du travail en 2014.

Exemple : Une hausse de 0,15 point de la cotisation retraite pour un salaire au niveau du SMIC représente un effort de 2,15€ par mois.

Quand la hausse de la cotisation aura atteint 0,3 point, elle représentera un effort d’environ 4,50€ par mois. »
 
Commentaires CGT :

Tous les régimes seront concernés, c’est clairement indiqué, notamment pour l’allongement de la durée, l’augmentation des cotisations et les modifications portant sur les droits familiaux et leur fiscalisation. La hausse des cotisations, même si elle peut sembler modeste pour les salariés, est problématique parce qu’elle ne s’accompagne pas d’une amélioration des droits et qu’elle intervient dans un contexte de stagnation, voire de régression salariale. Elle ne respecte pas le principe qui veut que la cotisation employeur soit 50 % plus élevée que la cotisation salariée (60 /40). Enfin, cette augmentation sera indolore pour les employeurs puisque totalement compensée dès 2014 par un transfert d’une partie des cotisations de la branche famille sur l’impôt, donc les ménages, dans le cadre de la baisse obsessionnelle du « coût du travail ». Un transfert sur la CSG, et donc avec une augmentation de celle-ci, n’est toutefois pas complètement exclu.
 
Retraités

« Les majorations de pensions de 10% des retraités ayant élevé 3 enfants ou plus sont aujourd’hui exonérées d’impôt sur le revenu. Elles y seront désormais soumises comme le reste des pensions.

La mesure touchera principalement les retraités les plus aisés ayant trois enfants et plus. »


 


Commentaires CGT :

Cette disposition pourra avoir un effet sur la situation fiscale de ménages modestes aujourd’hui non imposables. En tout état de cause, ce genre de mesure, dont on mesure mal les conséquences, devrait être abordé dans le cadre d’une réforme fiscale globale. On peut s’interroger sur la notion de retraités aisés lorsque l’on constate que selon certains, il peut s’agir de ceux qui disposent de pensions à peine supérieures à 1000 € mensuel.
 
« Le Gouvernement exclut la baisse ou le gel de la revalorisation des pensions des retraités.

Actuellement, cette revalorisation en fonction de l’inflation est effectuée au 1er avril. Elle interviendra dorénavant au 1er octobre. »
 
Commentaires CGT :

Le rapport de forces, créé du fait de l’annonce de la mobilisation de la rentrée et de la position commune des UCR, a pesé de toute évidence dans le renoncement à la désindexation des pensions. Néanmoins, le report d’avril à octobre de la revalorisation des pensions va pénaliser une fois de plus les retraités et peut constituer de fait une désindexation masquée.
 
Mesures assurant l’équilibre entre 2020 et 2040

« La réforme ne change pas le calendrier de hausse de la durée avant 2020.

L’espérance de vie pour une personne de 60 ans continuera à augmenter et atteindra un peu plus de 25 ans pour les hommes et 30 ans pour les femmes en 2040.

La durée d’assurance pour une retraite à taux plein à partir de 2020, augmentera d’un trimestre par an et passera ainsi à 43 ans en 2035.

Pour un assuré né en et atteignant 62 ans, la durée requise pour le taux plein sera de :


  • 1958 2020 41 ans et trois trimestres


  • 1961 2023 42 ans


  • 1964 2026 42 ans et un trimestre


  • 1967 2029 42 ans et demi


  • 1970 2032 42 et trois trimestres


  • 1973 2035 43 ans



Pour les assurés nés après 1973, la durée requise restera de 43 ans »
 
Commentaire CGT :

C’est le point principal qui atteste de la poursuite de la dynamique régressive engagée avec les précédentes réformes. Le Premier ministre a d’ailleurs souligné la pertinence de la règle du partage des gains d’espérance de vie afin de maintenir le ratio 2/3 pour le travail et 1/3 pour la retraite. Pour mémoire, ce principe a été mis en place par … François Fillon. Le gouvernement prolonge les dispositions Fillon au-delà de 2020. En passant à 43 ans de cotisations, la durée exigée pour le taux plein à partir de la génération 1973, le gouvernement crée les conditions pour que le nombre de salariés accédant au taux plein se réduise comme peau de chagrin. C’est ce qui nous conduit à considérer que cette réforme est particulièrement néfaste pour la jeunesse. Rappelons que la durée moyenne validée aujourd’hui est de 151 trimestres (145 pour les femmes, 156 pour les hommes).
 
