!-- Go to www.addthis.com/dashboard to customize your tools -->
Hardinvestor HardinvestorTraduire: TraductionSuivre:  Hardinvestor sur TwitterHardinvestor sur FacebookVidéos Hardinvestor DailymotionVidéos Hardinvestor YoutubePartager:  Partager

Hardinvestor- Investir sur l’or et l’argent Hard Investor   |  Silver is King, Go gold!

Pourquoi et comment investir dans l’or et l’argent ? Plus qu’un placement d’opportunité, il s’agit avant tout de sécuriser le pouvoir d’achat de votre épargne contre l’érosion monétaire et les conséquences de la crise systémique mondiale, tout en déjouant les pièges que réserve le marché de l’or et de l’argent, à l’investisseur non averti.


 

 Partagez  |

Chypre innove avec taxe sur dépots bancaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
MessageAuteur
MessageRe: Chypre innove avec taxe sur dépots bancaires
par nofear Lun 25 Mar 2013 - 11:55

Citation :
Des rebondissements sont à attendre dans toute la zone euro et dans toute l'UE.

les douaniers espagnols sont à cran et fouillent frénétiquement les véhicules bien plus qu'à l’accoutumée, les contrôles se multiplient aux abords de la frontière...


© Nofear / Hardinvestor / On appelle esprit libre celui qui pense autrement qu'on ne s'y attend de sa part en raison de son origine, de son milieu, de son état et de sa fonction, ou en raison des opinions régnantes de son temps. Il est l'exception, les esprits asservis sont la règle. Ce que ceux-ci lui reprochent, c'est que ses libres principes, ou bien ont leur source dans le désir de surprendre ou bien permettent de conclure à des actes libres, c'est-à-dire de ceux qui sont inconciliables avec la morale asservie." (Friedrich NIETZSCHE, Humain, trop humain) mon tweet perso: @ghostbikerman

   nofear

  Chef cuistot
 Chef cuistot

  avatar

  Inscription :   03/10/2009
  Messages :   2397

Revenir en haut Aller en bas
MessageSource ?
par phv Lun 25 Mar 2013 - 12:28

Salut nofear,

As-tu une source, et des détails là dessus ?

nofear a écrit:
Citation :
Des rebondissements sont à attendre dans toute la zone euro et dans toute l'UE.

les douaniers espagnols sont à cran et fouillent frénétiquement les véhicules bien plus qu'à l’accoutumée, les contrôles se multiplient aux abords de la frontière...

Par ailleurs, ils fouillent qui / quoi, et pour trouver quoi ?

Meci d'avance de ta réponse,

Amicalement,

Patrick

   phv

  Barreur
 Barreur

  avatar

  Inscription :   02/03/2009
  Messages :   245

Revenir en haut Aller en bas
MessagePlan de sauvetage de Chypre : Moscou crie au vol
par phv Lun 25 Mar 2013 - 12:37

« De mon point de vue, le vol continue », estime le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev qui réagissait à l'annonce du plan de sauvetage.
La décote appliquée aux détenteurs de comptes chez bank of Cyprus « sera de 30% pour les dépôts de plus de 100.000 euros », a confirmé
le gouvernement chypriote.


« De mon point de vue, le vol continue », a déclaré lundi le Premier ministre russe, Dimitri Medvedev, au lendemain de l'annonce d'un plan de
sauvetage pour Chypre. Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a beau répéter que ce plan, élaboré dans la nuit de dimanche
à lundi à Bruxelles entre Nicosie et l'UE et le FMI , est « équitable pour tous les intéressés », rien ne semble pouvoir calmer la colère des Russes.

« Il nous faut comprendre ce que va donner cette histoire et quelles en seront les conséquences pour le système financier et monétaire international,
ainsi que pour nos intérêts », a prévenu le chef du gouvernement russe.« On continue de voler l'argent volé », a-t-il ajouté, semblant ironiser sur
l'intention prêtée aux Européens de mettre à contribution les dépôts russes dans cette île à la réputation bancaire controversée.
Reste que bon nombre de ressortissants russes qui ont placé de l'argent à Chypre vont vraisemblablement subir de lourdes pertes.
Tout d'abord, les déposants russes non assurés qui disposent de plus de 100.000 euros à la Laiki Bank, qui sera mise en faillite.
Mais aussi ceux qui sont titulaires d'un compte non assuré à la première du pays, la Bank of Cyprus, vont eux aussi subir des pertes, leurs dépôts
étant convertis en participation afin de recapitaliser l'établissement. Le porte-parole du gouvernement chypriote vient en effet d'annoncer que la décote,
pour les détenteurs de comptes chez Bank of Cyprus, « sera de 30% pour les dépôts de plus de 100.000 euros » .
En contact avec Moscou
Alors que selon certaines rumeurs, le coût du sauvetage de l'île pour les épargnants chypriotes pourrait dépasser 7 milliards d'euros, le ministre
des Finances allemand a déclaré que le chiffre exact serait déterminé dans le cadre des négociations entre Chypre et la troïka . ce qui laisse
augurer des relations tendues entre la Russie et l'Europe. Wolfgang Schäuble a déclaré que la troïka (Commission européenne, FMI et BCE)
qui va négocier avec Nicosie les détails du programme de réformes et de restructuration, sera 'en contact' avec Moscou, partenaire et créancier
de Nicosie. 'Il y aura des tas de contacts', a-t-il déclaré en présentant à la presse allemande le plan élaboré à Bruxelles pendant la nuit au terme
d'âpres négociations. Les députés allemands devront se pencher sur le plan, et ce en deux fois, conformément à la législation allemande sur
l'utilisation du mécanisme de sauvetage européen MES, auquel l'Allemagne est le plus gros contributeur.

Chypre avait tenté la semaine dernière de s'assurer un soutien russe, sur fonds de tensions entre l'UE et Moscou. Mais vendredi, le ministre des
Finances chypriote, Michalis Sarris, venu chercher le soutien de Moscou était reparti bredouille de Russie . Ce dernier était venu négocier une
prolongation de 5 ans du délai de remboursement du prêt russe actuel de 2,5 milliards d'euros et une réduction des taux d'intérêt de 4,5 à 2,5%.
Aujourd'hui, la question du remboursement de ce prêt reste entière.

JEAN-MICHEL GRADT

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202662920954-plan-de-sauvetage-de-chypre-moscou-crie-au-vol-552263.php

Il faudra voir SI et COMMENT les Russes vont réagir aux évènements, si ce qui est prévu est confirmé.
Tant les Russes spoliés que leur gouvernement...

   phv

  Barreur
 Barreur

  avatar

  Inscription :   02/03/2009
  Messages :   245

Revenir en haut Aller en bas
Messagefuite de capitaux
par contact.lecteurs Lun 25 Mar 2013 - 15:31

Citation :
en dépit de la fermeture des banques et du controle des capitaux, certains ont pu sauver leur dépots de Chypre, voir ZH

http://www.zerohedge.com/news/2013-03-24/meanwhile-cash-exodus-cyprus-surges-despite-bank-closures

Jean


Pour toutes suggestions / questions /  infos à partager sur nos forums publics: Argent Or
N'hésitez pas à m'en faire part Ici  

   contact.lecteurs

  Staff
 Staff

  avatar

  Inscription :   16/03/2005
  Messages :   303

Revenir en haut Aller en bas
Messagemodalités précises du plan finalement mis en oeuvre
par marie Lun 25 Mar 2013 - 18:36

modalités précises du plan finalement mis en oeuvre.

Chypre a évité la banqueroute grâce à un plan de sauvetage de dernière minute mais ses deux principales banques en paieront le prix ainsi que l'euro qui ne sort pas indemne d'une semaine de fortes tensions.
La chancelière allemande Angela Merkel s'est dite lundi "très satisfaite" du plan qui, a-t-elle affirmé, "évite la banqueroute" de l'île méditerranéenne, membre de l'UE depuis 2004 et de la zone euro depuis 2008.
Le plan "se concentre sur les deux banques qui posent problème et la protection entière des dépôts dans toutes les banques", a pour sa part estimé la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde.
Mais le prix à payer par Nicosie est très élevé. La deuxième banque du pays, la Laïki Bank (Popular Bank en anglais), sera mise en faillite de manière ordonnée. Elle sera scindée entre une "bad bank", entité résiduelle amenée à disparaître progressivement, et une "good bank", où seront regroupés les dépôts inférieurs à 100.000 euros, qui bénéficient d'une garantie publique dans l'UE.
Cette mesure aura pour effet de réduire considérablement la taille du secteur bancaire chypriote, jugé surdimensionné par rapport à l'économie de l'île puisqu'il représente environ huit fois son Produit intérieur brut (PIB).

