!-- Go to www.addthis.com/dashboard to customize your tools -->
Hardinvestor HardinvestorTraduire: TraductionSuivre:  Hardinvestor sur TwitterHardinvestor sur FacebookVidéos Hardinvestor DailymotionVidéos Hardinvestor YoutubePartager:  Partager

Hardinvestor- Investir sur l’or et l’argent Hard Investor   |  Silver is King, Go gold!

Pourquoi et comment investir dans l’or et l’argent ? Plus qu’un placement d’opportunité, il s’agit avant tout de sécuriser le pouvoir d’achat de votre épargne contre l’érosion monétaire et les conséquences de la crise systémique mondiale, tout en déjouant les pièges que réserve le marché de l’or et de l’argent, à l’investisseur non averti.


 

 Partagez  |

Point stratégique quotidien Avec Jacques Cheminade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessagePoint stratégique quotidien Avec Jacques Cheminade
par jojo-lebarje Sam 16 Juil 2011 - 14:54

Point stratégique quotidien 27 juin 2011 - Avec Jacques Cheminade

voir pour mettre le lien en forum public

http://www.solidariteetprogres.org/Point-strategique-quotidien_07853




Y a des gens qui n'ont pas réussi parce qu'ils ne sont pas aware, ils ne sont pas "au courant". Ils ne sont pas à l'attention de savoir
qu'ils existent. Les pauvres, ils savent pas. Il faut réveiller les gens.
C'est-à-dire qu'y a des gens qui font leur travail, qui font leurs études, ils ont un diplôme, ils sont au contact tout ça. Tu as un rhume

 

et tu fais toujours "snif". Faut que tu te mouches. Tu veux un mouchoir ? Alors y a des gens comme ça qui ne sont pas aware. Moi je
suis aware tu vois, c'est un exemple, je suis aware."JC Van Damme.

soit toi copier moi, toi pas "aware"


   jojo-lebarje

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   25/01/2008
  Messages :   560

Revenir en haut Aller en bas
MessageFrance : comment se prépare le fascisme financier 15 juillet 2011 - 20:20
par g.sandro Dim 17 Juil 2011 - 0:28

France : comment se prépare le fascisme financier




15 juillet 2011 - 20:20

IL EST EXACT qu'on retrouve bien des ingrédients de Brunig et de Laval, dans le discours qui pointe...



http://www.solidariteetprogres.org/France-comment-se-prepare-le-fascisme-financier_07915



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12318

Revenir en haut Aller en bas
Messageprépare le fascisme financier suite et fin
par jojo-lebarje Dim 17 Juil 2011 - 4:14

une seule solution couvrir ces avoirs en banque contre de l'argent physique


Go Gold !!!!! bon sang , bien sur Silver is KING aaarf



Y a des gens qui n'ont pas réussi parce qu'ils ne sont pas aware, ils ne sont pas "au courant". Ils ne sont pas à l'attention de savoir
qu'ils existent. Les pauvres, ils savent pas. Il faut réveiller les gens.
C'est-à-dire qu'y a des gens qui font leur travail, qui font leurs études, ils ont un diplôme, ils sont au contact tout ça. Tu as un rhume

 

et tu fais toujours "snif". Faut que tu te mouches. Tu veux un mouchoir ? Alors y a des gens comme ça qui ne sont pas aware. Moi je
suis aware tu vois, c'est un exemple, je suis aware."JC Van Damme.

soit toi copier moi, toi pas "aware"


   jojo-lebarje

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   25/01/2008
  Messages :   560

Revenir en haut Aller en bas
MessageL’euro est mort mais pas l'eurofascisme
par g.sandro Jeu 21 Juil 2011 - 19:39

L’euro est mort mais pas l'eurofascisme




19 juillet 2011 (Nouvelle Solidarité)

– Le système euro imposé à l’Europe il y a 20 ans pourrait exploser jeudi... à moins que l’Eurogroupe ne bascule définitivement dans l’eurofascisme.