 
Un dispositif de pilotage

« Un dispositif de pilotage sera mis en place :


  • Le Conseil d’orientation des retraites réalisera chaque année à partir des indicateurs retenus un bilan public sur le système de retraite ;


  • Un Comité de surveillance des retraites rendra un avis annuel et notifiera une alerte en cas d’écarts significatifs. Il formulera des recommandations sur les mesures à prendre ;


  • Le Gouvernement, après consultation des partenaires sociaux, prendra ou proposera au Parlement les mesures de redressement. »

 
Commentaire CGT :

Même si la rédaction est floue sur la notion d’écarts significatifs (de quels écarts s’agit-il ?) on comprend bien qu’il est surtout question ici des écarts en termes de situation financière des régimes. Cette réforme résulte bien avant tout d’une approche comptable du dossier retraite. On est loin de la proposition de maison commune des régimes de retraite.
 
2) Prévenir et prendre en compte la pénibilité

·        « Un compte personnel de prévention de la pénibilité sera créé dès 2015. Les dix facteurs de pénibilité retenus sont ceux qui ont été définis par les partenaires sociaux en 2008(1).

·        Ouvert pour tout salarié du secteur privé exposé à des conditions de travail réduisant l’espérance de vie, le compte permettra de cumuler des points en fonction de l’exposition à un ou plusieurs facteurs de pénibilité. Chaque trimestre d’exposition donnera droit à un point (deux points en cas d’exposition à plusieurs facteurs). Le nombre total de points sera plafonné à 100.

·        Environ 20% des salariés du privé sont concernés.

·        Les points accumulés sur le compte pourront être utilisés pour :

·        suivre des formations permettant de se réorienter vers un emploi moins pénible, car l’objet principal est bien d’aider les salariés à sortir de la pénibilité ;

·        financer un maintien de rémunération lors d’un passage à temps partiel en fin de carrière ;

·        bénéficier de trimestres de retraite.

·        Le barème de conversion des points en trimestres de formation, temps partiel et retraite est le suivant : 10 points sur le compte = 1 trimestre. Mais les 20 premiers points seront obligatoirement consacrés à la formation.

·        Le dispositif sera financé par une cotisation des employeurs : une cotisation minimale de toutes les entreprises et une cotisation de chaque entreprise tenant compte de la pénibilité qui lui est propre.

·        Pour les salariés du privé proches de l’âge de la retraite qui ne pourraient accumuler suffisamment de points sur leur compte individuel, les points acquis seront doublés et le minimum de 20 points de formation ne s’appliquera pas. Ainsi, un salarié exposé et qui est à 2 ans de la retraite verra ses points multipliés par deux, soit 16 points, lui permettant de bénéficier d’au moins un trimestre de temps partiel ou de retraite.


 
Exemples : Monsieur X a travaillé en équipes successives alternantes pendant 25 ans (= 100 trimestres). Il a ainsi accumulé 100 points sur son compte. Il en a utilisé 20 pour une formation de 6mois (20 points = 2 trimestres de formation) lui permettant de changer de poste. Les 80 points restants lui permettent de passer à temps partiel pendant un an (40 points = 4 trimestres) et de partir un an plus tôt à la retraite (40 points = 4 trimestres de retraite).

Madame Y a été exposée pendant 10 ans (= 40 trimestres) à des températures extrêmes, du bruit et du travail de nuit. Elle a ainsi acquis 80 points (40x2). Elle en utilise 40 pour financer un an de formation et de reconversion. Elle pourra utiliser les 40 points restants pour la retraite (4 trimestres de durée) ou pour passer à temps partiel pendant un an.