La première banque du pays, la Bank of Cyprus, reprendra à terme les dépôts garantis de Laïki Bank. Elle reprendra aussi les dettes de celle-ci envers la Banque centrale européenne (BCE), qui s'élèvent à 9 milliards d'euros.
Les titulaires de comptes dépassant 100.000 euros auprès de la Bank of Cyprus vont aussi subir une ponction de l'ordre de 30% de leurs avoirs, a indiqué le porte-parole du gouvernement chypriote Christos Stylianides.
Initialement favorablement accueilli par les marchés, ce plan --conclu après douze heures de négociations tendues à Bruxelles dimanche entre le président chypriote Nicos Anastasiades et la troïka (UE, BCE,FMI)-- semblait toutefois moins les convaincre en milieu de journée lundi.
L'euro tombait sous la barre des 1,29 dollar et les bourses mondiales se retournaient après une ouverture positive.
"L'accord sur Chypre avec la troïka évite le désastre mais soulève un certain nombre de questions", notamment sur les conséquences qu'il peut avoir sur les pays les plus fragiles de la zone euro, soulignent les économistes de Crédit Agricole CIB.
Outre la restructuration du secteur bancaire, les autorités chypriotes vont également signer dans les prochaines semaines avec la troïka un protocole d'accord prévoyant des réformes structurelles, des privatisations et une hausse de l'impôt sur les sociétés qui passera de 10 à 12,5%.
Parmi les efforts demandés à Chypre figurera aussi la lutte contre le blanchiment d'argent, en fonction des résultats d'un audit imminent.
En échange, une aide allant jusqu'à 10 milliards d'euros sera fournie essentiellement par le pare-feu de la zone euro, le Mécanisme européen de stabilité (MES), mais comprendra un apport du FMI qui reste à chiffrer.
Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a appelé à l'application "le plus vite possible" de l'accord. "Nous devons tous travailler dur pour réduire l'impact social de la crise à Chypre", a-t-il notamment déclaré.
Le parti communiste chypriote Akel, au pouvoir jusqu'en février, a dénoncé dans un communiqué l'accord qui, selon lui, ne servira qu'à aggraver la crise, entraînant plus d'austérité, plus de chômage et la fermeture de nombreuses petites entreprises.
Le chef de la très puissante Eglise orthodoxe de Chypre, Chrysostomos II, a estimé de son côté que l'accord était meilleur que le précédent.
Ce plan, qui prévoyait une taxe sur tous les dépôts bancaires supérieurs à 20.000 euros, avait été rejeté la semaine dernière par le Parlement chypriote et avait suscité de violentes critiques russes.
Celui conclu dimanche permet de respecter la garantie européenne des dépôts bancaires jusqu'à 100.000 euros et semble plus acceptable pour Moscou.
Le président russe Vladimir Poutine a ainsi demandé au gouvernement d'étudier "les conditions d'une restructuration" du prêt de 2,5 milliards d'euros accordé par Moscou à Chypre en 2011, comme le demandait Nicosie.
"Compte tenu des décisions qui ont été prises par l'Eurogroupe, M. Poutine estime possible de soutenir les efforts du président de Chypre et de la Commission européenne pour résoudre la crise", a déclaré le porte-parole du Kremlin.
Nicosie va toutefois restreindre les mouvements de capitaux pour éviter leur fuite et la réouverture mardi des banques de l'île, fermées depuis le 16 mars, restait incertaine.
Les autorités chypriotes, qui avaient fait voter vendredi une loi sur les résolutions bancaires, n'auront pas besoin de repasser devant le Parlement pour adopter le nouveau plan de sauvetage. Mais celui-ci doit encore être approuvé d'ici mi-avril par plusieurs Parlements de pays de la zone euro, dont l'Allemagne. Le premier versement de l'aide devrait avoir lieu début mai.
source : http://www.boursorama.com/actualites/chypre-evite-la-banqueroute-ses-banques-en-paient-le-prix-3ed94e6103e90d915ff4ef5379354a13



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19752

Revenir en haut Aller en bas
Messagela commission europénne ne perd pas de temps / projet de nouvelle loi européenne
par marie Mar 26 Mar 2013 - 18:28

UE/Banques-La CE évoque une contribution des dépôts non-garantis



26/03 | 13:10



Il n'est pas exclu qu'une
nouvelle loi européenne prévoie la mise à contribution des
dépôts bancaires de plus de 100.000 euros en cas de sauvetage
d'une banque, a dit mardi la Commission européenne, tout en
ajoutant que les dépôts inférieurs à ce seuil resteraient
épargnés.

"A aucun moment il n'est possible de faire contribuer des
dépositaires de moins de 100.000 euros, ni aujourd'hui, ni à
l'avenir", a précisé une porte-parole de Michel Barnier,
commissaire européen au Marché intérieur.

"Dans le projet de la Commission actuellement en cours de
discussion, il n'est pas exclu que les dépôts de plus de 100.000
puissent être des instruments susceptibles d'être utilisés pour
un sauvetage. C'est une possibilité", a-t-elle ajouté.

L'accord, conclu dans la nuit de dimanche à lundi, qui a
permis à Chypre d'éviter un effondrement de son système
financier, comporte la mise à contribution des dépôts non
garantis, c'est-à-dire ceux de plus de 100.000 euros.


http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/reuters-00509756-ue-banques-la-ce-evoque-une-contribution-des-depots-non-garantis-552685.php



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19752

Revenir en haut Aller en bas
Messagetrop pourris pour être sauvés
par marie Mar 26 Mar 2013 - 23:13

Après le "trop gros pour aller en prison", voici le "trop pourris pour être sauvés "

décidément, toutes les excuses sont bonnes, et je trouve que ce résumé de la situation ne manque pas de sel :

http://www.gata.org/node/12388



et puis, faudra m'expliquer comment peuvent cohabiter au sein de l'euro, des régimes fiscaux si disparates , y compris les fameux mal nommés paradis fiscaux, dont fait ( faisait ) partie Chypre : c'est du grand n'importe quoi



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19752

Revenir en haut Aller en bas
MessageLes leçons du plan de sauvetage de Chypre
par phv Mar 26 Mar 2013 - 23:46

Un bon papier (je trouve) sur le fiasco Chypre :

Les leçons du plan de sauvetage de Chypre

Après une première décision aberrante, les dirigeants européens ont retourné leur veste. La preuve d'un dramatique amateurisme.

Le feuilleton du sauvetage de Chypre jette une lumière crue sur la réaction européenne à la crise financière. Le 17 mars, les ministres des
Finances de l'Eurogroupe vantent le compromis trouvé la veille avec le président chypriote, la Banque centrale européenne et le FMI pour
venir en aide à l'île. Ils n'hésitent pas à défendre bec et ongles la taxation des dépôts bancaires à hauteur de 9,9 % pour les comptes
supérieurs à 100 000 euros de toutes les banques, y compris celles qui sont encore saines, mais aussi des épargnants plus modestes,
à 6,75 %. Ils ne réalisent pas qu'ils sont en fait en train de jouer à l'apprenti sorcier en violant les règles qu'ils s'étaient eux-mêmes fixées.

Jusqu'à présent, les plans de sauvetage à destination des pays en difficulté financière avaient en effet respecté la sacro-sainte protection
des dépôts bancaires. L'Europe avait même décidé de faire passer en 2009 leur garantie à 100 000 euros dans tous les États de l'Union.
Objectif : protéger à tout prix les banques contre le fameux "bank run", quand tous les clients se précipitent dans leur agence pour retirer
leur agent.

Comment expliquer le revirement du 16 mars, qui encourage les déposants d'autres pays à retirer leur argent à la première alarme ?
Les dirigeants européens ont semble-t-il cédé à une demande du nouveau président du pays, soucieux de ne pas trop taxer les gros
comptes bancaires, pour ne pas saper l'attrait du système chypriote aux yeux des Russes, tout heureux de placer leur argent dans un
paradis fiscal si accueillant.