« L’euro doit survivre à cette crise et lui survivra », crient en coeur les
principaux concepteurs de cette folie monétariste dans une tribune publiée par
Le Monde. « Il en sortira même renforcé : les instruments qui manquaient
à ce projet sans précédent d’une zone monétaire sans Etat et sans budget ont
déjà commencé à être élaborés » , expliquent Jacques Delors, Felipe Gonzalez,
Romano Prodi, Etienne Davignon et Antonio Vitorino. « La nécessité a fait loi »,
disent-ils en se réjouissant presque d’avoir pu abolir en catimini la
souveraineté des peuples.

« Nous devons aller vers une mutualisation plus forte des dettes souveraines
européennes. Il faut les fusionner et promouvoir l’émission d’obligations
européennes », avance Mathieu Pigasse, le socialiste co-présidant la banque
Lazard et néo-propriétaire du quotidien du soir. « Il faudrait instaurer une
forme de gouvernement européen capable d’affirmer une solidarité budgétaire », renchérit Jean Paul Fitoussi dans le JDD. Et la palme de la soumission
ultime à la règle du jeu va à François Hollande qui veut « bien plus qu’un
ministre des finances européen » et propose de « fusionner » les postes de
président du Conseil et de la Commission pour piloter « un fédéralisme
budgétaire et fiscal ».

En d’autres termes, il s’agit de transférer le peu de pouvoir restant à nos
représentants élus dans les mains d’administrateurs et de techniciens
« européens » qui savent ce qui est bon pour vous.


Mais la réalité est que les banques européennes sont en faillite : tout en
demeurant une vaste fraude
, le « stress-test » élaboré au siège de l’Autorité
bancaire européenne (EBA) à la City de Londres, révèle déjà que 10% des banques européennes feront faillite à la moindre secousse. Sauf que leur test bancaire a autant de valeur qu’un test sismique de magnitude 5 qui aurait été fait le 10 mars 2011 sur l’île japonaise de Honshu.

L’EBA n’a pas inclus dans ses paramètres le défaut souverain d’un pays européen et fait comme si le « shadow banking » (les activités cachées de nos banques dans le système offshore) n’existait pas.
Quoi de plus étonnant lorsque l’on sait que le siège de l’EBA est implanté au coeur de la City de Londres et que l’Eurogroupe est présidé par le Luxembourg !

Derrière le slogan à la Goebbels « sauver l’euro » se cache un renflouement.
Les banques anglo-européennes cherchent à tout prix à sauver leur peau... au détriment de la votre. Il ne vous reste donc que deux possibilités : aller comme une vache à l’abattoir ou contre-attaquer .



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12318

Revenir en haut Aller en bas
Messagel’accord sur la dette américaine est un coup d’Etat à la Hitler
par g.sandro Dim 28 Aoû 2011 - 16:22

Lyndon LaRouche : l’accord sur la dette américaine est un coup d’Etat à la Hitler

1er août 2011 - 21:46





Communiqué de Lyndon LaRouche, le 1er août à 10h (heure américaine)

Alerte

Ma collaboratrice Debra Freeman vient de me communiquer des faits qui
ne sont pas rapportés dans la presse, ce qui est facile à comprendre.
Les Etats-Unis viennent d’être coulés (voir communiqué ci-dessous). Du
jour au lendemain. Et tout ce qui est dans la presse est un sale
mensonge visant à amener les gens vers des fausses pistes. Ce que vous
êtes sur le point de perdre, ce sont les Etats-Unis. On est sur le point
de dire adieu à la civilisation, de plonger la planète dans un âge de
ténèbres.


