!-- Go to www.addthis.com/dashboard to customize your tools -->
Hardinvestor HardinvestorTraduire: TraductionSuivre:  Hardinvestor sur TwitterHardinvestor sur FacebookVidéos Hardinvestor DailymotionVidéos Hardinvestor YoutubePartager:  Partager

Hardinvestor- Investir sur l’or et l’argent Hard Investor   |  Silver is King, Go gold!

Pourquoi et comment investir dans l’or et l’argent ? Plus qu’un placement d’opportunité, il s’agit avant tout de sécuriser le pouvoir d’achat de votre épargne contre l’érosion monétaire et les conséquences de la crise systémique mondiale, tout en déjouant les pièges que réserve le marché de l’or et de l’argent, à l’investisseur non averti.


 

 Partagez  |

on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
Messageon parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas
par marie Ven 14 Oct 2005 - 18:43

The Refco scandal worsens, as does its implications for all the US financial markets. Murphy’s Law is at work against the Planet Wall Street stock market bulls.

Refco Says Cash Isn't Sufficient, Sets Withdrawals Moratorium

Oct. 13 (Bloomberg) -- Refco Inc., the biggest independent U.S. futures broker, said its Refco Capital Markets unit isn't liquid enough to keep doing business and set a 15-day moratorium on withdrawals to prevent it from collapsing.

The company appointed Arthur Levitt, former chairman of the Securities and Exchange Commission, and Eugene A. Ludwig, formerly U.S. Comptroller of the Currency, as special advisers. It also hired Goldman Sachs Group Inc. as financial adviser.

-END—

From Jesse on Refco:

The 15 day moratorium is on Refco Capital Markets which is the "unregulated" portion of their business, but the majority of it. This includes money market fund management accounts who are screaming bloody murder and have initiated a lawsuit. They do not like being frozen while the company's fate is being decided. Supposedly the 400 million is receivables left over from margin calls that date back, at least some of it, to LTCM and Niederhoffer's blow up with the Thai baht! They've been passing them around to various hedge funds since then, which is really a remarkable fraud in expanding receivables at key reporting points.

Retail customer's "regulated" accounts are not frozen.

-END-

Rob Kirby makes a good point, echoing the earlier insight of savvy Café members such as James McShirley:

Bill;
After last night's Midas I could not help but notice an alleged or suggested "link" between the goings on at Refco today and the LTCM blow up years ago. I couldn't help but raise an eyebrow when CNBC reported today that Refco has advised none other than Goldman Sachs to advise them in this matter. That would be the same Goldman Sachs who 'rushed to the front of the line' along with JPM to serve as the most prominent players in sorting out the LTCM fiasco. I smell something a lot worse than a skunk here. This is likely going to get a whole lot more interesting as time goes on.
best,
Rob

Arthur Leavitt?? Sounds like the Fed/Gov authorities put their own watchdog in there. Goldman Sachs? LTCM potentially indeed. What a mess.

PS: Even Lawrence Kudlow of CNBC note said this afternoon it was an outrage to have Goldman Sachs, who failed to do proper due diligence on Refco, to be hired as a financial advisor.


_________

While waiting for this to develop, it is worth pondering the shrewd comments of the highly sophisticated Bianco Research on what looks ominously like becoming the tragedy of Refco:

"The next few days are critical for Refco. If they can keep the confidence of their customers and lenders, they will survive. If not, the firm could collapse like Kidder Peabody and Drexel Burnham Lambert."

"If they collapse, what does it mean for the financial markets? The answer depends on how widespread their problems are. If the problems are contained to what we know, we see few disruptions in the financial markets. But, if the firm is forced to close its doors, and that means other financial firms and traders/hedge funds are similarly forced to close, the problems could quickly grow into a systemic problem for the financial markets…At a minimum, the problems of Refco are an issue for the private equity side of the business. The firm that took Refco private via a LBO in 2001 and public two months ago, Thomas H. Lee, has a long a successful track record and a stellar reputation. For them to "miss" this accounting issue is nothing short of stunning. It makes one wonder what other "issues" are lurking in the opaque world private equity."

This could harm a lot of innocent people.