Refus de la recapitalisation directe des banques

C'est justement ce côté paradis fiscal - l'impôt sur les sociétés ne dépasse pas 10 % - qui a incité les Européens à ne pas mettre eux-mêmes
plus d'argent sur la table. Ils soupçonnent même le pays de servir de machine à blanchir l'argent sale de la mafia russe. À quelques mois des
élections législatives en Allemagne, Angela Merkel ne pouvait pas se permettre de donner l'impression à son électorat qu'elle était prête à signer
des chèques en blanc au nom du contribuable allemand pour sauver un pays dont le secteur bancaire pèse 7 fois plus que son PIB. Alors que le
gouvernement chypriote réclamait à ses partenaires l'équivalent de la totalité de sa richesse nationale (17 milliards d'euros) pour faire face à ses
difficultés financières, la zone euro, poussée par le FMI, refusait de prêter au-delà de 10 milliards (soit tout de même plus de 50 % du PIB).
Une attitude non dénuée de logique économique : la dette chypriote devait rester soutenable pour être un jour remboursée. La solution de taxer
les dépôts - en échange d'une participation des déposants dans les banques - avait par ailleurs l'avantage de faire rentrer l'argent rapidement.
Car, après avoir longtemps traîné les pieds pour régler le problème chypriote - la demande d'assistance du pays avait été formulée dès juin 2012 -,
les Européens n'avaient plus le temps. Une restructuration de la dette sur le modèle grec aurait été trop longue et aurait montré qu'Athènes était
tout sauf une exception, avec le risque de déclencher un effet de contagion aux autres pays fragiles.

Pas question non plus de recourir au pare-feu de la zone euro pour recapitaliser directement des établissements bancaires très affectés par
l'effacement d'une partie de la dette grecque qu'ils détenaient. Encore un reniement ! Malgré un accord conclu en juin 2012 pour autoriser un
tel processus, cet outil de résolution de crise n'a en fait jamais été mis en oeuvre : l'Allemagne et les autres pays du nord de l'Europe ne veulent
pas en entendre parler tant qu'une véritable supervision européenne des banques par la BCE ne sera pas opérationnelle.

Faire payer les investisseurs plutôt que le contribuable

Las ! La révolte des Chypriotes et le rejet consécutif du plan par le Parlement - y compris par les troupes du président ! - auront eu raison de
cette dangereuse solution. Une nouvelle négociation menée, dans la nuit de dimanche à lundi, par les présidents de la Commission européenne,
du Conseil et de la BCE en personne, a accouché aux forceps d'un nouveau compromis. Signé sous la menace de la BCE de couper le flux de liquidités
qui maintient les banques chypriotes hors de l'eau, il épargne les petits déposants. Il prévoit seulement de taxer les dépôts bancaires supérieurs à
100 000 euros dans les établissements en difficulté. Du coup, le montant de ce prélèvement devrait atteindre de 30 à 50 % des comptes concernés.
Mais les banques seront sanctionnées. La seconde du pays, Laiki, sera carrément mise en faillite. Quant à la première, la Bank of Cyprus, elle sera
recapitalisée grâce à l'argent des déposants converti en actions.

Les actionnaires et les créanciers seront entièrement mis à contribution. Une petite révolution qui anticipe sur une possibilité ouverte par la législation
européenne de "résolution bancaire" à venir dans le cadre de l'union bancaire. Jusqu'à présent, les créanciers des banques avaient été préservés.
L'association Finance Watch, qui se veut un contrepoids du lobby bancaire à Bruxelles, affiche donc sa satisfaction. "Quand une banque accuse des pertes, les premiers qui doivent les supporter, ce sont les actionnaires. Puis tous ceux qui se sont exposés aux risques que représentait la banque, qu'il s'agisse d'autres institutions bancaires ou d'investisseurs institutionnels", souligne Aline Fares, conseillère auprès du secrétaire général de l'ONG.

Un précédent pour la résolution des crises bancaires ?

Dans une interview accordée aux Échos, le spécialiste des banques Nicolas Véron, de l'Institut Bruegel, parle d'une véritable "révolution silencieuse".
"Les leaders européens sont passés par un processus d'apprentissage et sont finalement revenus à une approche beaucoup plus raisonnable des
crises bancaires. La hiérarchie est claire à présent : en cas de pertes, les premiers touchés sont les actionnaires, puis les créanciers juniors [les moins
protégés, NDLR], les créanciers seniors et enfin les dépôts non garantis." Cette règle a pour effet de garantir qu'une banque ainsi que ceux qui ont pris
des risques avec elle seront bien punis en cas de défaillance et qu'elle ne sera pas toujours renflouée avec l'argent du contribuable.

Jeroen Dijsselbloem, le nouveau président de l'Eurogroupe, a eu l'imprudence de dire clairement dans deux interviews au Financial Times et à Reuters
que le plan adopté à Chypre, faire appel aux investisseurs privés plutôt qu'aux contribuables, pourrait servir de modèle de résolution des crises bancaires
à venir. Ces propos ont immédiatement provoqué un mouvement de panique sur les marchés, certaines valeurs bancaires chutant lourdement.
Au point que différents membres du directoire de la BCE se sont sentis obligés de monter au créneau pour souligner à quel point chaque cas était particulier.

Si le nouveau plan d'aide européen est incontestablement un progrès par rapport au premier, il n'est d'ailleurs pas pour autant idéal. D'abord parce
que, pour se prémunir contre une fuite des capitaux, Chypre a dû rétablir temporairement le contrôle des flux, ce qui aura pour effet de dissuader
tout nouvel investisseur. L'économie chypriote, dopée à la finance, devrait en prendre un sacré coup. Certains économistes évoquent le risque d'une
récession de 5 à 10 %. Comme le rapportait notre envoyé spécial sur place il y a un mois, "le pays ne peut compter que sur la finance et le tourisme,
absolument rien d'autre : il ne produit quasiment rien, ses maigres exportations se limitant à du cuivre, des pommes de terre et des agrumes. Chypre
est contraint d'importer presque tout et affiche du coup un énorme déficit commercial".

Ressentiment anti-allemand

Les Chypriotes seront soumis comme la Grèce, le Portugal ou l'Irlande à de strictes conditions en échange de l'aide européenne de 10 milliards.
Ils devront accepter de douloureuses réformes structurelles et une application stricte des règles anti-blanchiment au terme d'un audit imposé sur
le sujet. Dans ce contexte, le ressentiment anti-allemand progresse sur l'île. D'autant que, si la moralisation du système bancaire est souhaitable,
les Chypriotes se posent la question de savoir pourquoi son système bancaire hypertrophié a droit à un traitement particulier, quand on ne dit rien
de celui du Luxembourg, qui représente 22 fois la richesse nationale d'un pays parfois accusé d'être un paradis fiscal. On répliquera que le Luxembourg
est loin de demander une assistance et ne recycle pas d'argent sale. Mais l'attitude des Européens donne sérieusement l'impression que l'on s'attaque
aux faibles et que l'on n'ose rien dire aux autres.

Et malgré l'abandon de la taxation des comptes de moins de 100 000 euros, son poison fait toujours effet. "La décision du 16 mars restera comme
un moment aberrant d'incompétence collective de tous les acteurs - l'Eurogroupe, la Commission, la BCE, le FMI -, conclut Nicolas Véron dans son
interview aux Échos. Il y a eu une incapacité à prendre en compte les leçons basiques de l'histoire financière, à savoir qu'il ne faut jamais toucher aux petits déposants".


http://www.lepoint.fr/economie/les-lecons-du-plan-de-sauvetage-de-chypre-26-03-2013-1646344_28.php

   phv

  Barreur
 Barreur

  avatar

  Inscription :   02/03/2009
  Messages :   245

Revenir en haut Aller en bas
MessageLes restrictions (inédites en Europe) sont effectives et en vigueur
par phv Jeu 28 Mar 2013 - 12:32

Les banques rouvrent à Chypre avec des restrictions inédites en zone euro:

(snip)
«La réouverture des banques s'accompagne de restrictions financières inédites dans la zone euro, censées limiter les effets d'une éventuelle
panique bancaire.

Les paiements et virements à l'étranger sont limités à 5.000 euros par mois, par personne et par banque et les voyageurs quittant l'île ne
pourront porter sur eux plus de 1.000 euros en espèces,
selon un décret ministériel valable au moins 4 jours.

Le décret justifie ces mesures en évoquant "le manque de liquidités conséquentes et le risque important de fuite des dépôts, avec pour résultat
possible l'effondrement des institutions de crédit" et des "réactions en chaîne" menaçant "l'économie dans son ensemble".

Ces restrictions sont "nécessaires dans les circonstances actuelles" mais "la liberté des mouvements de capitaux doit être rétablie dès que possible",
a estimé la Commission européenne.