(1) les manutentions manuelles de charges lourdes ; les postures pénibles définies comme positions forcées des articulations ; les vibrations mécaniques ; les agents chimiques dangereux, y compris les poussières et les fumées ; les activités exercées en milieu hyperbare ; les températures extrêmes ; le bruit ; le travail de nuit ; le travail en équipes successives alternantes ; le travail répétitif. »

 
Commentaire CGT :

Beaucoup de bruit pour des droits plus que modestes. Si le principe d'un compte individuel n'est pas une mauvaise idée en soi, les dispositions qui y sont associées sont très largement insuffisantes. A partir de 25 années d'exposition, il serait possible de bénéficier de 8 trimestres d'anticipation, soit un départ à … 60 ans, ce qui se pratiquait avant la mise en œuvre du recul de l’âge. Soulignons que les salariés les plus âgés font l'objet de mesures différentes qui leur permettraient au mieux un départ anticipé de … 1 ou 2 trimestres. Rien n’est dit en revanche sur le niveau de pension des personnes concernées par un départ anticipé (taux plein ? bonifications ?).
 
3) Rendre notre système plus juste  pour les femmes

« Mieux prendre en compte les trimestres d’interruption au titre du congé de maternité.

À compter du 1er janvier 2014, seront validés autant de trimestres que de périodes de 90 jours de congé maternité.

Le décret du 2 juillet 2012 élargissant la possibilité de départ à 60 ans a ajouté, au titre de la durée réputée cotisée pour les départs en carrière longue, 2 trimestres au titre de la maternité. À compter du 1er janvier 2014, tous les trimestres de congé maternité seront réputés cotisés. »


 
Commentaire CGT :

Ces dispositions sont positives et étaient d'ailleurs demandées par la CGT.
 
Valider des trimestres pour les petits temps partiels, qui touchent essentiellement les femmes

« Le nombre de trimestres d’assurance vieillesse validés au titre d’une année est établi en fonction du montant de la rémunération annuelle soumise à cotisations : sont validés autant de trimestres que le salaire annuel représente de fois 200 heures rémunérées au Smic.

Cette disposition ne permet pas aux assurés à temps très partiel, à faible durée de travail ou à faible revenu dans l’année de valider quatre trimestres. À l’inverse, il est possible pour certains salariés percevant une rémunération élevée, de valider 4 trimestres en moins de 2 mois et demi d’activité.

À compter du 1er janvier 2014, les modalités de validation d’un trimestre seront modifiées :

·        acquisition d’un trimestre avec 150 heures Smic de cotisations au lieu de 200 ;

·        création d’un plafond afin de limiter les effets d’aubaine : ne seront prises en compte pour le calcul de la durée que les cotisations portant sur un revenu mensuel inférieur à 1,5 Smic ;

·        report des cotisations non utilisées pour valider un trimestre sur l’année suivante. »

 
Commentaire CGT :

Le passage de 200 à 150 heures pour valider 1 trimestre va-t-il dans le bon sens ? L'impact ne sera de toute façon pas énorme en matière de pension puisque cela concernerait surtout des personnes à très bas salaires. Les variations de pensions pour les bas salaires sont très faibles. On comprend mal la motivation de la seconde disposition qui pourrait avoir des conséquences négatives pour des salariés ne percevant pas un salaire régulier (intérimaires, saisonniers, intermittents du spectacle...)

La troisième disposition va dans le bon sens et correspond à une demande de la CGT.
 
Refondre les majorations de pension pour enfant

« Aujourd’hui, la majoration de 10% des pensions ne concerne que les parents de trois enfants et plus. En outre, ainsi que le rapport Moreau le démontre, cet avantage bénéficie principalement aux hommes. Le Gouvernement souhaite engager une refonte de cette majoration afin qu’elle bénéficie davantage aux femmes et qu’elle puisse intervenir dès le premier enfant.

Pour les retraités actuels et ceux partant à la retraite d’ici à 2020, les règles actuelles ne sont pas modifiées. Au-delà de 2020, la majoration actuelle sera progressivement plafonnée et transformée en majoration forfaitaire par enfant. Elle bénéficiera principalement aux femmes. »

 
Commentaire CGT :

On déshabille Pierre pour habiller Paul ... Même si le flou est de rigueur, on comprend que tout ou partie de la majoration actuellement bénéficiant aux hommes serait redistribué aux femmes. Le fait que l'application soit repoussée après 2020 montre que les choses ne sont pas aussi simples, ne serait-ce que du point de vue de la jurisprudence européenne. La seule façon d'aller à l'égalité femmes-hommes en matière de retraite, c'est de progresser résolument vers l'égalité salariale et de carrière.
 
