!-- Go to www.addthis.com/dashboard to customize your tools -->
Hardinvestor HardinvestorTraduire: TraductionSuivre:  Hardinvestor sur TwitterHardinvestor sur FacebookVidéos Hardinvestor DailymotionVidéos Hardinvestor YoutubePartager:  Partager

Hardinvestor- Investir sur l’or et l’argent Hard Investor   |  Silver is King, Go gold!

Pourquoi et comment investir dans l’or et l’argent ? Plus qu’un placement d’opportunité, il s’agit avant tout de sécuriser le pouvoir d’achat de votre épargne contre l’érosion monétaire et les conséquences de la crise systémique mondiale, tout en déjouant les pièges que réserve le marché de l’or et de l’argent, à l’investisseur non averti.


 

 Partagez  |

Trichet se permet d'intervenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageTrichet se permet d'intervenir
par marie Ven 23 Nov 2007 - 0:35

sur des sujets qui ne sont pas de sa compétence ... officiellement en tout cas !!

c'est nouveau, ça aussi !!! on commence par parler des dépenses publiques ( ok, ça c'est son rôle ), mais on arrrive à .... la souplesse du marché du travail ... le nairu fait son apparition !! Wink

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?news=4857809

Trichet plaide pour une réduction des dépenses publiques en France

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, le 8 novembre 2007 à Francfort
©️ DDP/AFP Thomas Lohnes
Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, a plaidé jeudi pour un "objectif ambitieux" de réduction des dépenses publiques en France.

"Je ne verrai que des avantages à ce qu'on puisse fixer un objectif de réduction de la dépense publique en proportion du PIB ambitieux sur une durée suffisamment longue (...) par exemple sur une dizaine d'années", a-t-il dit devant la commission Attali pour la libération de la croissance française (CLCF).

M. Trichet, dont l'audition était retransmise sur la chaîne de télévision Public Sénat, a estimé que la France avait, en la matière, de "très gros problèmes" et qu'il fallait se montrer "aussi déterminé que possible".

Il indiqué qu'en 2007, "les dépenses publiques en France seront les plus lourdes en proportion du PIB, non pas seulement au sein de la zone euro mais aussi au sein de l'Union européenne".

Il a rappelé qu'en 1973, la France était au niveau du Royaume-Uni et de l'Allemagne, avant que l'écart ne se creuse pour atteindre aujourd'hui neuf points avec cette dernière.

"Ce n'est pas une fatalité française d'avoir des dépenses publiques gigantesques et plus importantes que tous les autres", a-t-il insisté.

Le président de la BCE a estimé que la France avait des "progrès à faire" en matière d'éducation et de formation. Il a souhaité que le pays opère une "jonction" entre les grandes écoles et les universités et insisté sur la "nécessité absolue" de réformer ces dernières.

Dans ce tableau plutôt sombre, il a toutefois relevé certains points forts comme la culture française de "l'excellence intellectuelle" et l'enseignement "original" et "d'excellence" du pays bien que présentant le défaut "de ne pas être suffisamment couplé à la recherche".

Le président de la BCE par ailleurs plaidé pour une plus grande souplesse du marché du travail en France. "Nous considérons qu'il est important que l'on puisse se concentrer sur une très grande souplesse du marché du travail", a-t-il dit.
Il a cité deux pays en exemple: l'Irlande, où il n'y "pas de chômage", où la protection sociale est de type anglo-saxon et qui "connaît le plein emploi". Et le Danemark, qui ne connaît "pas de chômage de masse", dont la protection sociale est "très scandinave" mais qui "aux yeux de l'entreprise connaît une souplesse du marché du travail".

En matière de marché du travail, "la rigidité se paye en chômage supplémentaire", a insisté Jean-Claude Trichet.

Pour lui, l'amélioration du pouvoir d'achat en France passe par des gains de productivité et "travailler plus".

S'exprimant sur la politique d'immigration, au moment où la France a durci la sienne, il a plaidé pour une France "ouverte" estimant que "l'immigration a été pour la France une chance extraordinaire".