Les retraits en espèces aux guichets et aux distributeurs sont limités à 300 euros par jour, par personne et par banque, selon le décret.»


http://www.boursorama.com/actualites/les-banques-rouvrent-a-chypre-avec-des-restrictions-inedites-en-zone-euro-fa3a96e5b6a7b370ddb0d04fb340e5e6

   phv

  Barreur
 Barreur

  avatar

  Inscription :   02/03/2009
  Messages :   245

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Chypre innove avec taxe sur dépots bancaires
par nofear Jeu 28 Mar 2013 - 14:41

phv a écrit:
Salut nofear,

As-tu une source, et des détails là dessus ?

nofear a écrit:
Citation :
Des rebondissements sont à attendre dans toute la zone euro et dans toute l'UE.

les douaniers espagnols sont à cran et fouillent frénétiquement les véhicules bien plus qu'à l’accoutumée, les contrôles se multiplient aux abords de la frontière...

Par ailleurs, ils fouillent qui / quoi, et pour trouver quoi ?

Meci d'avance de ta réponse,

Amicalement,

Patrick

salut PHV, la source ce sont mes yeux !

ils fouillent les voitures, coffres, valises, questionnent sur les motifs du déplacement "hors frontières" , sondent les remorques et autres pour éventuels doubles fonds etc ... les grosses voitures sont particulièrement ciblées en plus des "jeunes" habituels.

ils cherchent l'alcool et les cigarettes habituels mais aussi les "valeurs" argent , bijoux, métaux précieux etc


© Nofear / Hardinvestor / On appelle esprit libre celui qui pense autrement qu'on ne s'y attend de sa part en raison de son origine, de son milieu, de son état et de sa fonction, ou en raison des opinions régnantes de son temps. Il est l'exception, les esprits asservis sont la règle. Ce que ceux-ci lui reprochent, c'est que ses libres principes, ou bien ont leur source dans le désir de surprendre ou bien permettent de conclure à des actes libres, c'est-à-dire de ceux qui sont inconciliables avec la morale asservie." (Friedrich NIETZSCHE, Humain, trop humain) mon tweet perso: @ghostbikerman

   nofear

  Chef cuistot
 Chef cuistot

  avatar

  Inscription :   03/10/2009
  Messages :   2397

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Chypre innove avec taxe sur dépots bancaires
par g.sandro Jeu 28 Mar 2013 - 18:15

n81
Les douaniers espagnols?
ils fouillent les véhicules sortant ou entrant en Espagne?


Citation :
ils fouillent les voitures, coffres, valises, questionnent sur les motifs du déplacement "hors frontières" , sondent les remorques et autres pour éventuels doubles fonds etc ... les grosses voitures sont particulièrement ciblées en plus des "jeunes" habituels.

ils cherchent l'alcool et les cigarettes habituels mais aussi les "valeurs" argent , bijoux, métaux précieux etc

n81 Les espagnols ne font jamais chier avec ça....à moins qu'ils ne traquent les produits andorrans? C'est ça?



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12406

Revenir en haut Aller en bas
MessageChypre: des gardes armés devant les banques pour l'ouverture et contrôle des changes (maxi 1K€ cash/tête)
par g.sandro Jeu 28 Mar 2013 - 18:48

Citation :
Chypre: des gardes armés devant les banques pour leur ouverture


Des gardes de sécurité étaient postés jeudi matin devant plusieurs banques de Nicosie en prévision de leur réouverture après une fermeture de 12 jours. L'opération s'effectuera sur fond de craintes d'une fuite de capitaux de l'île.

Jusqu'à trois gardes, dont certains armés, ont été vus devant certains établissements bancaires étrangers et locaux de la capitale, un phénomène nouveau dans ce pays. Ces mesures de précaution visent à empêcher tout débordement possible à la réouverture attendue à midi locale (11h00 en Suisse) des banques fermées depuis le 16 mars.

Dès mercredi, le syndicat des employés de banques, Etyk, a appelé la population à ne pas faire retomber sa frustration sur eux, les habitants déjà mécontents des conditions du plan de sauvetage étant contraints pendant 12 jours d'effectuer des retraits limités aux distributeurs.

Restrictions financières inédites
La réouverture s'accompagne de restrictions financières inédites dans la zone euro, censées limiter les effets d'une éventuelle panique bancaire. Les paiements et virements à l'étranger sont limités à 5000 euros par mois, par personne et par banque et les voyageurs quittant l'île ne pourront porter sur eux plus de 1000 euros en espèces, selon un décret ministériel valable au moins 4 jours.

Chypre au bord de la faillite a conclu lundi avec la troïka (Union européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) un plan prévoyant notamment une restructuration drastique du système bancaire, incluant la liquidation de la Laïki et l'absorption d'une partie de ses activités par Bank of Cyprus, les deux principales banques du pays.

Inquiétude grandissante
L'inquiétude a grandi sur l'île déjà en récession depuis deux ans et en cette fin de mois, beaucoup se demandent quand ils vont pouvoir être payés et des centaines de personnes ont manifesté tous les jours contre le plan de sauvetage.

Selon la banque centrale, les banques ouvriront jusqu'à 18h00 locales jeudi, puis devraient revenir à leurs horaires habituels.



(ats / 28.03.2013 09h35)

Source: http://www.romandie.com/news/n/Chypre_des_gardes_armes_devant_les_banques_pour_leur_ouverture82280320130935.asp



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12406

Revenir en haut Aller en bas
Messageles leçons de Chypre
par marie Jeu 28 Mar 2013 - 20:58




© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19752

Revenir en haut Aller en bas
MessageChypre: les gros dépôts à la Bank of Cyprus ponctionnés jusqu'à 60% ?
par g.sandro Lun 1 Avr 2013 - 1:24

Chypre: les gros dépôts à la Bank of Cyprus ponctionnés jusqu'à 60% ?

http://www.rtbf.be/info/monde/detail_chypre-les-gros-depots-a-la-bank-of-cyprus-ponctionnes-jusqu-a-60?id=7959861
Citation :
Les détenteurs de gros dépôts à la plus grande banque de Chypre, Bank of Cyprus, pourraient enregistrer des pertes allant jusqu'à 60%, plus que ce qui était d'abord envisagé dans le cadre du plan de sauvetage, ont indiqué samedi des responsables.
En contrepartie d'un prêt de 10 milliards d'euros conclu à Bruxelles, les autorités chypriotes doivent trouver 5,8 milliards. A cette fin, les comptes dépassant 100 000 euros sont gelés à la Bank of Cyprus et à la Laïki, les deux plus grandes banques du pays. La première (18,5 milliards d'euros de dépôts) doit être restructurée et la seconde (9,2 milliards) liquidée.

Des calculs sont en cours pour déterminer l'ampleur de la ponction prévue sur les dépôts à la Bank of Cyprus, qui a été fixée pour l'instant à 37,5% mais pourrait aller jusqu'à 60%.

Les détenteurs de dépôts de plus de 100 000 euros verront au moins 37,5% de leurs fonds transformés en actions, et 22,5% en plus qui sera immobilisé jusqu'à ce que les autorités sachent si elles peuvent remplir les conditions du plan de sauvetage, a indiqué samedi soir la Banque centrale.

"La première estimation a été que 37,5% des dépôts au-delà de 100 000 euros seront convertis en actions", a également indiqué à la presse le ministre des Finances Michalis Sarris.

"Pour être sûrs -une fois que tous les calculs auront été faits sur le montant de la somme dont on a besoin-, 22,5% a été mis de côté", a-t-il ajouté.

La Banque centrale a indiqué que la décision finale sur le pourcentage à déduire serait faite "dans pas plus de 90 jours après la fin de l'évaluation" et le reste serait rendu au dépositaire.

A la question de savoir si la ponction pourrait être supérieure à 60%, Mario Skandalis, un expert et cadre de la Bank of Cyprus, a indiqué que c'est "une possibilité mais je dirais qu'elle reste assez lointaine".

Selon Marios Mavrides, député de Disy, le parti de droite du président Nicos Anastasiades, les 40% restants seront placés "dans un compte bloqué pendant six mois pour empêcher les gens de retirer tout leur argent", mais doivent au final revenir à leur propriétaire, a ajouté Marios Mavrides, tout en rappelant que ce délai de six mois menaçait la survie de nombreuses entreprises.

Des conséquences dramatiques pour l'économie

De façon générale, la restructuration drastique du paysage bancaire va avoir des conséquences dramatiques pour l'économie, ont prévenu de nombreux experts.