Pour les jeunes

« Permettre aux apprentis et aux jeunes en alternance de valider tous leurs trimestres d’apprentissage.

Les apprentis cotisent sur une assiette forfaitaire, inférieure à leur rémunération et trop faible pour leur permettre de valider une durée d’assurance vieillesse au moins égale à celle de leur contrat.

L’assiette de cotisation des apprentis sera réformée afin de leur permettre de valider à l’avenir un nombre de trimestres de retraite correspondant aux nombres de trimestres travaillés, quelle que soit leur rémunération. Ces cotisations seront prises en charge par la solidarité nationale. »
 
Commentaire CGT :

Ces dispositions étaient demandées depuis longtemps par la CGT. Elles vont dans le bon sens.
 
Aider les jeunes à racheter leurs périodes d’études post bac

« Les assurés peuvent déjà racheter jusqu’à 12 trimestres d’assurance au titre des années d’études supérieures depuis 2003. Le tarif de ce rachat varie selon l’âge et le niveau de revenu. Il est cependant relativement élevé pour des jeunes entrant dans la vie active, ce qui le rend très peu utilisé.

Un tarif préférentiel de rachat de trimestres d’études sera ouvert aux jeunes entrant dans la vie active, dans les conditions suivantes :

·        rachat effectué dans un délai de cinq ou dix ans suivant la fin des études ;

·        quatre trimestres au maximum seront rachetables à ce tarif ;

·        le montant de l’aide sera forfaitaire afin d’avantager relativement les assurés les plus jeunes et aux revenus les plus faibles lors du rachat. »


 
Commentaire CGT :

Ce qu'il faut débourser pour obtenir ne serait-ce qu'un trimestre est dissuasif. La modestie de l'aide qui sera proposée n'y changera probablement pas grand chose.
 
Pour les carrières heurtées

« Étendre la validation de périodes de formation professionnelle et de chômage non indemnisé

À compter du 1er janvier 2015, toutes les périodes de formation professionnelle seront assimilées à des périodes d’assurance, dans les mêmes conditions que les périodes de chômage indemnisé (validation d’un trimestre pour chaque période de 50 jours de stage).

Afin d’éviter que l’alternance entre chômage non indemnisé et emploi se traduise par de moindres validations de droits, les périodes de chômage non indemnisées seront validées continûment si l’assuré reste inscrit à Pôle emploi, même en cas de reprise d’emploi. »
 
Commentaire CGT :

Cette mesure va dans le bon sens et correspond à une demande de la CGT.
 
Mieux prendre en compte les accidents de carrière pour les assurés à carrière longue

« Le décret du 2 juillet 2012 a ajouté, au titre de la durée réputée cotisée pour les départs en carrière longue, 2 trimestres de chômage et 2 trimestres au titre de la maternité. À compter du 1er janvier 2014, seront réputés cotisés 2 trimestres supplémentaires de chômage et 2 trimestres d’invalidité. »
 
Commentaire CGT :

Cette mesure va dans le bons sens et correspond à une demande de la CGT.
 
Pour les petites pensions : amélioration du minimum contributif
« Le minimum contributif n’est versé que si l’ensemble des pensions de retraite personnelles légalement obligatoires est inférieur à 1028€. En cas de dépassement, le minimum contributif est écrêté. Le seuil d’écrêtement sera relevé à 1120€ à compter du 1er janvier 2014. »
 
Commentaire CGT :

Cette mesure ne remet pas en cause ce que nous avions contesté en 2010 : l'instauration d'un écrêtement. Elle pénalise notamment les retraités modestes. Exemple : le minimum contributif s’élève en 2013 à 687,32 €. Si vous percevez 500 € d'un régime complémentaire ; le minimum contributif sera ramené à 528 € dans le cadre de l'écrêtement actuel et à 620 € dans le cadre des nouvelles dispositions.
 