"On voit la France se transformer de manière visible, je m'en réjouis. (...) Il faut que nous soyons ouverts", a encore affirmé M. Trichet, en indiquant qu'il était lui-même marié à une femme d'origine d'ukrainienne.

S'exprimant à son tour devant la commission Attali, le secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Angel Gurria a lui aussi plaidé pour que la France aille "plus loin" dans les réformes, jugeant en particulier insatisfaisant le fonctionnement du marché du travail.

Il a déploré la faiblesse du système éducatif français pour une partie importante de la jeunesse ainsi qu'une fiscalité relativement complexe et peu attractive, pesant fortement sur le travail.



©️ Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook
Trichet se permet d'intervenir Sign-m10


Dernière édition par le Sam 24 Nov 2007 - 4:05, édité 2 fois

   marie

  Skipper
 Skipper

  marie

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19972

Trichet se permet d'intervenir Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Trichet se permet d'intervenir
par GdB Ven 23 Nov 2007 - 20:44

Si tu suis les déclarations du bonhomme depuis qu'il est aux affaires, tu te rendras compte que ces phrases sont quasiment du copié collé de déclaration et en déclaration...

C'est d'ailleurs la preuve discrète que le NAIRU est un concept pleinement opérationnel au niveau de la BCE. Car comme chacun sait l'UNIQUE préoccupation de la BCE, par mandat, est la stabilité des prix. Qu'il revienne a chaque fois sur cette question de la flexibilité du marché du travail est la preuve du lien évident entre Inflation et Chômage. Evidemment, le moyen qui reste, à partir du moement où on a décidé de privilégier la lutte (supposée) contre l'Inflation (laquelle?) et donc de déprimer le marché du travail, c'est soit d'avoir une pression du chômage élevée soit d'avoir un chômage (officiel) faible MAIS une pression par la précarité (rebaptisée flexibilité...) qui elle s'accroit!

Le discours de Trichet ne fait qu'éclairer la clé de tout ceci, à savoir le NAIRU et à terme le NAIRP (comme je l'avais inventé une fois) le Non Accelerating Inflation Rate of Precarity!!!!

Quand on connaît l'existence de ce truc là, des tas de choses deviennent limpides...

A toutes fins utiles, je remets ici pour les nouveaux venus ce lien vers l'extrait de Bloomberg TV sur mon site, qui illustre de manière lumineuse la chose: quand l'inflation augmente et que le chomage baisse, ça rend "forcément nerveux" la BCE...

http://lenairu.blogspot.com/
ou directement sur dailymotion: https://www.dailymotion.com/video/x10ix3_le-chomage-voulu

GdB



et aussi mon autre site
http://linflation.free.fr

 


   GdB

  Piano bar
 Piano bar

  GdB

  Inscription :   03/04/2006
  Messages :   1366

Trichet se permet d'intervenir Empty
http://lenairu.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Trichet se permet d'intervenir
par du-puel Ven 23 Nov 2007 - 22:09

Ouaip.

Une autre manière de voir ces choses : l'inflation conduit à l'augmentation de tous les prix. Mais pas de manière homogène, d'abord les actifs (immobiliers, d'entreprise= la bourse, ...) qui sont les premiers favorisés par le système bancaire qui y injecte la monnaie de singe qu'il crée, puis les biens durables et les biens et services de consommation courante et enfin les salaires (prix du travail). Je ne parle pas des taxes, impôts, cotisations, prévlèvement, contributions, ... qui sont le prix de la vie en société.

Trichet, et les autres empafés, ne considère que les seuls prix à la consommation, tels que notoirement sous-estimés par l'IPC (que média-la-voix-de-son-maître appellera "l'inflation"), lorsque ça l'arrange pour dire que tout va bien, alors que déjà flambent les prix des actifs.

Quand ça commence à puer, il cite explicitement les "tensions" sur le marché du travail. Et met en garde.

Quand les grèves éclatent et les manif grossissent, donc que l'inflation a tout envahi, il joue les gros bras, par l'augmentations de ses taux.