L'Institut de la finance internationale (IIF), qui représente les plus grandes banques du globe, a estimé que pays allait connaître une "chute libre", avec une récession pouvant atteindre 20% sur les deux prochaines années.

Parallèlement, les autorités se sont engagées à mener une enquête approfondie après la publication dans la presse d'une liste de prêts octroyés à des personnalités politiques qui auraient vu leur dette effacée par les banques pourtant proches de la faillite.

Selon la presse grecque, Bank of Cyprus, Laïki et Hellenic Bank ont effacé des millions d'euros de dettes ces cinq dernières années au bénéfice de députés, de proches ou de sociétés liées à des personnalités politiques. Mais plusieurs personnes citées ont démenti tout favoritisme ou délit.

A ce sujet, le ministre des Finances a indiqué que les "banques, de temps en temps, font le choix de récupérer ou non l'argent qu'elles ont prêté". "Ces pratiques ne sont pas rares", a-t-il ajouté.

Alors que les Chypriotes débutaient un long week-end, lundi étant férié, les mouvements de fonds restaient fortement limités. Pour les entreprises, seules les transactions commerciales habituelles et validées par une commission indépendante sont autorisées.

Pour les particuliers, les retraits sont limités à 300 euros par jour et par personne et les paiements par carte à l'étranger ne peuvent dépasser 5.000 euros par mois. Les virements bancaires restent impossibles vers l'étranger et limitées vers Chypre même.

Par ailleurs, les voyageurs quittant l'île ne peuvent pas emporter plus de 1.000 euros en espèces. A Larnaca, le principal aéroport du pays, des affichages en grec, anglais et russe pressent les voyageurs de respecter ces restrictions.

AFP



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12406

Revenir en haut Aller en bas
MessageLeçons de la crise chypriote 31 mars 2013 Par Jacques Sapir
par g.sandro Lun 1 Avr 2013 - 4:04

Leçons de la crise chypriote 31 mars 2013
Par Jacques Sapir
http://russeurope.hypotheses.org/1106

Citation :
Il est temps désormais de tirer les leçons de la crise chypriote. Cette dernière a été importante non pas du fait de la taille du pays – Chypre ne représente que 0,2% du PIB de la zone Euro – mais en raison des mesures prises et de leurs conséquences. Elles prouvent que Chypre, aussi petit qu’elles soit, a ébranlé dans ses profondeurs la zone Euro.

La crise de l’Euro est passée dans une phase qualitativement supérieure.

Tout d’abord, cette crise a fait sauter le tabou d’une ponction sur les comptes bancaires. Bien entendu, on ne touchera pas aux comptes de moins de 100 000 euros, en dépit du premier plan de sauvetage, approuvé par l’ensemble de l’Eurogroupe. En tout cas, on n’y touchera pas tout de suite… Mais, l’idée que Chypre constituait un cas exceptionnel, ce qu’a répété François Hollande jeudi 28 mars à la télévision, est morte et bien morte. Klaas Knot, membre du Conseil de la BCE, a ainsi déclaré vendredi 29 mars[1] son accord de principe avec la déclaration très controversée de Jeroen Dijsselbloem le Président de l’Eurogroupe[2]. Cette nouvelle politique découle directement de la pression allemande. Madame Merkel a décidé, à l’occasion de la crise Chypriote, d’indiquer clairement qu’il n’était pas question que le contribuable allemand continue d’être ponctionné[3]. C’est une position que l’on peut parfaitement comprendre. Mais elle porte en elle la fin de la zone Euro et ceci pour deux raisons. D’une part, si l’on peut comprendre que l’on mette à contributions les actionnaires d’une banque, toucher aux déposants est largement contre-productif en raison des effets de panique (le « bank run ») que cela risque de provoquer. Ensuite, si l’Allemagne ne veut plus payer, et elle devrait débourser de 8% à 10% de son PIB chaque année pour que la Zone Euro fonctionne[4], cette dernière est condamnée. Ainsi, cette crise se révèle non pas comme un épisode mineur dans un processus qui serait sous contrôle, comme l’a prétendu notre Président sur France-2, mais bien comme un nouveau saut qualitatif comme le dit Paul de Grauwe, économiste à la London Business School[5]. C’est la seconde leçon que l’on peut tirer de cette crise. Ce saut qualitatif, dont on aura l’occasion de voir les effets sur la Slovénie qui demandera d’ici quelques semaines l’aide de la Troïka, a déjà des conséquences sur les deux pays les plus menacés par la nouvelle doctrine Bruxello-Allemande : l’Espagne et l’Italie. Il faudra surveiller dans les semaines à venir l’évolution du montant des dépôts dans les banques italiennes.

Le marché se plie aux réglementations des États

Ces leçons ne furent pas les seules. Nous avons pu vérifier du 16 mars au 29 mars deux choses importantes. Tout d’abord des contrôles sur les mouvements de capitaux fonctionnent. Certes, ils ne sont pas complètement étanches, mais ils ont empêché la panique bancaire à Chypre lors de la réouverture des banques. Cependant, ces contrôles doivent être complets. Si la fermeture des banques chypriotes n’a pas empêché certains de sortir leur argent, c’est parce que l’on avait omis de fermer les filiales, ou du moins d’interdire à ces dernières toute opération mettant en cause les comptes dans les banques « mères » (Cyprus Popular et Bank of Cyprus). C’est la raison pour laquelle les prélèvements sur les comptes de plus de 100 000 Euros seront au minimum de 60% et non de 30% comme initialement annoncé. Les contrôles n’ont pas été suffisamment réfléchis en amont, où peut-être a-t-on assisté à des connivences à l’intérieur du système bancaire chypriote[6]. Quoi qu’il en soit, il n’aurait pas été très difficile de procéder à une fermeture des banques qui soit réellement étanche.

Mais, cela veut dire que de telles mesures ne s’improvisent pas. Elles doivent être élaborées par des personnes connaissant les diverses astuces, on dirait en franco-russe les « schémas », pour tourner de genre de réglementation. Ceci impose de donner des pouvoirs importants et discrétionnaires à la Banque Centrale du pays concerné, en particulier celui d’interrompre tous les liens informatiques entre les banques, et fait de cette Banque Centrale un élément clef de la sécurité économique du pays qui doit donc repasser impérativement sous la tutelle de l’État. Voilà qui valide, à posteriori ce que j’avais pu écrire en 2006 sur la nécessité d’un « article 16 économique », permettant au gouvernement de s’abstraire des règles normales et des traités signés pour faire respecter le contenu du préambule de la Constitution[7]. J’étais revenu sur ce point dans un document de travail diffusé en avril 2011 et intitulé: “S’il faut sortir de l’euro…“. Il est clair que les mesures nécessaires imposent de subordonner étroitement la Banque Centrale, et donc dans notre cas la Banque de France, au gouvernement, ne serait-ce que de manière temporaire.

Le contrôle des capitaux et la sortie de l’Euro.

Une autre série de leçons concerne alors les mesures de sauvegarde prises par la Banque Centrale de Chypre, et en particulier l’établissement d’un strict contrôle des changes. Notons, ici encore, que ce retour des contrôles de capitaux, et du contrôle des changes, était prévisible, comme cela avait été dit dans une des notes précédentes[8]. Cela correspond tant à une réalité, comme on a pu le voire dans d’autres pays (Russie, Argentine)[9], qu’à une évolution spectaculaire de la doctrine des organisations internationales, et au premier plan desquelles le FMI[10]. Mais l’important ici est que l’on a, sans drame et sans façons, crée deux euros, l’un chypriote dont la fongibilité est limitée, et l’autre pour le reste de la zone Euro. Les concepteurs de ce système ne ce sont pas rendus compte qu’ils administraient ainsi la démonstration que rien ne serait plus facile que de quitter la zone Euro. Tous les discours sur les aspects catastrophiques d’une telle sortie s’effondrent devant les faits : en réalité, une fois que l’on a accepté de renouer avec une forte « répression financière » (encore que ce sont des gens ou des opinions que l’on puisse réprimer mais certainement pas des flux financiers…), rien ne serait plus simple que de sortir de l’Euro. Comme Alexandre Delaigue l’explique sur le site de France Info : « Comme l’ont remarqué de nombreux commentateurs, depuis que des contrôles des capitaux sont en place à Chypre, si la monnaie chypriote s’appelle toujours l’euro, en pratique, un euro dans une banque chypriote n’est plus équivalent à un euro ailleurs. Les comptes supérieurs à 100 000 euros sont bloqués, les retraits sont limités, ainsi que les capacités de transfert de son argent hors des frontières chypriotes. Tant que ces contrôles sont en place – et on ne sait pas quand ils seront levés – Chypre a une autre devise, dont la parité est officiellement fixée à un euro, comme le dollar des Bahamas par rapport au dollar américain. Ces contrôles lèvent l’un des principaux obstacles avancés jusqu’à présent à la sortie de l’euro d’un pays; la désorganisation économique qui en résulterait, la nécessité de mettre en place des contrôles de capitaux drastiques pour éviter des sorties de devises le temps du changement de monnaie. Ces contrôles sont en place et une bonne partie des sorties de capitaux a déjà eu lieu; En pratique, il devient donc possible pour le pays de revenir à son ancienne devise, la livre chypriote. [11]»

Ainsi, en voulant à tout prix conserver Chypre dans la zone Euro a-t-on administré la démonstration la plus éclatante qu’une telle sortie était techniquement possible sans drame ni crise apocalyptique. Telle n’est pas la moindre des leçons de la crise chypriote, et l’une qu’il convient d’apprendre par cœur.