Debra Freeman m’a fait un résumé de l’accord [conclu entre Obama et
le Congrès]. On ne dispose pas encore de tous les détails, mais des
sources de très haut niveau nous ont communiqué le contenu essentiel de
l’accord. Il signifie la mort des Etats-Unis, et si nous ne l’arrêtons
pas très rapidement, cela signifierait la fin. (…) Voilà l’urgence.
Toutes les idées qu’on s’est fait ce matin en lisant la presse s’avèrent
erronées. Tout cela crée de la confusion. Ce sont des articles qui ne
touchent pas à l’essentiel de la question. (…)

L’intention immédiate est un coup d’Etat à la Hitler. C’est
l’équivalent d’un coup hitlérien, seulement, c’est pire. Vous allez voir
des tas d’Américains morts s’entasser dans les rues, et ce n’est pas
une métaphore—à moins qu’on ne retourne la situation.
Il nous reste la possibilité de retourner cette situation. La grande
crise, nous y sommes ! La rapidité avec laquelle nous pouvons réagir à
la situation sera décisive.

Un vote pour l’accord sur la dette est un vote pour la trahison

Communiqué du Larouche PAC



Après avoir reçu un rapport d’un de ses proches collaborateurs en
discussion constante avec des responsables à Washington, Lyndon Larouche
a conclu que si rien n’est fait pour stopper l’accord désastreux conclu
par le Président Obama avec les deux partis au Congrès, pour le
relèvement du plafond de la dette américaine, techniquement, les
Etats-Unis sont perdus en tant que nation démocratique.


En réalité, il s’agit là d’un coup contre la Constitution des
Etats-Unis et contre le peuple américain, une décision dont les
conséquences sont pires que celles du coup fasciste d’Adolphe Hitler. Si
cet accord est réellement voté, il impliquera des milliers de milliards
des coupes, une politique atroce d’austérité fasciste.


Mais, ce n’est pas là le pire. Le pire c’est que ce projet inclut une
mesure proposée par Obama pour la création d’un Super-congrès, un
comité de 12 représentants, dont six démocrates et six républicains, qui
auront le pouvoir, l’autorité et la responsabilité de décider, entre la
mi et la fin novembre, de coupes supplémentaires de 1,5 mille milliards
de dollars.


Ces coupes seront ensuite présentées au vote de l’ensemble du
Congrès. Cependant, lorsqu’il sera saisi des recommandations de ce
groupe de douze, le Congrès n’aura pas le droit d’y apporter le moindre
amendement ni même d’entreprendre un « filibuster », procédure
d’obstruction parlementaire qui permet de retarder le plus possible, ou
même bloquer l’adoption d’une loi. Les élus ne pourront se prononcer sur
ce projet que par oui ou par non, et même s’ils votent non,
c’est-à-dire contre le projet de loi, des coupes automatiques de l’ordre
de 1,500 milliards de dollars auront lieu.
Elles seront divisées
également entre les dépenses de la défense, et celles des programmes
sociaux, sans que plus aucune discussion ne puisse avoir lieu sur le
sujet.


Il ne fait pas de doute qu’Obama a négocié ce projet de loi pour le
compte de ces maitres à la City de Londres et à Wall Street.
La menace
d’un défaut de paiements des Etats-Unis, celle d’une baisse de la
notation de la dette souveraine ont été brandies contre les élus du
Congrès à qui on a dit que si ces coupes n’étaient pas décidées, si la
décision sur le plafond de la dette n’était pas adoptée au plus tard à
la mi-août, les bourses allaient alors s’effondrer et ils en seraient
les responsables.


Tout cela n’est que balivernes ! L’aspect le plus grave du plan
d’Obama car il est inconstitutionnel, est la mesure visant à créer un
Super-congrès, qui éliminerait le droit des élus à participer au
processus délibératif sur un projet de loi. Ceci revient à dire que les
décisions législatives seront le produit de la seule volonté d’Obama et
de son comité de douze. Si notre représentation nationale n’est pas
préparée à emboiter le pas à Obama, les décisions seront prises alors de
façon automatique.



Le congrès doit savoir que voter pour ces coupes, autoriser Obama à
créer ce Super-congrès, est un vote de trahison et qu’ils seront tenus
pour responsables d’un acte qui viole la Constitution américaine. Croire
ou prétendre que c’est la seule solution possible, est un mensonge. La
remise en vigueur de la Loi Glass-Steagall est la seule solution.
L’heure est tardive, mais il est encore possible de changer la donne.