Le très gros problème d'aujourd'hui est que leur relance keynésienne s'est faite à l'échelle du globe et que l'augmentation des prix à la consommation et les revendications salariales --pas que pour le montant du salaire mais aussi sur les conditions de travail-- se font jour alors même que le plein emploi n'est pas atteint du fait de la concurrence mondiale sur la production et les conditions de production où le gisement chinois -entre autres- n'a pas atteint son pic, tandis que pour les matières premières et énergétiques, si. Et les nouveaux venus ont les moyens, ceux qu'ils nous ont pris. Cela peut s'analyser comme un transfert de richesse, puisqu'on ne pouvait plus en créer ou tout au moins pas aussi rapidement que la délocalisation du travail. En dévaluant sa monnaie, le quidam occidental ne s'est rendu compte de rien, il avait même l'impression de s'enrichir. Avec une monnaie honnête, le signal d'alarme aurait retenti bien avant.

Pour les BC, tout est détraqué, ils ne maïtrisent plus grand'chose. Mais continuent à feindre de contrôler les leviers. Quand ce même Trichet jouait les pères-fouettard cet été "attention, je vais monter mes taux car je vois poindre l'inflation", et qu'il se dégonfle (pour sauver ses potes) deux semaines plus tard, le doute n'est plus permis. Normalement les taux longs et les courts seraient déjà à 8/10%.

   du-puel

  Chef table à cartes
 Chef table à cartes

  du-puel

  Inscription :   18/08/2005
  Messages :   3543

Trichet se permet d'intervenir Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Trichet se permet d'intervenir
par g.sandro Sam 24 Nov 2007 - 0:05

Le discours de Trichet pue le Campdessus à plein nez...

et puis dans le genre piqure de rappel, je déteste plus que jamais son subliminal:"on est indépendant du pouvoir politique, mais lui ne l'est pas de nous"... orage no comment ! berk



Silver is king, Go Gold !
©️ G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

Trichet se permet d'intervenir 2wecua10

   g.sandro

  Captain
 Captain

  g.sandro

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12756

Trichet se permet d'intervenir Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Trichet se permet d'intervenir
par GdB Sam 24 Nov 2007 - 1:00

Tu as bien fait de développer Dup', j'étais un peu flemmard de redévelopper cet aspect des choses: l'inflation différentielle importante entre biens de "consommation" et "actifs" (financiers et immo),et sa cause: le fait que tout nouvel argent créé profite d'abord et avant tout aux premiers bénéficiaires de cet argent...

En ayant une bulle d'avance il y a (en théorie, si le système ne s'effondre pas avant...) possibilité de faire beaucoup d'argent pour ceux qui sont les premiers bénéficiaires de cet argent frais.

Comme on prête peu aux chômeurs et RMistes quand on est banquier, ce n'est pas par ce biais que ceux ci vont pouvoir investir dans la dernière bulle financière en cours de gonflage... On ne cessera de rappeler l'importance des portes d'entrée de l'argent (et du nouvel argent créé!) dans l'économie! Le système financier et bancaire est hautement discriminant de ce point de vue....

(RQUE: pour l'immo il faut préciser ceci: on n'est réellement investisseur immobilier qu'à partir du moment où on achète pour louer à d'autres; acheter pour habiter c'est pas à mon sens être un investisseur puisque l'actif en question est peu liquide;sauf à relouer avant une baisse anticipée ce qui n'est que rarement la stratégie adoptée par des acheteurs qui veulent avant tout LEUR maison, comme sur les prospectus des vendeurs d'illusions...)

Je remets aussi ici ce graphique que j'avais créé pour mon site et qui illustre ton propos:

http://linflation.free.fr/graphiques3/bulles.doc

Les valeurs sont aujourd'hui encore dépassées puisque M3 euros augmente à hauteur de 12%, et feu M3 dollars à hauteur de près de 20%... C'est encore pire (!!) mais bon le principe reste le même.

