!-- Go to www.addthis.com/dashboard to customize your tools -->
Hardinvestor HardinvestorTraduire: TraductionSuivre:  Hardinvestor sur TwitterHardinvestor sur FacebookVidéos Hardinvestor DailymotionVidéos Hardinvestor YoutubePartager:  Partager

Hardinvestor- Investir sur l’or et l’argent Hard Investor   |  Silver is King, Go gold!

Pourquoi et comment investir dans l’or et l’argent ? Plus qu’un placement d’opportunité, il s’agit avant tout de sécuriser le pouvoir d’achat de votre épargne contre l’érosion monétaire et les conséquences de la crise systémique mondiale, tout en déjouant les pièges que réserve le marché de l’or et de l’argent, à l’investisseur non averti.


 

 Partagez  |

régulation du dérivé market , ya le feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
Messagerégulation du dérivé market , ya le feu
par marie Mar 6 Sep 2005 - 23:44

n'oubliez pas que greeny convoque ce mois ci 14 des banques concernées ,1 ere fois que ça arrive .. autant dire q'il convoque caballas à lire les noms : !

The 14 banks invited to speak with the Fed include Bank of America
Corp., Barclays Group's Barclays Capital, Bear Stearns, Citigroup,
Credit Suisse's Credit Suisse First Boston, Deutsche Bank, Goldman
Sachs, HSBC, JPMorgan Chase & Co., Lehman Brothers, Merrill Lynch,
Morgan Stanley, UBS, and Wachovia Corp.

explications détaillées :
_____________

Subject: Whose derivatives are these, anyway?


Fed Eyes Risk in Backed-up Derivatives Back Offices

By Dan Wilchins
Reuters
Tuesday, September 6, 2005

NEW YORK -- The Federal Reserve Bank of New York is looking into the
credit derivatives market, but traders and regulators disagree about
whether the market is a risk to the broader financial system or just
encountering normal growing pains.

At issue is the processing of trades, an unglamorous area that is
widely acknowledged to have become a problem as paperwork backlogs
mount at dealers and hedge funds.

Credit derivatives, which investors can use to insure a company's or
country's debt against default, have surged in popularity in recent
years.

But the market has grown so fast that players' trade processing
systems have been unable to keep up, which has spurred the Fed and
other regulators to meet with 14 banks and brokers on Sept. 15.

Regulators and industry groups are clearly interested in fixing the
back office for credit derivatives.

In a speech in early May, Federal Reserve Chairman Alan Greenspan
called back-office issues in credit derivatives a "significant
problem," while the United Kingdom's financial regulator, the
Financial Services Authority, began looking into back office problems
in February.

The Counterparty Risk Management Group II, a group headed by Goldman
Sachs Chairman and former New York Fed president Gerald Corrigan,
said in a report in July that trade processing problems
demand "urgent industry-wide efforts."

The amount of outstanding credit protection has grown more than eight-
fold over the last three years, to $8.42 trillion at the end of 2004.

When any market grows quickly, unexpected problems in trade
processing result. The stock market and interest-rate derivatives
market have experienced processing problems in previous decades.

Traders identified two problem areas in back-office operations for
credit derivatives. The first is a lack of signed paperwork for
trades. Two traders may agree on a deal verbally, and then leave the
details to their back offices.

The final trade contract -- known as a confirmation -- can remain
unsigned for weeks or months, buried under a mountain of other
contracts still waiting to be signed, traders said.

If a company defaults, and an investor wants to collect on a credit
default contract, some parties may use the unsigned confirmation as a
way to renege on the contract.

"With unsigned contracts, it's not always clear what laws apply,"
said Conrad Bahlke, a partner at the law firm of Weil, Gotshal &
Manges LLP in New York.

Bahlke and traders did not see this problem as necessarily
catastrophic. Large investors and dealers that intend to stay in the
market long term have a real incentive to fulfill their obligations.

But smaller players would have less bargaining power with regard to
unsigned confirmations than larger players, David Mordecai, president
of financial engineering advisory firm Risk Economics, said.

The second problem area involves knowing who one's trading
counterparties are. A hedge fund, for example, that has sold credit
protection to a bank may later trade out of its position by assigning
its obligations to a different bank.