JB



©️ Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook
on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas Sign-m10

   marie

  Skipper
 Skipper

  marie

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19972

on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas
par g.sandro Lun 17 Oct 2005 - 18:25




Silver is king, Go Gold !
©️ G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas 2wecua10

   g.sandro

  Captain
 Captain

  g.sandro

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12756

on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas
par marie Lun 17 Oct 2005 - 18:55

excellent .. l'info détaillée ...
il n'est pas impossible que la reu d'urgence fed avec les principales banques caballas ait été convoquée pour tenter de solder au mieux cet épineux probléme ..



©️ Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook
on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas Sign-m10

   marie

  Skipper
 Skipper

  marie

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19972

on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas
par RobertConrad Lun 17 Oct 2005 - 20:41

incroyable et inquiétant, qu'autant de "beau monde"
n'y ait vu que du feu et posé autant d'oeufs dans ce panier pourri n81

   RobertConrad

  Chef table à cartes
 Chef table à cartes

  RobertConrad

  Inscription :   07/02/2005
  Messages :   3162

on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas
par helene Mar 18 Oct 2005 - 11:07

Ce qui est particulièrement inquiétant c'est que Refco, en plus d'opérer sur le marché des futures, a dans son giron un très gros broker du marché des devises qui s'appelle FXCM. Si des cambistes commencent à s'inquiéter de la sécurité de leurs comptes ça risque de faire des volumes énormes et des mouvements brutaux de liquidations de positions sur les devises et il risque d'y avoir plusieurs jours ou semaines sans aucun contrôle!!! ça puir!!! Voir par exemple ce topic:

http://www.boursorama.com/forum/message.phtml?page=1&id_message=340209452
Forum | Marché des changes

(NB pour la compréhension Toping est bear sur l'euro)
Citation :

(1) eur/usd:explication du mouvement toping (toping) - 09:07 14/10/05
certains furent assez surpris du mouvement d'hier et c'est le moindre qu'on puisse dire.
il semblerait que la faillite imminente de REFCO en soit l'explication.:d'énormes positions short euro ont du être liquidées.
des tests de niveau type 1,2065 / 1,2115 sont du domaine du possible
retour au calme vers mardi à notre avis
ne voyons pas d'incicdence sur notre scénario à savoir un Usd plus cher à MT. bons trades

usd/jpy moi00017 (moi poi) - 10:14 14/10/05

ça colle... toping (toping) - 23:29 14/10/05

Toping nouche (Nee taureau !) - 01:14 16/10/05

ça colle toujours toping (toping) - 21:05 17/10/05

Toping: nouche (Nee taureau !) - 21:10 17/10/05
Il y a des choses etranges, il y a eu des mouvements que je n'ai jamais vu 1 Samedi sur plusieurs parites (j'en ai profite), aurais-tu entendu qque chose ?

A propos de REFCO, ils ont aussi FXCM.....dur dur ! nouche (Nee taureau !) - 21:24 17/10/05


Dernière édition par le Mar 18 Oct 2005 - 11:57, édité 2 fois

   helene

  Piano bar
 Piano bar

  helene

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   1393

on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas Empty
http://gentils-boursiers.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas
par helene Mar 18 Oct 2005 - 11:29

ça y est ils ont déposé le bilan:

Je viens de trouver cet article (La Tribune de ce matin) dans lequel on ne parle pas du marché des devises:

Refco dépose le bilan deux mois après son entrée en Bourse

   helene

  Piano bar
 Piano bar

  helene

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   1393

on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas Empty
http://gentils-boursiers.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
MessageREFCO, UN REMAKE DE LTCM ?
par jeanbrent Mer 19 Oct 2005 - 12:18

REFCO, UN REMAKE DE LTCM ?



Refco est le plus grand courtier « indépendant » des marchés à terme américains. Le 10 octobre, son PDG, Philip Bennett, a été accusé d’avoir dissimulé 430 millions de dollars de créances douteuses par l’intermédiaire du fonds spéculatif Liberty Corner Capital basé dans le New Jersey. Ces créances irrécouvrables, conséquences de contrats de produits dérivés qui ont mal tourné, remonteraient aux crises de LTCM, de la Russie et de l’Asie en 1998. Bennett, de nationalité britannique, a été arrêté le 11 octobre et a dû verser une caution de 50 millions de dollars, de crainte qu’il ne s’enfuie en Angleterre, avant d’être provisoirement libéré.

La crise qui touche la société Refco, commencée dans sa filiale Refco Capital Market Ltd., menace désormais de mettre la maison mère en faillite. Certains craignent une répétition dévastatrice de la faillite de Long Term Credit Management (LTCM), qui avait mis le système financier international au « bord de l’effondrement », comme l’a reconnu un an et demi plus tard le directeur du FMI Michel Camdessus.

