!-- Go to www.addthis.com/dashboard to customize your tools -->
Hardinvestor HardinvestorTraduire: TraductionSuivre:  Hardinvestor sur TwitterHardinvestor sur FacebookVidéos Hardinvestor DailymotionVidéos Hardinvestor YoutubePartager:  Partager

Hardinvestor- Investir sur l’or et l’argent Hard Investor   |  Silver is King, Go gold!

Pourquoi et comment investir dans l’or et l’argent ? Plus qu’un placement d’opportunité, il s’agit avant tout de sécuriser le pouvoir d’achat de votre épargne contre l’érosion monétaire et les conséquences de la crise systémique mondiale, tout en déjouant les pièges que réserve le marché de l’or et de l’argent, à l’investisseur non averti.


 

 Partagez  |

l'inflation en Allemagne au plus haut depuis 1994

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
Messagel'inflation en Allemagne au plus haut depuis 1994
par stop chorus Mar 27 Nov 2007 - 17:50

L'inflation en Allemagne à 3% en novembre, au plus haut depuis 1994

Un marché à Berlin
© AFP/Archives Barbara Sax

Citation :
Le taux d'inflation en rythme annuel s'est établi à 3% en novembre en Allemagne, selon des chiffres provisoires publiés mardi par l'Office des statistiques, son niveau le plus haut depuis février 1994.

Les chiffres publiés au cours de la journée par six Etats régionaux laissaient présager un chiffre pour l'ensemble du pays au moins à 3%. Dans toutes les régions, et comme les mois précédents, ce sont les denrées alimentaires, en première ligne les laitages, et l'énergie qui ont tiré les prix à la hausse.

Les analystes interrogés par l'agence Thomson Financial attendaient une hausse des prix à la consommation plus modérée, de 2,8% ce mois-ci.

Alors que la première estimation de l'inflation de novembre en zone euro est attendue vendredi, le chiffre particulièrement élevé en provenance de la première économie de la zone a de quoi inquiéter.

La Banque centrale européenne, pour qui le seuil de 2% constitue le plafond de l'inflation tolérée, n'est pas intervenue sur les taux depuis juin dernier, alors que la croissance économique de la zone euro montre des signes d'essoufflement.

Mais p'tin y avaent qu'à changer le mode de calcul et supprimer l'alimentaire du panier de la ménagère on a des objectifs à tenir lol!!
aaarf aaarf
même en trafiquant les chiffres ils n'y arrivent plus.....

Encore un beau sujet de conversation pour Mrs Sarkosy et Trichet mdr

   stop chorus

  Barreur
 Barreur

  

  Inscription :   16/10/2007
  Messages :   293

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: l'inflation en Allemagne au plus haut depuis 1994
par stop chorus Jeu 3 Jan 2008 - 23:01

Espagne: inflation au plus haut depuis 11 ans

AFP - Jeudi 3 janvier, 14h46

Citation :
MADRID (AFP) - L'inflation espagnole continue son ascension entamée en octobre, et l'année 2007 s'est achevée avec une hausse des prix de 4,3% sur un an, selon les chiffres provisoires publiés jeudi, le pire résultat depuis au moins 11 ans.

L'indice provisoire publié par l'Institut national de la statistique (Ine) doit encore être confirmé le 15 janvier par le chiffre définitif. Dans l'affirmative, ce serait l'inflation la plus élevée depuis janvier 1997, selon les données consultables sur le site de l'Ine.

L'inflation espagnole a sensiblement augmenté depuis le mois d'octobre, principalement en raison de la hausse des prix du pétrole et à cause de l'envolée du prix de certains produits alimentaires. Et la tendance va en s'accélérant. La hausse des prix en glissement annuel était de 2,2% en août, 2,7% en septembre, 3,6% en octobre et 4,1% en novembre.

Le gouvernement socialiste, qui fera face à des élections législatives le 9 mars, a déjà prévenu que l'inflation devrait rester élevée jusqu'au mois de mars.

"Il va être difficile d'avoir une baisse au cours des trois premiers mois de l'année 2008, en raison notamment de l'effet base" (point de départ du calcul), avait estimé le ministre de l'Economie, Pedro Solbes en décembre, commentant les données de novembre.

"Les chiffres ne sont pas bons", avait reconnu M. Solbes.

Le gouvernement insiste aussi sur le fait que les causes de cette poussée sont exogènes et étrangères à la politique nationale. La hausse du prix de certains aliments se retrouve dans beaucoup pays de la zone euro.

L'inflation, qui enregistre souvent des chiffres supérieurs à ceux de ses partenaires européens, est un traditionnel point faible de l'économie espagnole, qui enregistre par ailleurs de bonnes performances, en termes de croissance notamment.