But back-office backlogs may result in the hedge fund failing to
notify in a timely fashion the bank to which it sold protection that
it had assigned the position to a new bank. Or the bank may be
notified but may not process the information in time.

In the worst-case scenario, if the market came under stress, parties
could be unsure to whom they had exposure and trading could be
interrupted, Risk Economics' Mordecai said.

More broadly, the stability of financial markets as a whole could be
called into question, said Doug Harris, a risk management consultant
and former senior deputy comptroller for capital markets at the
Office of the Comptroller of the Currency.

The solutions are fairly clear, said credit derivatives professionals
and regulators.

The New York Fed next month is likely to urge that dealers abandon
manual processing of trade details and invest in systems to improve
the process of confirming a trade, said Brad Hintz, adding that
predicting regulators' actions is not an exact science.

The Fed is also likely to recommend that every credit derivative
trade receive a unique serial number to identify it, similar to CUSIP
numbers for bonds.

The 14 banks invited to speak with the Fed include Bank of America
Corp., Barclays Group's Barclays Capital, Bear Stearns, Citigroup,
Credit Suisse's Credit Suisse First Boston, Deutsche Bank, Goldman
Sachs, HSBC, JPMorgan Chase & Co., Lehman Brothers, Merrill Lynch,
Morgan Stanley, UBS, and Wachovia Corp.

The Fed is likely to work cooperatively rather than ordering the
dealers to do anything, said Greg Zerzan, a former assistant
secretary at the U.S. Treasury.

"There's an implied stick, but banking supervisors don't like to show
it," Zerzan said.



©️ Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook
régulation du dérivé market , ya le feu Sign-m10

   marie

  Skipper
 Skipper

  marie

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19987

régulation du dérivé market , ya le feu Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: régulation du dérivé market , ya le feu
par RobertConrad Mer 7 Sep 2005 - 2:31

héhé comme dirait coluche ," j'ai les noms des coupables..." r.ire r.ire r.ire

   RobertConrad

  Chef table à cartes
 Chef table à cartes

  RobertConrad

  Inscription :   07/02/2005
  Messages :   3163

régulation du dérivé market , ya le feu Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: régulation du dérivé market , ya le feu
par g.sandro Mer 7 Sep 2005 - 19:34

Caballas au grand complet, c'est que ça chie, on notera que:

The Fed is likely to work cooperatively rather than ordering the
dealers to do anything,

Bah oui hein...avec des complices on coopère (COLLABORE) on n'ordonne pas...

Enfin, quand je dis au complet.... il manque juste la presse et les gvts



Silver is king, Go Gold !
©️ G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

régulation du dérivé market , ya le feu 2wecua10

   g.sandro

  Captain
 Captain

  g.sandro

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12768

régulation du dérivé market , ya le feu Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: régulation du dérivé market , ya le feu
par helene Mer 7 Sep 2005 - 22:22