La Securities and Exchange Commission (SEC - Commission de contrôle des opérations en Bourse) est intervenue, tandis que la Réserve fédérale s’efforce, en douce, d’éviter que Refco n’entraîne le marché des produits dérivés dans sa chute. Quand on lui a demandé si cette crise représentait un « risque systémique potentiel », le président de la SEC Christopher Cox n’a pas voulu faire de commentaire, tout en reconnaissant cependant qu’« il y a toujours la possibilité que des cas individuels provoquent des effets plus vastes ». Apparemment, des mesures de « gestion de crise » ont été prises, puisque Cox a ajouté : « C’est la raison pour laquelle la SEC maintient une unité spéciale afin de scruter l’horizon pour découvrir si de tels risques se développent. »

Selon une source à la City, le « degré de criminalité » qui apparaît dans cette affaire et l’ampleur de la collusion entre les grandes banques internationales et le courtier en produits dérivés rappellent les déboires du pionnier en « obligations poubelles », Drexell Burnham Lambert, qui avait fait faillite dans les années 80. D’autres font le parallèle entre Refco et la faillite d’Enron.

Le Crédit Suisse First Boston (CSFB), Goldman Sachs, Bank of America, Deutsche Bank et American International Group (AIG), dont l’ancien PDG, Hank Greenberg, a été mis en examen pour fraude, font partie de ceux qui risquent d’être accusés de fraude et de manquement à leur devoir de contrôle. Tous ont garanti l’entrée en Bourse de Refco le 11 août 2005, qui a raflé 600 millions de dollars, bien que Refco ait reconnu, dans ses déclarations à la SEC, manquer de « procédures formalisées pour clore les comptes ». Le 13 octobre, la commercialisation des actions a été suspendue après la chute vertigineuse du cours, qui est passé de 23 à 7,90 dollars.

Alors que les projecteurs sont braqués sur Refco, il ne faut pas oublier que, le 7 octobre, la SEC avait annoncé l’ouverture d’une enquête sur le fonds spéculatif Man Financial accusé d’avoir aidé un autre fonds spéculatif actuellement en faillite, Philadelphia Alternative Asset Management, à dissimuler des pertes s’élevant à 175 millions de dollars, escroquerie similaire à celle dont Refco est accusé. Man Financial est la filiale américaine de Man Group à Londres, le premier fonds spéculatif mondial avec 44 millions de dollars d’avoirs. Si les plus gros peuvent pratiquer ces dissimulations, combien d’autres, sur les 8000 fonds spéculatifs, se livrent à ce genre de comptabilité obscure ?

Rappelant la faillite de LTCM en 1998, le quotidien britannique The Guardian du 16 octobre estimait que Refco « pourrait être le catalyseur d’un autre effondrement ». Le même jour, le New York Times jugeait l’affaire « effrayante », faisant remarquer que le ratio capital/actifs du courtier était de 0,3 %. En effet, en février 2005, Refco disposait d’un capital de 150 millions de dollars contre 49 milliards de dollars d’actifs. En mai 2005, ses contrats en produits dérivés hors bilan se montaient à la somme astronomique 150 milliards de dollars.

La faillite de Refco a produit de multiples ondes de chocs, frappant notamment les fonds de pension tel que TIAA-CREFF. Cet énorme fonds de pension des employés du secteur public risque d’être le plus gros perdant, ayant acheté pour 25 millions de dollars d’actions Refco lors de son entrée en Bourse en août dernier. Le cinquième acheteur était General Motors Investment Management, qui supervise les plans d’épargne-retraite des employés de GM et de ses filiales. Les marchés obligataires des pays émergents sont également touchés : non moins de 60 % des transactions sur les obligations argentines et brésiliennes à New York passaient par Refco - un marché se montant à un milliard de dollars par jour. De même, la Bourse de Chicago va en ressentir les effets, les opérations de Refco représentant 10 % de ses activités.

   jeanbrent

  Matelot
 Matelot

  jeanbrent

  Inscription :   11/02/2005
  Messages :   153

on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas
par marie Mer 19 Oct 2005 - 21:04

pour bien comprendre les implications de cette file sur gold market .. .. relire nos ..archives sur LTCM ..