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook



Dernière édition par g.sandro le Mer 7 Sep 2011 - 8:11, édité 1 fois

   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12318

Revenir en haut Aller en bas
MessageSarkozy-Merkel, un sinistre bégaiement Déclaration de Jacques Cheminade
par g.sandro Dim 28 Aoû 2011 - 16:25

Sarkozy-Merkel, un sinistre bégaiement
Déclaration de Jacques Cheminade


Paris, le 20 août
2011
— La lettre adressée par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel au président du
Conseil européen, Herman Van Rompuy, pourrait être qualifiée de testament de fin
de vie. En effet, face à la crise la plus grave du monde contemporain, le
Président de la République française et la Chancelière allemande se sont non
seulement comportés en nains politiques, incapables de juger la nature de
l’ouragan financier qui vient, mais ils ont répété les erreurs du Chancelier
allemand Brüning en 1930-1932 et du Président du Conseil Pierre Laval en 1935,
en promouvant une austérité suicidaire.
Leurs « solutions » ne sont au mieux que des sparadraps sur une blessure qui
devient mortelle pour nos Etats-nations et leurs peuples. Alors que la priorité
absolue est de faire redémarrer les économies et de rétablir une justice
sociale, ils ont repris la rengaine de l’équilibre budgétaire à tout va. Ce
n’est pas en baptisant « règle d’or » ce qui est en réalité une euthanasie
économique que l’on change quoi que ce soit au sujet. Ce n’est pas en « étendant
les prérogatives du FESF/MES » que l’on change quoi que ce soit au fond des
choses : les gouvernements européens prétendent sauver l’euro et les pays
endettés, mais en fait, la Banque centrale européenne aujourd’hui, et demain le
Fonds européen de stabilité financière et le Mécanisme européen de stabilité,
tout comme la Réserve fédérale américaine, émettent de la monnaie de singe pour
sauver les mégabanques qui ne sont ni françaises, ni allemandes, ni américaines,
mais constituent les forces armées de la City et de Wall Street.
L’aveu est
inscrit dans le texte de Mme Merkel et de M. Sarkozy : « Leur efficacité (du
FESF/MES, Ndt) sera améliorée et leur flexibilité accrue, en lien avec des
conditionnalités appropriées ».
C’est le langage, la manière d’être et de
faire, comme l’illustre le cas de la Grèce, du Fonds monétaire international.
Mme Merkel a d’ailleurs bien parlé d’un « Fonds monétaire européen ».

Agissant comme Gribouille, qui pour ne pas se faire mouiller par la pluie
sautait au fond de la mare, Mme Merkel et M. Sarkozy entendent sauver l’euro en
redoublant les erreurs qui ont présidé à sa création. « Nous encourageons
vivement les gouvernements et les parlements de l’ensemble des Etats membres de
la zone euro à s’engager à revoir leurs projets de budget en cas de
recommandations faites dans le cadre du semestre européen ». En clair, suivant
les « analyses et recommandations fournies par la Commission européenne, la
Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international », les Etats
devront continuer à renflouer les établissements financiers et imposer
l’austérité à leurs peuples et la privatisation à leurs économies. Tout cela au
nom d’une dette et d’un déficit qui ont été créés avec de la fausse monnaie et
qu’on demande maintenant de rembourser avec de la vraie sueur, du vrai sang et
de vraies larmes.
C’est l’austérité supranationale pour servir les joueurs, les
spéculateurs et les escrocs, en détruisant les fondements constitutionnels de
notre société, une économie de la mort.

Car tout ce système est mort, et les croupiers des banques d’affaires et les
croque-morts des gouvernements ne peuvent que ralentir l’échéance de la
constatation du décès en créant des circonstances plus pénibles lors de la
cérémonie funèbre à venir.