 
Pour les polypensionnés

·        « Malgré des règles de calcul extrêmement proches, les pensions des assurés relevant de plusieurs régimes alignés sont calculées de manière indépendante. Ainsi, à effort contributif égal, les montants de pensions d’un mono-pensionné et d’un poly-pensionné peuvent différer fortement.

·        Afin de soumettre au même traitement les poly et mono-pensionnés, dès lors qu’ils relèvent de régimes à règles comparables (régime général, RSI, salariés agricoles), la pension fera l’objet à partir du 1er janvier 2016 d’un calcul unique, l’assuré restant affilié aux deux régimes. »
 
Commentaire CGT :

Il s'agit d'une mesure positive demandée de longue date par la CGT, mais pourquoi ne pas aller plus vite (1er janvier 2016 !) et plus loin en appliquant des dispositions comparables aux polypensionnés public-privé ?
 
4 ) Rendre notre système plus simple et plus lisible pour les assurés

« La multiplicité des régimes et la complexité des règles en matière de retraite contribuent à l’opacité des relations des assurés avec leurs régimes de retraite. Pour rendre plus simple notre système, le Gouvernement interviendra sur les trois étapes des relations des assurés et des régimes de retraite :

·        Avant la liquidation : la création d’un compte retraite unique pour chaque Français. Il permettra d’avoir une vision consolidée, à jour, de la carrière de chaque assuré, en regroupant l’ensemble des informations sur les droits acquis sur l’ensemble de leur carrière, pour tous les régimes. Il sera associé à un simulateur de retraite en ligne, intégrant les informations sur la carrière pour les périodes passées, et projetant la fin de carrière ;

·        Au moment de la liquidation : la création d’une demande unique de retraite en ligne avec une déclaration préremplie. Les accueils unifiés inter-régimes seront développés ;

·        une fois la pension liquidée : la simplification du paiement et une utilisation du compte unique de retraite pour permettre au retraité d’avoir accès à l’ensemble de ses pensions de retraite, de retrouver tous les documents et formulaires utiles et de déposer les informations nécessaires aux caisses.

Une structure inter-régimes sera créée, associant l’ensemble des organismes de retraite obligatoire (de base et complémentaire), et sera chargée d’assurer le pilotage des principaux projets interrégimes.

Elle absorbera à terme le GIP Info retraite. »
 
Commentaire CGT :

Ces mesures vont dans le bon sens mais ne changeront malheureusement rien à la dégradation de la situation des retraités actuels et futurs dans l'hypothèse de la mise en œuvre de cette réforme.




Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12398

Revenir en haut Aller en bas
Message de S&P: Retraites : arrêtons l’enfumage financier, rétablissons la justice sociale
par g.sandro Mar 10 Sep 2013 - 0:29

Retraites : arrêtons l’enfumage financier, rétablissons la justice sociale



lundi 9 septembre 2013

Appel à manifester le 10 septembre (carte des manifs) - Notre tract pour la mobilisation contre la réforme des retraites :

Depuis plus de 40 ans, les gouvernements ont laissé le capital financier accaparer les gains de productivité du travail. La réforme Ayrault ne fait que continuer cette soumission. Nous nous battons au contraire pour arrêter cette machine infernale. La retraite n’est pas un coût, c’est un droit. C’est le système imposé par la City, Wall Street et leurs collaborateurs au sein de l’Union européenne et en France qu’il faut changer, pas le régime de retraites.