Traduction automatique
Citation :
La banque de réserves fédérale de New York examine le marché de produits dérivés de crédit, mais les commerçants et les régulateurs sont en désaccord environ à si le marché est un risque le système financier plus large ou juste rencontre des douleurs croissantes normales. À l'issue est le traitement des commerces, un secteur unglamorous qui est largement reconnu pour être devenu un problème à pendant que les arriérés d'écritures montent les revendeurs et les fonds de couverture. Créditez les dérivés, que les investisseurs peuvent employer pour assurer une dette de la compagnie ou de pays contre le défaut, ont augmenté dans la popularité ces dernières années. Mais le marché s'est développé si rapide que les systèmes commerciaux du procédé des joueurs ont ne pu pas continuer, qui a stimulé les régulateurs alimentés et autres au rencontrer 14 banques et courtiers sur septembre 15. Les régulateurs et les groupes d'industrie sont clairement intéressés par le fixing le post-marché pour des dérivés de crédit. Dans un discours en début mai, le Président Alan Greenspan de réservation fédérale a appelé des issues d'en arrière-bureau dans des dérivés de crédit "un problème significatif," tandis que le régulateur financier du royaume uni, l'autorité de services financiers, commençait à examiner des problèmes arrières de bureau en février. Le groupe de gestion des risques de Counterparty II, un groupe se dirige par dans le Président de Goldman Sachs et l'ancien Président nourri Gerald Corrigan de New York, dit un rapport en juillet qui commercent traiter la demande "efforts à l'échelle industrielle pressants de problèmes." La quantité de protection exceptionnelle de crédit a accru plus de huit replient les trois dernières années, à $8,42 trillions à la fin de 2004. Quand n'importe quel marché se développe rapidement, des problèmes inattendus dans le résultat de traitement commercial. Le marché des actions et le marché de produits dérivés de taux d'intérêt ont éprouvé traiter des problèmes dans des décennies précédentes. Les commerçants ont identifié deux domaines problématiques dans des opérations d'en arrière-bureau pour des dérivés de crédit. Le premier est un manque d'écritures signées pour les commerces. Deux commerçants peuvent convenir sur une affaire verbalement, et puis laissent les détails à leurs post-marchés . Le contrat commercial final -- connu sous le nom de confirmation -- peut pour rester non signé des semaines ou des mois, enterré sous une montagne d'autres contrats attendant toujours pour être signé, des commerçants dits. Si les défauts de compagnie, et un investisseur veut se rassembler sur un contrat de défaut de crédit, quelques parties peuvent employer la confirmation non signée comme manière de renoncer sur le contrat. "avec les contrats non signés, il n'est pas toujours clair quelles lois s'appliquent," a dit Conrad Bahlke, un associé au cabinet juridique de Weil, de Gotshal et de Manges LLP à New York. Bahlke et commerçants n'ont pas vu ce problème comme nécessairement catastrophique. Les grands investisseurs et revendeurs qui ont l'intention de rester dans le long terme du marché ont une vraie incitation pour s'acquitter de leurs obligations. Mais de plus petits joueurs auraient moins de pouvoir de négociation en ce qui concerne des confirmations non signées que de plus grands joueurs, David Mordecai, président des sciences économiques fermes consultatives de risque de technologie financière, dit. Le deuxième domaine problématique implique de savoir qui ses counterparties marchands sont. Un fonds de couverture, par exemple, qui a vendu la protection de crédit à une banque peut plus tard commercer hors de sa position en assignant ses engagements à une banque différente. Mais les arriérés d'en arrière-bureau peuvent avoir comme conséquence le fonds de couverture n'informent pas d'une mode opportune la banque à laquelle elle a vendu la protection qu'elle avait assigné la position à une nouvelle banque. Ou on peut annoncer la banque que mais ne peut pas traiter l'information à temps. Dans le scénario des cas les pires, si le marché relevait de l'effort, les parties pourraient être incertaines à qui elles ont eu l'exposition et le commerce pourrait être interrompu, Mordecai des sciences économiques de risque dit. Plus largement, la stabilité des marchés financiers en général a pu être mise en question, a indiqué Doug Harris, un consultant en matière de gestion des risques et ancien contrôleur aîné de député pour les marchés financiers au bureau du contrôleur de la devise. Les solutions sont les professionnels de dérivés de crédit et régulateurs assez clairs et lesdits. New York le mois prochain alimenté est susceptible de demander instamment que les revendeurs abandonnent le traitement manuel des détails commerciaux et l'investissent dans les systèmes pour améliorer le processus de confirmer un commerce, a dit le clou à tête perdue Hintz, ajoutant cela les actions des régulateurs de prévision n'est pas une science exacte. Alimenté est susceptible également de recommander que chaque commerce de dérivé de crédit reçoivent un numéro de série unique pour l'identifier, semblable à CUSIP numérote pour des liens. Les 14 banques invitées à parler avec alimenté incluent la banque de l'Amérique Corp., Barclays Group's Credit Suisse First Boston, Deutsche Bank, Goldman Sachs, HSBC, JPMorgan Chase & Co., Lehman Brothers, Merrill Lynch, Morgan Stanley, UBS, et Wachovia Corp de Barclays Capital, Bear Stearns, Citigroup, Credit Suisse's. Alimenté est susceptible de travailler coopérativement plutôt que de commander les revendeurs faire n'importe quoi, a dit Greg Zerzan, un ancien secrétaire auxiliaire au trésor des ETATS-UNIS. "il y a un bâton implicite, mais les surveillants d'opérations bancaires n'aiment pas le