Pour revenir au chômage, on va dire avec une pointe d'ironie que les bulles ont permis de réduire le chômage dans des secteurs spécifiques: finance, luxe, etc. Les autres, c'est une autre histoire!

Une dernière petite phrase de "l'empafé en chef" pour reprendre Dup':
Citation :
S'exprimant sur la politique d'immigration, au moment où la France a durci la sienne, il a plaidé pour une France "ouverte" estimant que "l'immigration a été pour la France une chance extraordinaire".

Autre allusion au NAIRU bien sûr... Je reformule :"Le chômage baisse et la démographie risque de réduire encore plus celui-ci, il faut accroître le stock de main d'oeuvre disponible"...

Pompidou avait reconnu dans ses mémoires que le recours à l'immigration avait été un moyen très efficace pour faire pression sur le salariat français. Et nul n'est besoin d'être accointé FN pour reconnaître ce fait élémentaire de base. Au final, il y a juste deux couillons: l'immigré et le salarié, et un double couillon: l'immigré salarié!

GdB



et aussi mon autre site
http://linflation.free.fr

 



Dernière édition par le Sam 24 Nov 2007 - 10:41, édité 1 fois

   GdB

  Piano bar
 Piano bar

  GdB

  Inscription :   03/04/2006
  Messages :   1366

Trichet se permet d'intervenir Empty
http://lenairu.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Trichet se permet d'intervenir
par g.sandro Sam 24 Nov 2007 - 2:07

Bravo, voilà, une fois de plus, de profondes réflexions Messieurs Dames chinois chinois chinois


Cette file est remarquable (je devrais dire "fondamentale") au plan Macro économique.

Je suis persuadé qu'elle représente un point de vue ultra minoritaire; ce genre de raisonnement là n'a pas trop sa place sur le Web et carrément pas du tout dans la " grande?" presse...

mais pour peu répandu qu'il soit, il n'en demeure pas moins terriblement évident une fois qu'on se donne la peine d'écouter ceux qui se donnent la peine d'expliquer...ça se mérite...mais ça tape.

La flemmardise intellectuelle de nos contemporains les pousse (pas tous, mais bcp) à la passivité patrimoniale I don't want that bonnet d'âne et ça, c'est un énorme facteur d'inertie...mais quand ils pigeront ce qu'on s'égosille à leur exposer ressort ...cet aspect jouera peu à peu à contre-sens...avant de devenir une quastion majeure et de déclencher une ruée vers le "réel"... yeuxx en bille affraid na ! ...Ben oui, c'est là le principe même de l'inertie...long, difficile et laborieux à faire se mouvoir, ce qui est dense est "inerte"...mais une fois en mouvement, la logique change et une "dynamique" est générée, une énergie pourrait on dire et en l'occurence c'est d'énergie cynétique dont il est question (l'élan du poids) ; la difficulté réside alors dans la capacité à l'arrêter...aaarf


sauf opposition de l'un des contributeurs, je passe la file en forum public...ils ne pourront pas dire qu'on n'a pas dit, expliqué, redit, reformulé et répété...alors après... non ! snif ! bonnet d'âne na !



Silver is king, Go Gold !
©️ G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

Trichet se permet d'intervenir 2wecua10

   g.sandro

  Captain
 Captain

  g.sandro

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12756

Trichet se permet d'intervenir Empty
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Trichet se permet d'intervenir
par GdB Sam 24 Nov 2007 - 11:09

Histoire d'être complet de chez complet, on va préciser que l'objectif (unique et prioritaire) de stabilité des prix attribué à la BCE par Maastricht et rappelé constamment par les traités suivants a été interprêté de manière réductrice (et à dessein) par la BCE qui A DEFINI ELLE MEME ("on" lui en a attribué le pouvoir...) CE QUE CELA SIGNIFIAIT: en disant stabilité des prix = stabilité des IPCH (Indice des Prix à la Consommation Harmonisé), la messe est dite. On a introduit la différence (quasi arbitraire quand on y pense) entre biens de consommation et actifs et exclut du calcul la deuxième catégorie!