[1] (Reuters) – European Central Bank Governing Council member Klaas Knot said on Friday there was “little wrong” with Eurogroup chair Jeroen Dijsselbloem’s recipe for dealing with future euro zone banking crises, Reuters, le 29 mars 2013, URL : http://www.reuters.com/article/2013/03/29/us-eurozone-cyprus-ecb-knot-idUSBRE92S05P20130329

[2] Claire Gatinois et Jean-Pierre Stroobants, Les débuts difficiles de Jeroen Dijsselbloem, rebaptisé “Dijsselbourde” , Le Monde, 27 mars 2013, http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/03/27/les-debuts-difficiles-de-jeroen-dijsselbloem-rebaptise-dijsselbourde_3148601_3234.html

[3] M Persson, « Euro crisis: After the Cyprus bank raid fiasco, Germany is being painted as the EU’s chief villain », The Telegraph, 31 mars 2013, URL : http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/cyprus/9962825/Euro-crisis-After-the-Cyprus-bank-raid-fiasco-Germany-is-being-painted-as-the-EUs-chief-villain.html

[4] Jacques Sapir, “Le coût du fédéralisme dans la zone Euro”, billet publié sur le carnet Russeurope le 10/11/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/453

[5] RTBF, « Chypre: “La zone euro est devenue plus fragile, le risque a augmenté” », 31 mars 2013, http://www.rtbf.be/info/economie/detail_chypre-la-zone-euro-est-devenue-plus-fragile-le-risque-a-augmente?id=7959913

[6] La Voix de la Russie, « Chypre : la famille du président sort sans préjudice des millions de Laiki Bank », 31 mars 2013, URL : http://french.ruvr.ru/2013_03_31/Chypre-la-famille-du-president-sort-sans-prejudice-des-millions-de-Laiki-Bank/

[7] Jacques Sapir, « La Crise de l’Euro : erreurs et impasses de l’Européisme » in Perspectives Républicaines, n°2, Juin 2006, pp. 69-84.

[8] Jacques Sapir, “Les contrôles de capitaux : une idée qui fait son chemin”, billet publié sur le carnet Russeurope le 29/01/2013, URL: http://russeurope.hypotheses.org/792

[9] B.J. Cohen, “Contrôle des capitaux: pourquoi les gouvernements hésitent-ils?”, in Revue Économique, vol. 52, n°2/mars 2001, pp. 207-232, p. 228.

[10] J. Ostry et al., « Capital Inflows: The Role of Controls », International Monetary Fund Staff Position Note, Washington (D. C.), FMI, 2010

[11] Alexandre Delaigue, « Chypre doit-elle quitter la zone euro? », France-Info, 31 mars 2013, URL : http://blog.francetvinfo.fr/classe-eco/2013/03/31/chypre-doit-elle-quitter-la-zone-euro.html




Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12406

Revenir en haut Aller en bas
Messagedélits d'initiés à Chypre
par contact.lecteurs Lun 1 Avr 2013 - 21:42

Citation :
Scandale à Chypre : 4,5 milliards d'€ se sont envolés avant le blocage des comptes



Certains savaient avant", c'est sous ce titre que le journal
Phileleftheros évoque le scandale qui secoue Chypre. Certains
connaissaient les projets de taxation des dépôts bancaires. Et ils
auraient fait des virements, à temps. 4,5 milliards d'euros envolés à
l'étranger, la semaine dernière.

Marinos Sizopoulos, du parti d'opposition Edek.

"Des
enquêtes doivent être menées et des noms doivent être publiés, ceux de
tous ces hommes d'affaires, politiciens, proches des politiciens, qui
les jours derniers ont fait des retraits importants et peut-être
transféré l'argent à l'étranger.

Le président Anastasiades a
promis que si le parlement le réclame, il demandera une liste de noms,
pas seulement pour les virements de la semaine dernière mais ceux des
deux derniers mois."



Jean

******

d'après ce lien, ça n'a pas été le cas de ce chypriotte qui a vu son compte à la Laikie bank bloqué
sur les 840.000€ qu'il avait déposé, 720.000€ sont bloqués
je ne sais absolument pas si cette info est sérieuse ou non ... un compte bancaire de 840.000€ en "liquidités" c'est tout de même très conséquent !
de plus le screen ne mentionne pas la devise


Citation :
petit lien avec témoignage d'un chypriote, Chypre Screen laikiebank
https://bitcointalk.org/index.php?topic=160292.0



Aquinox


Pour toutes suggestions / questions /  infos à partager sur nos forums publics: Argent Or
N'hésitez pas à m'en faire part Ici  

   contact.lecteurs

  Staff
 Staff

  avatar

  Inscription :   16/03/2005
  Messages :   303

Revenir en haut Aller en bas
MessageOui, j'ai évoqué ce scandale supplémentaire dans un post d'une autre file : ici =>
par g.sandro Mar 2 Avr 2013 - 0:24




Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12406

Revenir en haut Aller en bas
MessageJ'aime le «SI» dans la phrase :
par phv Mar 2 Avr 2013 - 1:01

(snip) Le président Anastasiades a promis que si le parlement le réclame, il demandera
une liste de noms, pas seulement pour les virements de la semaine dernière mais ceux des deux derniers mois."


Pourquoi «si» ?
Pense-t.il que le parlement ne réclamera pas la liste des noms ?
Aurait-il une petite idée de qui aurait bien pu savoir ?

Et «SI» les auteurs du (des) virement(s) sont des Russes, ayant (évidemment) quitté Chypre (et l'UE) depuis, et qu'ils
ont (évidemment également) viré les fonds en «zone libre» (c'est-à dire HORS de la «zone occupée» par l'Union Européenne),
il va faire quoi, Anastasiades ??

Quelle farce !!!

   phv

  Barreur
 Barreur

  avatar

  Inscription :   02/03/2009
  Messages :   245

Revenir en haut Aller en bas
MessageLes vrais raisons du fiasco Chypre ? Food for thought...
par phv Mar 2 Avr 2013 - 12:29

DEVIOUS CYPRUS HIDDEN ANGLE

A piece of the financing for the Rosneft deal (note : Rosneft est une société devant devenir la plus grosses société pétrolière au monde, voir les
détails sous le titre "BRITISH BROKER ROLE & INTRIGUE" dans le lien au bas de ce post) came from GazpromBank,
which operates out of Cyprus. China has posted $30 billion in USTBonds as collateral within the massive deal, in return for ample future crude oil supply.

Since Russia will receive a steady flow of payments from China from diverse energy pipeline supply, in the form of USTBond fund flow, the big debt to
the London banks will be paid off by USTBonds. The payoff will be in the same terms of the huge collateral. Conclude that the Eurasian Trade Zone
will have an energy pipeline and delivery system with loaded supply whose foundation is built upon USTBonds, sent back to the Anglo-American
bankers to digest. The USTBonds are going home to die. As Lenin said, the rope to hang themselves will be bought by the capitalists.
As footnote, some important toes were stepped on in Cyprus. Expect more entries to the morgue. The event opened the door to dangerous
games of brinksmanship.