Wall Street's Changing Culture part 1

http://www.vdare.com/jb/ltcm.htm


part 2 :
http://www.vdare.com/jb/WallStChangingCulture.htm



++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

+ Extrait Lettres d'Or sept 98

LTCM
Very " Hot Money ": Risque systémique / domino / banqueS /domino...

Vous avez certainement eu vent de la quasi-défaillance de L.T.C.M, (Long term Capital Management) qui, âgé de seulement quatre ans, était l' un des plus importants des 1200 "Hedge Funds" américains...

Rien ne permet d'anticiper qu'il soit le seul ou le dernier à essuyer un choc en retour : l'ECM, le Guagdong Int Trust,...(et combien d'autres ?) semblent voués à lui emboîter le pas.

Comme vous le savez, ces fonds, dits d'arbitrage, ou de couverture, sont réputés user de moyens sophistiqués pour "arbitrer" des positions sur la base d'écarts, d'anomalies de marchés, parfois infimes...

Bien entendu, grisés de gains rendus exponentiels par des leviers monstrueux, les gérants se sont piqués au jeu et ces fonds sont, pour certains du moins, devenus purement spéculatifs, tout en conservant leur nom rassurant (et surtout exempt de connotation péjorative).

Ce cas réellement caractéristique de l'effet "Domino" dont je stygmatise le risque sans relâche, est instructif à plus d'un titre...

En premier lieu, il démontre que le fait de recourir à l'effet de levier maximal (on évoque, selon les sources, 25 fois à 250 fois...!) sur la base d'un financement emprunté, exponentialise le risque. C'est basique, mais pendant la hausse à sens unique, ce fut oublié...

En second lieu, il pose de manière brutale que ce risque n'est pas encouru que par les "très" fortunés porteurs de parts (ticket d'entrée à 10 millions de Dollars), mais au contraire "partagé" par ceux qui, pourtant, n'ont pas une responsabilité directe (voire pas de responsabilité du tout) dans les erreurs commises : en effet, que la valeur d'un fonds puisse s'effondrer et ruiner des clients béats et trop gourmands n'a rien, en soit, de , ni même de surprenant ; pendant la hausse, la volatilité extrême a été un atout, c'est bien le moins qu'à la baisse, elle devienne un handicap. De ce côté-là donc, rien de bien original.

Ce qui en revanche était passé inaperçu, c'est que, de part leur succès (générateur de souscriptions croissantes) et leur efficacité impressionnante dans les phases ultimes d'une envolée spéculative d'une ampleur inédite (génératrice de plus-values superlatives), ces fonds "HOT" ont atteint une taille proprement monstrueuse .

Soyons clairs, avec leur poids considérable, ils peuvent, sur un simple "clic", casser délibérément des supports graphiques décisifs ("timing angles" de Gann, niveaux de fibonacci, sorties de canaux etc...) dès lors, comme un seul homme, les chartistes du monde entier, scotchés à leurs graphiques en temps réel, s'engouffrent dans la brèche, accentuant encore le mouvement, au grand bonheur de qui l'a initié.

Ca, c'est le côté pile de la taille "très" critique...quant à son revers, le côté face, il n'est pas moins spectaculaire :

Ce changement d'échelle modifie en effet la donne de manière radicale : faillir implique entrainer avec soi des clients qui sont, eux- mêmes, des investisseurs institutionnels de poids (comme UBS, mais la liste sera certainement encore étoffée), au delà, cela implique aussi planter un énorme drapeau aux "grandes"banques qui, d'une part, financent ces positions à crédit, et d'autre part, garantissent les engagements pris.

Il va de soi que plus le défaillant est gros, plus le choc de sa chute fait vibrer le château de cartes.

Enfin, (et à défaut d'avoir été souligné par les médias, ce facteur n'en est pas moins essentiel ), le débouclage forcé des positions, fait déferler des quantités de titres qui peuvent s'avérer inabsorbables sur un marché qui, justement, lorsqu'une défaillance importante est révélée, regorge déjà de vendeurs et manque cruellement d'acheteurs...ce qui amplifie la baisse du marché, posant un véritable problème à des fonds pourtant gérés sur un mode moins agressif, qui, à leur tour, risquent de craquer, entraînant leur banquier et les opcvm classiques, et ainsi de suite jusqu à l'actionnaire de base...