Ca devient un axiome de base qui passe comme une lettre à la poste et ne semble plus être remis en cause par personne! Comme les US et les autres pays font pareil, alors discuter de la chose semble même inconvenant! Du coup tout le monde y va de son mélange permanent (et notamment dans les médias, avec des journalistes il est vrai pas toujours très au fait de la chose) entre INFLATION et INDICE DES PRIX A LA CONSOMMATION. Seuls quelques économistes (qui eux savent l'existence de la "légère nuance"!) le font remarquer parfois... en aparte et de manière discrète!)

Et pourtant...

Je mets ci-dessous un extrait (toujours de mon site, désolé :o)) qui éclaire ce point:

Citation :


> Dans le numéro 2879 de Juillet 2005 de la très sérieuse revue Problèmes économiques, un article publié à l'origine dans The Economist s'intitulait sobrement "La mesure de l'inflation reste controversée". Controversée est un faible mot! On y apprenait qu'une étude avait été réalisée aux Etats-Unis par un économiste de la banque HSBC, en affectant à l'immobilier une pondération de 30% de l'indice global des prix à la consommation (à comparer avec nos maigres 13,4 %). Résultat, l'inflation sautait à plus de 5,5% par an, soit plus de... deux fois le niveau d'inflation officiel à destination des foules. Soit une très légère différence! Bien entendu, je laisse imaginer ce que serait le chiffre de l'inflation si l'on y intégrait en outre le prix de tous les actifs financiers, en particulier celui des actions et des produits de la sphère financière...

> Car cette interprétation restrictive de l'Inflation (avec un grand I), qui exclut tout ce qui est investissements (ou supposés tels), n'est pas sans conséquences. Exclure les prix de l'immobilier, mais aussi TOUS LES PRIX DES ACTIFS FINANCIERS (actions, placements divers, produits financiers, et...) dans une période où la sphère financière est devenue dominante n'est pas une paille: c'est une poutre! Et manifestement une poutre porteuse du capitalisme financier actuel...

> Ce que rappelle par ailleurs l'article de Problèmes économiques cité ci-dessus:

"L'idée que les Banques Centrales devraient suivre l'évolution du prix des actifs ne date pas d'aujourd'hui. Dans un ouvrage intitulé "Le pouvoir d'achat de la monnaie", l'économiste américain Irving Fischer faisait valoir en... 1911 que les responsables de la politique monétaire devraient arrêter un indice des prix basé sur un large panier de biens et services qui comprendraient également les valeurs financières et les biens immobiliers".

Ainsi, 95 ans après 1911, on re-ssort timidement la question pour ne surtout, surtout pas l'aborder, car d'une telle supposition, le capitalisme moderne n'en veut toujours pas, pas plus qu'il y a près d'un siècle. La soit-disant lutte contre l'inflation biaisée par la mesure actuelle (délibérée) est une véritable ESCROQUERIE qui n'ose dire son nom.

Comme le précise ensuite l'article, l'idée d'établir un tel indice des prix supposerait implicitement de la part d'une Banque Centrale (réellement indépendante, y compris des marchés financiers et des milieux "investisseurs") que la hausse des prix de ces actifs, en créant de l'inflation, pourrait être "préjudiciable".

Or, cette inflation là ne semble pas trop déranger certains, même ceux qui s'auto-proclament indépendants des marchés financiers.

http://linflation.free.fr/pages/lenairuvitepag.html

Difficile d'être plus explicite...

GdB



et aussi mon autre site
http://linflation.free.fr

 


   GdB

  Piano bar
 Piano bar

  GdB

  Inscription :   03/04/2006
  Messages :   1366

Trichet se permet d'intervenir Empty
http://lenairu.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
Trichet se permet d'intervenir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hardinvestor :: Argent - Or - Monnaie - Géopolitique / Forums publics :: Forum Or, Argent, Métaux précieux-

Sauter vers:






cours de l’or en dollar   cours de l’argent en dollar   cours du Hui   cours de l’or en euro   cours de l’argent en euro   ratio or argent