The timing of the Cyprus bank account tax and confiscation is curious, exactly when the extremely significant summit meeting took place between
Russian President Putin and Chinese President Xi Jinping, where several big pacts were signed
. One is left to wonder if the Cyprus fire was lit by the
Europeans in order to attempt to disrupt the Moscow Energy Summit with heavy smoke. It bears repeating. The summit received almost zero
Western press coverage, even though its details outline a sunset of the USDollar. Maybe because its details outline a sunset of the USDollar.


The Jackass is left to wonder if the next important energy pact with the Eurasian Leader Duo (Russia & China) will involve Saudi Arabia, with a whiff
of sunset for the Petro-Dollar defacto standard. Cyprus might indeed have been all about trying to save the Petro-Dollar, more than the European banks.
Perhaps the Moscow Summit dictated the Cyprus timetable. The Italian elections to depose Monti, Spanish high level corruption and bankruptcies,
and the French backtrack on massive spending cuts, these three nations point to urgency in disaster control. The bank account tax was thrust forward,
unmasking the fascist bankers.


http://www.24hgold.com/english/news-gold-silver-usdollar-ring-fenced--checkmate.aspx?article=4311795078G10020&redirect=false&contributor=Jim+Willie+CB&mk=1

(Accessoirement, le deal Rosneft doit permettre aux Chinois et aux Russes de se débarrasser de T-Bonds US)


   phv

  Barreur
 Barreur

  avatar

  Inscription :   02/03/2009
  Messages :   245

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Chypre innove avec taxe sur dépots bancaires
par du-puel Mar 2 Avr 2013 - 13:11

je ne suis pas d'accord avec J. Sapir et les commentateurs qui prétendent que désormais "tout le monde sait" qu'il existe deux euros, l'un chipriote, l'autre pour le reste de la zone.

Je prétends qu'en réalité "certains commencent à comprendre", surtout à Chypre, qu'il existait déjà deux euros, même s'ils n'avaient pas encore identifié ce fait : l'un bancaire, promesse électronique mensongère et intenable, pratique mais traçable et facilement saisissable, des banques de remettre à vue l'autre euro, celui des billets de la BCE, anonyme et plus difficilement saisissable, le seul qui ait cours légal et forcé par la loi.

(Rappel : les euros bancaires, sont créés principalement par les banques via le mécanisme du crédit hypothécaire, en multipliant les euros-papiers de la BCE --et leurs réserves à la BCE-- par le système des réserves fractionnaires qui permettent aux banques de créer, en vue de les prêter, davantage de leurs euros qu'elles ne possèdent d'euros de la BCE. Ces euros bancaires s'échangent par les "instruments de paiements bancaires" que sont les virements, cartes et autres chèques et sont légalement échangeables à vue (et donc immédiatement) contre des billets de la BCE ... qui n'existent cependant pas en quantité suffisante. Les euros bancaires constituent donc une monnaie définie au sens large de "moyen de paiement généralement accepté". Les euros de la BCE sont une monnaie dans un sens plus strict encore puisque la loi oblige à les accepter --cf notre art. R642-3 du Code pénal : "le fait de refuser de recevoir des pièces de monnaie ou des billets de banque ayant cours légal en France selon la valeur pour laquelle ils ont cours est puni ...")

Les billets en euros émis par la BCE, ou en son nom (pièces) valent toujours exactement la même chose à Chypre qu'ailleurs. A la limite, ils y vaudraient même davantage qu'ailleurs puisse que seul moyen de paiement, légal et forcé, utilisable.

Il en va de même évidemment pour toute monnaie de singe telle que l'euroPeso : USpeso, UKpeso, ...

Ce qui apparait réellement à J. Sapir et autres, mais qui existait évidement déjà comme montré ci-dessus, est qu'il existe différents euros bancaires (surprise !) : il faut distinguer, du fait de leurs risques propres, ceux de chaque banque, même s'ils semblent inter-échangeables.

Point juridique intéressant : dans le cas où à Chypre existerait une limite légale maximale de paiement en espèces --cf notre art. L112-6 du Code monétaire et financier-- , avec nécessairement un dispositif permettant de la contourner --tel notre III-a) de ce même article qui exclut les personnes incapables de s'obliger par instruments bancaires-- car sinon la notion de cours légal forcé serait intenable, je pense que, fort logiquement, cette limite "saute", de facto et de jure.

Autre point intéressant : le bitcoin, cette "monnaie" électronique créée directement par ceux qui choisissent librement de l'utiliser, sans banque, ni commerciale ni centrale, sans dispositif légal coercitif pour l'imposer à ceux qui n'en veulent pas. J'écris "monnaie" puisque pas encore très largement acceptée -- mais qui doit faire trembler dans toutes les banques centrales, surtout au vu de son cours qui s'envole devant les autres devises et ici pas d'intervention possible par "impression" pour réduire son cours afin de faciliter les exportations mais qui appauvrit l'épargnant par l'inflation.

Voici les deux leçons, liées, que je tire quant à moi de cette crise chipriote :

- les "gens" commencent à ouvrir les yeux et comprendre l'escroquerie pyramidale qu'est une monnaie de singe : banque centrale / banques commerciales / finance. Peut-être demanderont-ils à être payé par leur banque pour y laisser leurs fonds en prennant des risques, plutôt que d'avoir à payer pour utiliser leur argent.

- et qu'il existe au moins une solution alternative, certes probablement imparfaite, mais elle existe : le voile de la monnaie fiduciaire du dogme monétariste se déchire.



© Armand Du-Puel /Hardinvestor
reproduction interdite : pas de copier / coller : utilisez un lien vers cet original.

   du-puel

  Chef table à cartes
 Chef table à cartes

  avatar

  Inscription :   18/08/2005
  Messages :   3543

Revenir en haut Aller en bas
Messagedélits d'initiés à Chypres / suite
par contact.lecteurs Mar 2 Avr 2013 - 15:08



Pour toutes suggestions / questions /  infos à partager sur nos forums publics: Argent Or
N'hésitez pas à m'en faire part Ici  

   contact.lecteurs

  Staff
 Staff

  avatar

  Inscription :   16/03/2005
  Messages :   303

Revenir en haut Aller en bas
MessageBanque centrale européenne : embrouille et secret défense...carrément...ils osent TOUT !
par g.sandro Mar 2 Avr 2013 - 20:00

Je copie le lien de Jean, car ça, c'est le genre de truc qui a une fâcheuse tendance à disparaître de la toile et à se retrouver en "erreur 404" ou autre machin du même genre


http://www.wikistrike.com/article-banque-centrale-europeenne-embrouille-et-secret-defense-116653486.html


Citation :
SAMEDI 30 MARS 2013



Banque centrale européenne : embrouille et secret défense


Tous aux abris ! La panique règne à la Banque centrale européenne (BCE) dirigée par Mario Draghi
, suppôt comme chacun sait ou devrait savoir de la tristement célèbre Goldman Sachs. Alors les assiégés dressent les barricades pour sauver leurs coffres en péril. Deux éléments viennent conforter cette impression, révélés l’un par l’allemand Deutsche Wirtschaftsnachrichten, l’autre par Mediapart.

Chypre, c’est quoi cette embrouille ?

Les Deutsche Wirtschaftsnachrichten (en clair, Nouvelles économiques d’Outre-Rhin) vient de donner un éclairage avisé sur les dessous du plan de « sauvetage » de Chypre par la BCE.

Contrairement à ce qui s’était passé avec la décote des emprunts grecs, celle des obligations chypriotes était tout bonnement impossible car elles étaient liées en grande partie à de la dette grecque qui servait de garanties pour la BCE.

Avec la banqueroute des banques chypriotes, c’est la BCE elle-même qui aurait paumé quelque 12 milliards d’euros, et aurait déclenché un système automatique de transfert immédiat équivalent (Target 2) de la part des pays membres, en vrai argent sonnant et trébuchant. Trois milliards à débourser rien que pour l’Allemagne de Frau Merkel.

On comprend mieux l’acharnement de la Troïka, et plus précisément de Mario Draghi, à « sauver » coûte que coûte ce qui pouvait rester de l’édifice bancaire chypriote. Quitte à pulvériser le tabou de l’inviolabilité supérieure des créanciers et des actionnaires. Quitte à violer les règles mêmes de l’UE en matière de liberté de circulation des capitaux.

On comprend aussi que nos malfrats de Bruxelles ne peuvent plus laisser tomber l’euro sous peine de voir les protégés de créanciers perdre sèchement toutes les dettes issues d’un Target 2. Deutsche Wirtschaftsnachrichten :

« Vu sous cet angle, le hold-up organisé des banques chypriotes est ce qu’il y a de moins grave. Draghi et les sauveteurs de l’euro ne se battent pas pour sauver Chypre, ils se battent pour leur propre survie. »


La BCE sous la protection... du secret défense !