montrer," Zerzan dit. La banque de réserves fédérale de New York examine le marché de produits dérivés de crédit, mais les commerçants et les régulateurs sont en désaccord environ à si le marché est un risque le système financier plus large ou juste rencontre des douleurs croissantes normales. À l'issue est le traitement des commerces, un secteur unglamorous qui est largement reconnu pour être devenu un problème à pendant que les arriérés d'écritures montent les revendeurs et les fonds de couverture. Créditez les dérivés, que les investisseurs peuvent employer pour assurer une dette de la compagnie ou de pays contre le défaut, ont augmenté dans la popularité ces dernières années. Mais le marché s'est développé si rapide que les systèmes commerciaux du procédé des joueurs ont ne pu pas continuer, qui a stimulé les régulateurs alimentés et autres au rencontrer 14 banques et courtiers sur septembre 15. Les régulateurs et les groupes d'industrie sont clairement intéressés par le fixing le post-marché pour des dérivés de crédit. Dans un discours en début mai, le Président Alan Greenspan de réservation fédérale a appelé des issues d'en arrière-bureau dans des dérivés de crédit "un problème significatif," tandis que le régulateur financier du royaume uni, l'autorité de services financiers, commençait à examiner des problèmes arrières de bureau en février. Le groupe de gestion des risques de Counterparty II, un groupe se dirige par dans le Président de Goldman Sachs et l'ancien Président nourri Gerald Corrigan de New York, dit un rapport en juillet qui commercent traiter la demande "efforts à l'échelle industrielle pressants de problèmes." La quantité de protection exceptionnelle de crédit a accru plus de huit replient les trois dernières années, à $8,42 trillions à la fin de 2004. Quand n'importe quel marché se développe rapidement, des problèmes inattendus dans le résultat de traitement commercial. Le marché des actions et le marché de produits dérivés de taux d'intérêt ont éprouvé traiter des problèmes dans des décennies précédentes. Les commerçants ont identifié deux domaines problématiques dans des opérations d'en arrière-bureau pour des dérivés de crédit. Le premier est un manque d'écritures signées pour les commerces. Deux commerçants peuvent convenir sur une affaire verbalement, et puis laissent les détails à leurs post-marchés . Le contrat commercial final -- connu sous le nom de confirmation -- peut pour rester non signé des semaines ou des mois, enterré sous une montagne d'autres contrats attendant toujours pour être signé, des commerçants dits. Si les défauts de compagnie, et un investisseur veut se rassembler sur un contrat de défaut de crédit, quelques parties peuvent employer la confirmation non signée comme manière de renoncer sur le contrat. "avec les contrats non signés, il n'est pas toujours clair quelles lois s'appliquent," a dit Conrad Bahlke, un associé au cabinet juridique de Weil, de Gotshal et de Manges LLP à New York. Bahlke et commerçants n'ont pas vu ce problème comme nécessairement catastrophique. Les grands investisseurs et revendeurs qui ont l'intention de rester dans le long terme du marché ont une vraie incitation pour s'acquitter de leurs obligations. Mais de plus petits joueurs auraient moins de pouvoir de négociation en ce qui concerne des confirmations non signées que de plus grands joueurs, David Mordecai, président des sciences économiques fermes consultatives de risque de technologie financière, dit. Le deuxième domaine problématique implique de savoir qui ses counterparties marchands sont. Un fonds de couverture, par exemple, qui a vendu la protection de crédit à une banque peut plus tard commercer hors de sa position en assignant ses engagements à une banque différente. Mais les arriérés d'en arrière-bureau peuvent avoir comme conséquence le fonds de couverture n'informent pas d'une mode opportune la banque à laquelle elle a vendu la protection qu'elle avait assigné la position à une nouvelle banque. Ou on peut annoncer la banque que mais ne peut pas traiter l'information à temps. Dans le scénario des cas les pires, si le marché relevait de l'effort, les parties pourraient être incertaines à qui elles ont eu l'exposition et le commerce pourrait être interrompu, Mordecai des sciences économiques de risque dit. Plus largement, la stabilité des marchés financiers en général a pu être mise en question, a indiqué Doug Harris, un consultant en matière de gestion des risques et ancien contrôleur aîné de député pour les marchés financiers au bureau du contrôleur de la devise. Les solutions sont les professionnels de dérivés de crédit et régulateurs assez clairs et lesdits. New York le mois prochain alimenté est susceptible de demander instamment que les revendeurs abandonnent le traitement manuel des détails commerciaux et l'investissent dans les systèmes pour améliorer le processus de confirmer un commerce, a dit le clou à tête perdue Hintz, ajoutant cela les actions des régulateurs de prévision n'est pas une science exacte. Alimenté est susceptible également de recommander que chaque commerce de dérivé de crédit reçoivent un numéro de série unique pour l'identifier, semblable à CUSIP numérote pour des liens. Les 14 banques invitées à parler avec alimenté incluent la banque de l'Amérique Corp., Barclays Group's Credit Suisse First Boston, Deutsche Bank, Goldman Sachs, HSBC, JPMorgan Chase & Co., Lehman Brothers, Merrill Lynch, Morgan Stanley, UBS, et Wachovia Corp de Barclays Capital, Bear Stearns, Citigroup, Credit Suisse's. Alimenté est susceptible de travailler coopérativement plutôt que de commander les revendeurs faire n'importe quoi, a dit Greg Zerzan, un ancien secrétaire auxiliaire au trésor des ETATS-UNIS. "il y a un bâton implicite, mais les surveillants d'opérations bancaires n'aiment pas le montrer," Zerzan dit.