Le problème est qu’ils sont en train de nous entraîner avec eux et que
l’opposition socialiste ne conçoit pas d’autre système. Même un économiste
modéré et quelque peu monétariste à ses heures comme Jean-Paul Fitoussi,
directeur de l’Observatoire français des conjonctures économiques, le souligne
amèrement : « Cette idéologie simpliste, appelant à une réduction des
dépenses, demeure majoritaire. Y compris au PS. Ce n’est pas nouveau. Lors du
débat sur la Constitution européenne, certains socialistes se sentaient déjà
obligés de courber l’échine pour entrer dans le club des’gens sérieux’. Leur
alignement d’aujourd’hui sur la réduction du déficit budgétaire à 3 % en 2013
relève du même besoin. Et ce n’est pas de la manipulation ; ils se sont vraiment
autoconvaincus de leur impuissance à conduire une autre politique ! »


Dans ces conditions, s’écrier « eurobonds, eurobonds, eurobonds ! » comme
autant de nouveaux cabris, en prétendant mutualiser la dette totale européenne
au profit des plus faibles, ne revient qu’à masquer la pompe à finances en
faveur des grandes banques d’affaires, déguisant le père et sans doute aussi la
mère Ubu en dames patronnesses.

Certes, il y a bien une dette et un déficit. La vraie dette est celle que
nous avons contractée vis-à-vis des générations passées et que nous devons
acquitter envers les générations futures, pour créer les conditions d’un vouloir
vivre en commun. Et le vrai déficit est le déficit d’emploi envers les jeunes,
qui sont notre chance d’avenir. Par rapport à celles-là, la dette et le déficit
dont on nous rebat les oreilles ne sont au mieux que des reflets sur les murs de
la caverne, au pire le résultat des tribulations de joueurs invétérés et
d’escrocs ayant agi et continuant à agir en bande internationale organisée.

Notre proposition de Glass-Steagall, revenant à refuser de renflouer les
spéculations des banques d’affaires en les séparant des opérations légitimes des
banques de dépôt et de crédit, qui en principe servent les déposants et
nourrissent l’économie, est une mesure simple et urgente qui vise à tarir le mal
à sa source. Le reste ne revient qu’à disposer autrement les chaises-longues sur
le pont du Titanic, en se bandant les yeux pour rendre l’exercice plus excitant.


En fait, ce sont les capitaines qui ont perdu leur longue-vue et même leurs
lunettes, et qui refusent de sentir autre chose que les sensations du marché et
le vol douteux des triple A distribués par des agences de notation aussi
corrompues que leurs clients.

Une loi de type Glass-Steagall permettra une restructuration saine des
dettes, condition nécessaire pour organiser une reprise. Cela ne se joue ni sur
le terrain d’un fédéralisme supranational qui dégénère en fascisme financier, ni
sur celui d’un repli sur soi qui dégénère en national-monétarisme. Cela se joue
sur le terrain de la création humaine, d’un accroissement de la production par
être humain et par unité de surface et de grands projets de développement mutuel
qui rétabliront la confiance dans le futur de leurs participants.

Nous vivons une crise de civilisation. Dans ces cas-là, soit on reste dans un
système incapable d’assurer son propre avenir, soit on en sort. Le moment est
venu d’en sortir. Le Glass-Steagall en est la clef, de grands projets
rétablissant les objectifs communs de l’humanité, ce vers quoi il permettra
d’ouvrir. Mme Merkel, M. Sarkozy ou M. Obama ont prouvé leur incompétence, leur
manque de caractère et leur complaisance pour la loi du plus fort, les
conduisant à une politique qu’on ne peut qualifier autrement, compte tenu de ses
conséquences, que de criminelle. L’euro et le dollar se sont faits hara-kiri. A
chacun d’en tirer les conséquences dans son engagement politique.



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12318

Revenir en haut Aller en bas
Point stratégique quotidien Avec Jacques Cheminade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hardinvestor :: Argent - Or - Monnaie - Géopolitique / Forums publics :: Economie/Monnaie, Géopolitique, Environnement-Santé-
Sauter vers:




cours de l’or en dollar   cours de l’argent en dollar   cours du Hui   cours de l’or en euro   cours de l’argent en euro   ratio or argent