Mediapart vient de lever un autre faisan symptomatique de l’affolement qui saisit nos oligarques de Bruxelles et de Francfort.

La Cour de justice européenne vient de voler au secours de la BCE en lui accordant le bénéfice... du secret défense ! Ce qui exempte la forteresse de M. Draghi, déjà hors de tout contrôle démocratique, de rendre compte de ce qui y est commis si bon lui semble.

Chose qui tombe parfaitement bien quand on sait que cette décision fait suite à une demande de documents par l’agence Bloomberg pour savoir comment Goldman Sachs – où officiait alors un certain Mario Draghi – avait pu plumer la Grèce en faisant exploser son taux d’endettement. Martine Orange (Mediapart) :

« Lorsque la BCE s’était vu demander communication de ces documents, elle avait refusé au motif qu’ils étaient dépassés. L’embarras des instances européennes était d’autant plus manifeste que le sujet mettait en cause son contrôle, la responsabilité de Goldman Sachs et faisait peser le soupçon sur Mario Draghi. »

On le voit, les crabes défendent becs et pinces leur panier et sont prêts à tout, absolument tout, pour ne pas finir dans le court-bouillon d’une justice populaire qu’ils n’auraient pas volée. Il n’y a guère que dans la froidure nordique islandaise que des malandrins, difficilement présumables innocents de par la perversion intrinsèque du système qu’ils servaient, sont pour l’heure inquiétés.

Mais voici que se profilent pour 2014 des élections qui donneront amplement l’occasion de mettre ce linge sale européen sur la table. Et, qui sait, d’en profiter pour botter quelques culs.


Source



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12406

Revenir en haut Aller en bas
Messagedémission du ministre des finances acceptée
par marie Mer 3 Avr 2013 - 2:11

démission du ministre des finances acceptée

cette fois ci, la démission du ministre des finances gouvernement Chypre est acceptée



le ministre des Finances part pour laisser libre champ aux enquêteurs



La crise bancaire à Chypre a connu un nouveau rebondissement mardi avec la démission du ministre des Finances Michalis Sarris, qui a dit partir pour laisser libre champ aux enquêteurs chargés de déterminer les responsabilités, au plus haut niveau, dans la tourmente financière.

Le gouvernement a mis en place mardi une commission chargée d'enquêter sur la façon dont l'île a été poussée au bord de la faillite, au point de devoir accepter un plan de sauvetage européen assorti de mesures draconiennes.

M. Sarris a indiqué à des journalistes avoir décidé de quitter son poste car l'enquête doit se pencher sur la période pendant laquelle il dirigeait en 2012 la deuxième banque du pays, Laïki, mise en faillite dans le cadre du plan de sauvetage.

Haris Georgiades, actuellement ministre du Travail, doit être investi en tant que nouveau ministre des Finances mercredi.

Le président Nicos Anastasiades a remercié M. Sarris pour sa participation au gouvernement, mis en place il y a à peine plus d'un mois, soulignant que "la décision de M. Sarris de donner sa démission (...) pour faciliter le travail de la commission d'enquête, constitue un phénomène culturel nouveau dans la vie politique chypriote".

M. Sarris avait été nommé à la tête de la Laïki début 2012, avant de démissionner en août 2012, sur demande du gouverneur de la Banque centrale.

Le président Anastasiades a appelé les trois juges formant la commission d'enquête, qui ont trois mois pour rendre leurs conclusions, à se pencher "en priorité" sur sa propre personne et sur sa famille.

Les médias chypriotes bruissent ces derniers jours de rumeurs sur des transferts financiers effectués par des proches de M. Anastasiades, de son prédécesseur communiste, Demetris Christofias, ou d'autres personnalités politiques.

Plan d'aide assoupli

Outre des accusations de transferts douteux, la commission doit aussi enquêter sur une liste de personnalités politiques et leurs proches qui auraient bénéficé d'effacements de dettes ces cinq dernières années auprès de banques chypriotes.

Le gouvernement chypriote et ses créanciers internationaux sont parvenus mardi à un protocole d'entente qui donne à Chypre jusqu'à 2018, soit deux années de plus qu'initialement prévu, pour atteindre les objectifs exigés en contrepartie du prêt de 10 milliards d'euros.

Le plan de sauvetage européen a été assoupli, en donnant notamment un peu plus de temps à l'île pour réduire son déficit, afin de "réduire la pression sur l'économie" chypriote, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Christos Stylianides.

Chypre a désormais cinq ans pour atteindre un excédent primaire (hors service de le dette) de 4% du PIB.

Au bord de la faillite, Chypre a obtenu le 25 mars un plan de sauvetage international de 10 milliards d'euros, au prix d'une restructuration drastique de son système bancaire qui va mettre largement à contribution les gros clients des deux plus grandes banques de l'île.

Les comptes dépassant 100.000 euros sont gelés à la Laïki et la Bank of Cyprus. La première doit être liquidée, et les gros comptes de la seconde doivent subir une ponction qui pourrait aller jusqu'à 60%.

Les petits comptes de la Laïki ainsi que tous les prêts vont être transférés à la Bank of Cyprus où ils fonctionneront normalement.

Un cadre de la banque centrale chypriote, Yiangos Demetriou, a indiqué à la radio nationale que les clients de la Bank of Cyprus pourraient avoir accès à 10% de leurs dépôts au-delà de 100.000 euros, le reste restant immobilisé le temps que soit déterminée l'ampleur de la ponction nécessaire pour remplir les conditions du plan de sauvetage. Il est déjà acquis qu'au moins 37,5% de leurs fonds seront transformés en actions.

Parallèlement, la banque centrale continue d'assouplir peu à peu les restrictions sur les mouvements de fonds. Pour les entreprises, les transferts sont libres jusqu'à 25.000 euros, au lieu de 5.000 jusque là, et il est désormais possible d'émettre des chèques allant jusqu'à 9.000 euros.

Pour les particuliers, les retraits sont limités à 300 euros par jour et par personne. Les virements bancaires restent impossibles vers l'étranger et limités vers Chypre même.

En attendant, la solidarité s'organise avec les victimes de la crise économique. Lundi soir une foule immense a assisté à Nicosie à un concert d'artistes grecs et chypriotes à l'initiative d'associations caritatives afin de collecter des denrées alimentaires.

http://www.boursorama.com/actualites/chypre-le-ministre-des-finances-part-pour-laisser-libre-champ-aux-enqueteurs-143516e523bc77c659974911f4527d8b



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19752

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Chypre innove avec taxe sur dépots bancaires
par nofear Mar 16 Avr 2013 - 10:17

Citation :


Les espagnols ne font jamais chier avec ça....à moins qu'ils ne traquent les produits andorrans? C'est ça?





non ils contrôlent aussi A L'ENTREE en Andorre et non pas à la sortie comme d'habitude...


© Nofear / Hardinvestor / On appelle esprit libre celui qui pense autrement qu'on ne s'y attend de sa part en raison de son origine, de son milieu, de son état et de sa fonction, ou en raison des opinions régnantes de son temps. Il est l'exception, les esprits asservis sont la règle. Ce que ceux-ci lui reprochent, c'est que ses libres principes, ou bien ont leur source dans le désir de surprendre ou bien permettent de conclure à des actes libres, c'est-à-dire de ceux qui sont inconciliables avec la morale asservie." (Friedrich NIETZSCHE, Humain, trop humain) mon tweet perso: @ghostbikerman

   nofear

  Chef cuistot
 Chef cuistot

  avatar

  Inscription :   03/10/2009
  Messages :   2397

Revenir en haut Aller en bas
MessageLa future “chypriotisation” des comptes bancaires est déjà programmée
par marie Mar 23 Avr 2013 - 23:03

La future “chypriotisation” des comptes bancaires est déjà programmée

à lire très attentivement ===> ils sont en train de refaire toute la réglementation ces s ... !

http://la-chronique-agora.com/chypriotisation-comptes-bancaires/



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19752

Revenir en haut Aller en bas
Chypre innove avec taxe sur dépots bancaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hardinvestor :: Argent - Or - Monnaie - Géopolitique / Forums publics :: Economie/Monnaie, Géopolitique, Environnement-Santé-
Sauter vers:




cours de l’or en dollar   cours de l’argent en dollar   cours du Hui   cours de l’or en euro   cours de l’argent en euro   ratio or argent