Par parenthèse, permettez-moi d'insister sur le fait que c'est bien parce que ce scénario était probable et imminent, que Mr A. Greenspan (himself) est monté aux créneaux et a fédéré, en un temps record, un consortium de banques internationales pour voler au secours de ces "malchanceux privilégiés". Admirez, cette fois encore, la promptitude et l'efficacité qu'ont su déployer les autorités monétaires américaines, dévoyant leur mission, outrepassant leur mandat, pour protéger une poignée de très riches spéculateurs, des conséquences de leur incurie.

Il faut une sacrée dose d'audace pour, dans le même temps, prôner l'austérité aux dizaines de pays gravement étranglés par la crise monétaire et la récession ! On notera pour compléter le tableau, qu'à l'échelle près, on pourrait presque établir un parallèle avec le problème auquel sont confrontées les institutions financières nippones...

Au Japon aussi, les excès de gourmandise sont lourds à digérer, mais si je ne m'abuse, ce sont bien Messieurs les grands argentiers du G7, du FMI, de la Banque mondiale...etc, qui, ( fidèles à leur méthode : "faites ce que je dis, ne dites pas ce que je fais), préconisent une mise en faillite pure et simple des banques japonaises, relayée (tant qu'à faire...) par la création d'une superstructure généreusement dotée de fonds publics, pour épurer les créances dites "douteuses" et qui sont en réalité virtuellement irrécouvrables; deux poids, deux mesures donc.

( Par ailleurs, autant qu'il m'en souvienne, les gains superlatifs de la hausse, eux, n'ont pas été redistribués aux citoyens contribuables...on nationalise les pertes, mais on privatise les bénéfices...)

Pour l'heure, bien malin qui aurait une idée précise de l'ampleur des dégâts à venir... à un ami très lucide sur la gravité du constat, je résumais : le ver est dans le fruit... non, me corrigea-t-il :
le verger est infesté d'asticots...!

Si vous n'avez pas étudié en détail le phénomène 29, sachez qu'à la veille du naufrage, la structure pyramidale des multiples sociétés d'investissement avait abouti à ce que des centaines d'entreprises se trouvaient riches de la possession de titres de dizaines de firmes, qui, elles-mêmes, étaient riches de la possession de titres de fleurons de la cote de New York. Quand ces derniers ont vu leurs cours plonger, les avant dernières ont été massacrées, désintégrant les premières...Cette fois, ce sont les "méga-fonds" et leurs leviers incontrôlables qui, sans tremblement de terre de Kobé, ni Nick Leesson, pourraient bien nous jouer :
" Barings 2, le retour...".

Visiblement, il se sera écoulé suffisamment de temps( 69 ans) pour que ce douloureux épisode New Yorkais soit relégué aux oubliettes de l'histoire. Vous vous souvenez des inepties du style : "cette fois, grâce à la mondialisation, c'est différent..." qui ponctuaient les niveaux délirants des indices et promettaient un avenir sans nuage ; ce genre de voeux pieux d'amnésiques est caractéristique des "manias"...et quant bien même, différent ne signifie pas forcément moins grave...

Ceux qui oublient les tragédies de l'histoire sont, dit-on, condamnés à les revivre. La majorité de ceux qui, sur la seule foi d'une espérance (au mieux candide et, au pire, irresponsable) se rassurent en considérant que leurs aïeux étaient des débutants alors qu'eux, leurs descendants, sont plus instruits, mieux informés, bref, qu'ils ne tomberont pas dans les mêmes errements, mettent, selon moi, complètement "à côté de la plaque"... quels qu' aient pu être les progrès de l'école et ceux de la technologie, ce sont toujours et incontournablement des émotions aussi basiques, (animales même), que l'avidité et la peur, qui déterminent l'attitude des opérateurs lors des périodes de doute... les progrès du Web et de la télécommunication en général, loin de juguler cette propension, l'exacerbe, l'accélère...Chaud devant...!


rédigé en sept 98
G.Sandro. lettres d'or de Sandro



©️ Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook
on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas Sign-m10

   marie

  Skipper
 Skipper

  marie

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19972

on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas Empty
Revenir en haut Aller en bas
on parle beaucoup de Refco ces jours ci sur midas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hardinvestor :: Argent - Or - Monnaie - Géopolitique / Forums publics :: Forum Or, Argent, Métaux précieux-

Sauter vers:






cours de l’or en dollar   cours de l’argent en dollar   cours du Hui   cours de l’or en euro   cours de l’argent en euro   ratio or argent