La « réforme » Ayrault contre la justice sociale

D’abord, la durée de cotisation pour une retraite à taux plein passera de 41 ans et trois trimestres en 2020 à 43 ans en 2035. Pour les jeunes d’aujourd’hui, s’ils rentrent sur le marché du travail après leurs études, à 24 ans, cela signifie 67 ans. Ou davantage, si on continue avec la même logique. Un gouvernement disant faire de la jeunesse sa priorité fait ainsi une réforme anti-jeune ! C’est aussi bafouer les ouvriers, dont l’espérance de vie en bonne santé est de moins de 60 ans !
Ensuite, on augmentera les cotisations salariales et patronales de 0,3 %. Mais là, MM. Moscovici et Ayrault ont promis au MEDEF que la part patronale serait « compensée », sans doute sous forme d’un report scandaleux d’une partie des charges familiales vers la CSG. Tout cela au nom de la « compétitivité », dans une économie qui ne produit pas de biens réels et se désindustrialise au bénéfice d’une société des détenteurs de patrimoine.
Enfin, la revalorisation des pensions, déjà repoussée du 1er janvier au 1er avril par le gouvernement Fillon en 2009, sera maintenant reportée au 1er octobre. Ce n’est pas un simple décalage, comme l’a dit hypocritement M. Ayrault. Le manque à gagner annuel sera de 144 euros pour un retraité touchant une pension de 1200 euros par mois, avec une inflation de 2 %. On imagine ce qui arrivera quand l’inflation se déchaînera dans la prochaine phase de la crise, tout salarié étant amputé du niveau de cette inflation pendant neuf mois !
Oh, le gouvernement prévoit bien des amortisseurs pour que le minimum vieillesse (aujourd’hui inférieur au seuil de pauvreté !) ne soit pas trop affecté : il créera un compte épargne « pénibilité » et concèdera quelques trimestres supplémentaires aux femmes qui ont suspendu leur carrière pour cause de maternité et aux étudiants, qui pourront racheter jusqu’à 4 trimestres. Ce ne sont que des sparadraps pour atténuer les effets du mal, des aumônes de dames patronnesses.

Les trois piliers de l’enfumage



  1. On nous serine que les acquis sociaux ne peuvent être maintenus car le nombre de retraités augmente par rapport à celui des actifs. Ce raisonnement repose sur une conception statique de l’économie et de la société, il est donc faux. La vérité est que la cause première des déficits n’est pas l’allongement relatif de la vie humaine, mais la crise économique : la réduction du taux de croissance et l’augmentation du taux de chômage entraînent mécaniquement une baisse des cotisations. La vérité est que dans une économie en développement réel, la productivité de moins d’actifs peut financer plus de retraités !

  2. On nous dit que « les retraités doivent faire leur part d’effort ». Or une étude récente montre que si les réformes de 1993, 2003 et 2008 avaient été appliquées aux affiliés de la CNAV et de la MSA nés en 1938, ceux-ci auraient déjà vu leur pension réduite de 28 % en moyenne lors de leur liquidation et de 35 % sur l’ensemble de la période de leur retraite. On voit ce que signifie aller plus loin : une austérité criminelle.

  3. On raisonne comme si l’argent des retraités était une charge financière ou une somme accaparée et stérilisée. Or les retraités consomment, épargnent et dans cette société en crise, doivent soutenir leurs enfants. Ils infusent ainsi du pouvoir d’achat supplémentaire dans l’économie. Penser autrement revient à une imbécillité comptable.


Enfin, le déficit du régime n’est pas abyssal, il est du même ordre que le crédit d’impôt compétitivité, pour lequel on a bien trouvé les 20 milliards nécessaires à son financement et sans contrepartie.

La solution : sortir du piège financier

Combattre cette réforme, c’est exiger que les forces financières qui la promeuvent soient mises hors d’état de nuire, afin qu’une économie organisée et de plein emploi puisse servir des retraites dignes à ceux qui ont travaillé toute leur vie. La question des retraites n’est pas une question technique ; elle suppose un changement total d’orientation politique et sociale, de haut en bas.



  1. Cela commence par l’assainissement financier : couper les banques en deux et arrêter la dépendance de l’Etat à l’égard de leurs spéculations. Exactement le contraire de ce qu’a fait Pierre Moscovici avec sa « réforme bancaire » de complaisance.

  2. Lancer une grande politique de crédit public, comme nous en avons eu à la Libération, pour reconstruire. Aujourd’hui le système de l’euro s’y oppose, c’est pourquoi il faut en faire un autre.

  3. C’est en organisant la reprise de l’économie avec ces armes politiques qu’on se donnera les moyens de servir les retraites. Car le chômage diminuant et les salaires augmentant avec la qualification des emplois, il y aura plus de cotisants et donc plus d’argent.