   helene

  Piano bar
 Piano bar

  helene

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   1393

régulation du dérivé market , ya le feu Empty
http://gentils-boursiers.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
MessageBonsoir Tout le Monde .
par Mihai Pacepa Mer 7 Sep 2005 - 22:27

J'adore :

The final trade contract -- known as a confirmation -- can remain
unsigned for weeks or months, buried under a mountain of other
contracts still waiting to be signed, traders said.


angel


Qu'importe le graphique pourvu qu'on le comprenne.

   Mihai Pacepa

  Matelot
 Matelot

  avatar

  Inscription :   09/04/2005
  Messages :   71

régulation du dérivé market , ya le feu Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: régulation du dérivé market , ya le feu
par helene Mer 7 Sep 2005 - 22:28

L'extrait que je relève ici:
Citation :
Le deuxième domaine problématique implique de savoir qui ses counterparties marchands sont. Un fonds de couverture, par exemple, qui a vendu la protection de crédit à une banque peut plus tard commercer hors de sa position en assignant ses engagements à une banque différente. Mais les arriérés d'en arrière-bureau peuvent avoir comme conséquence le fonds de couverture n'informent pas d'une mode opportune la banque à laquelle elle a vendu la protection qu'elle avait assigné la position à une nouvelle banque.
cela: ça a un nom: ça s'appelle carrément faire de la cavalerie.

   helene

  Piano bar
 Piano bar

  helene

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   1393

régulation du dérivé market , ya le feu Empty
http://gentils-boursiers.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Messagerégulation du dérivé market , ya le feu, suite
par marie Mer 7 Sep 2005 - 22:31

yess l'ensemble du texte vaut le coup d'etre lu dans les détails ... subtils .. dans le genre relevés par vous 3,



de toutes façons et que ce soit clair , il n'y a pas de responsables r.ire , que de pauvres caballas banques qu'il convient de secourir , contre leurs propres pratiques frauduleuses .. et avec leur "coopération" , bien sur ... comme le dit si justement Sandro

le tout est de trouver comment régler ce pb entre gentlemen complices ! blablabla crane pinochio

au fait , saviez vous que le tel portable blablabla , bien trop "traçable " est interdit compressé ds les salles de marché des caballas banques? , histoire de protéger certaines conversations délictueuses, et trop confidentielles .. na ! mdr



©️ Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook
régulation du dérivé market , ya le feu Sign-m10


Dernière édition par le Jeu 8 Sep 2005 - 1:58, édité 1 fois

   marie

  Skipper
 Skipper

  marie

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19987

régulation du dérivé market , ya le feu Empty
Revenir en haut Aller en bas
régulation du dérivé market , ya le feu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hardinvestor :: Argent - Or - Monnaie - Géopolitique / Forums publics :: Forum Or, Argent, Métaux précieux-

Sauter vers:






cours de l’or en dollar   cours de l’argent en dollar   cours du Hui   cours de l’or en euro   cours de l’argent en euro   ratio or argent