  4. On pourra ainsi, grâce à la productivité retrouvée, à la fois baisser la durée de cotisation, ne laisser aucune retraite en dessous du SMIC et réorganiser de fond en comble le système en fonction de la justice sociale et non de la finance, en abrogeant toutes les mesures de recul social.

  5. On pourra éradiquer la pénibilité plutôt que de la compenser, mettre fin aux inégalités hommes/femmes au travail et réintégrer les jeunes dans le travail, avec de vrais emplois et non des CDD à répétition.


Utopie ? Non, coup d’arrêt à la société des héritiers, du chômage et de la souffrance au travail et retour à un travail humain dans lequel on n’est plus réduit à un centre de profit évalué en termes monétaires, mais considéré comme accomplissant une œuvre pour le salut commun. Notre dette est envers ceux qui ont travaillé et les générations futures, non envers ceux qui nous étranglent pour couvrir leurs paris sur les marchés. Eux nous mènent au désastre social et à la guerre ; nous, nous voulons un avenir et la justice.
Lorsque le sentiment se borne à attendre un futur sur lequel on ne peut rien, le courage s’efface. C’est en nous contaminant par ce pessimisme que le système en place cherche à nous étouffer. Des retraites justes et dignes sont non seulement un droit, mais le levier fondamental pour redonner sens à notre vie.



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12398

Revenir en haut Aller en bas
Message Collectif citoyen « Pour nos retraites, on lutte ! » Manif monstre à 14h République
par g.sandro Mar 10 Sep 2013 - 10:31

Collectif citoyen « Pour nos retraites, on lutte ! »
> Ce mercredi 4 septembre, à proximité de l’Élysée, a eu lieu la conférence de presse de lancement de la campagne unitaire et citoyenne Retraites 2013 regroupant un large arc de forces associatives, syndicales et politiques.

 


> Consulter, signer et faire circuler l’appel constitutif du collectif : http://www.retraites2013.org/signez-lappel-ensemble-defendons-nos-retraites/
> Visionner la conférence de presse, la diffuser : http://www.dailymotion.com/video/x148dmg_conference-de-presse-du-collectif-04-09-13_news
> Quelques échos de presse :






> Les collectifs unitaires locaux doivent désormais se mettre sur pied dans le maximum de localités et démultiplier les initiatives locales.
> D’ores et déjà des contacts sont pris par le collectif pour l’organisation de grands meetings avec des personnalités nationales (ATTAC/Copernic, Solidaires, FSU, CGT, Collectif féministe, Collectif Jeune, PC, PG, autre composante du FG, NPA, EELV, Gérard Filoche…) dans plusieurs grandes villes de France.
 
> Pour l’Île de France un rassemblement de débat et de fête aura lieu le Vendredi 4 octobre, de 18h à 22h sur une place parisienne (à la veille du débat parlementaire qui commence du lundi 7 octobre). Pour rappel, le texte sera présenté au Conseil des ministres le 18 septembre.



 


> D’autres meetings nationaux et de réunions publiques locales doivent rapidement s’organiser à l’initiative de collectif unitaires locaux. Ces évènements seront annoncés sur le site du collectif (www.retraites2013.org).
> Nous contacter : retraites2013@gmail.com
> Une apparition du collectif doit s’organiser lors des manifestations du mardi 10 septembre. Pour Paris un point fixe est prévu (diffusion de milliers de « 4 pages argumentaire » et d’autocollants).
> Le collectif s’est doté de matériels et d’outils de campagne :





 



  • Ces matériels ainsi que des autocollants (lien) seront tirés à des dizaines de milliers d’exemplaires et disponibles pour les collectifs locaux à la fête de l’Huma (stand d’ATTAC et d’autres composantes du Collectif).



 



> Plus d’information : http://www.retraites2013.org
> L'équipe d'animation « Pour nos retraites, on lutte ! »
>



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12398

Revenir en haut Aller en bas
La réforme des retraites ( débat pro et anti)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hardinvestor :: Argent - Or - Monnaie - Géopolitique / Forums publics :: Economie/Monnaie, Géopolitique, Environnement-Santé-
Sauter vers:




cours de l’or en dollar   cours de l’argent en dollar   cours du Hui   cours de l’or en euro   cours de l’argent en euro   ratio or argent