En Espagne, le prix de certains produits de base a très fortement augmenté, selon les chiffres publiés mercredi par le ministère de l'Industrie.

Le lait est 25,85% plus cher, la farine de blé 19,08%, l'huile de tournesol de 33,74%, et le prix des 500 grammes de spaghettis a progressé de 13,72%.

Le prix de la viande de poulet a augmenté de 16,3% sur un an. Le prix des oignons a augmenté de 20,2%, celui de la douzaine d'oeufs de 10,62%, les anchois sont 11,83% plus cher, et la hausse est de 14,35% pour les citrons.

   stop chorus

  Barreur
 Barreur

  

  Inscription :   16/10/2007
  Messages :   293

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: l'inflation en Allemagne au plus haut depuis 1994
par tripben Sam 5 Jan 2008 - 10:45

et en France on est pas tres positif ... bon moi de mon coté je viens de commander 2000 tuiles du ciments du fer des briques et du gravier ...
vu la hausse annoncée entre 10 et 15% Y a pas meilleur placement
en plus nette d impots ...
j attends une pause sur l oil et je remplis les cuves ...
car on va à 150 ... à tres court terme ..
.
Citation :
France : L'inflation en 2008 va être supérieure à celle de 2007 (Lagarde)

L'inflation en France en 2008 sera supérieure à celle de 2007, compte tenu de l'envolée des prix du pétrole et des matières premières, a déclaré samedi la ministe française de l'économie et des finances Christine Lagarde sur France-Info.

"Nous aurons sans aucun doute plus d'inflation en 2008 qu'on en a eu en 2007", selon Mme Lagarde. "Je ne pense pas que les prix du pétrole baissent durablement en 2008 et je pense que les prix d'un certain nombre de matières premières et notamment agricoles continueront à augmenter sur le marché mondial", a expliqué la ministre.

Le prix du baril de pétrole a dépassé pour la première fois cette semaine les 100 dollars.

Le taux de l'inflation en France est "hélas" supérieur à 2% alors que nous avançions à un rythme de 1,6% mais "même avec ce chiffre là nous sommes plutôt mieux que la moyenne de nos partenaires européens", a affirmé Mme lagarde sans toutefois chiffrer la hausse pour 2008.



Que le Gold vous protége !! Y a que la vérité qui compte Wink

 


   tripben

  Chef cuistot
 Chef cuistot

  avatar

  Inscription :   07/02/2005
  Messages :   2115

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: l'inflation en Allemagne au plus haut depuis 1994
par GdB Sam 5 Jan 2008 - 15:24

Le trouduc au nom prédestiné (adepte à l'époque du "franc fort" lorsqu'il était Gouverneur de la Banque de France, et qui a eu quelques millions de chômeurs sur la conscience...) est dans les startings blocks maintenant:

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?&news=4996377

Après que les marchés financiers se soient goinfrés d'easymoney (les effets de premier tour dans le secteur des "actifs financiers et immobiliers" ne leur pose pas de problème!), les salariés et chômeurs vont déguster (ah non pas d'effets de seconds tours pour eux!!!!)


Je remets ici à toutes fins utiles l'extrait piqué sur Bloomberg que j'avais mis il y a déjà quelque temps sur Dailymotion... où l'on parle déjà des "effets de second tour" (comme ils disent) et du chômage d'équilibre:

http://www.dailymotion.com/video/x10ix3_le-chomage-voulu_politics


et je remets ici aussi ce que j'écrivais sur mon site à propos de Trichet et du concept de "crédibilité des Banques Centrales":


Citation :
Dans le même ordre d'idée, on peut trouver dans un manuel de cours DALLOZ destiné à des étudiants en écononomie, et plus précisément en économie monétaire, intitulé "Monnaie, Banque, Financement", un passage qui ne manquera pas de surprendre le "novice" mais qui illustre en détail ce que dénonce FITOUSSI ci-dessus.

" Afin de résoudre ce problème de crédibilité, Gordon et Barro (deux économistes, ndlr) envisagent un modèle de construction de réputation [...] Backus et Drifill (deux autres économistes, ndlr) ont alors mis l'accent sur l'attitude des responsables de la politique économique à l'égard de l'inflation : tous prétendront être très hostiles à l'inflation mais seuls le sont réellement ceux qui acceptent un chômage élevé si c'est le prix à payer pour une faible inflation. En acceptant le chômage, les responsables construisent leur réputation car seuls les actes couteux sont convaincants." Chapitre 5, Page 214.


Afin de bien comprendre le sens de ce passage, qui fait appel à quelques notions particulières, j'ai écrit cet article d'explication et de commentaire:

Dans ce chapître 5, intitulé " Les fondements des politiques monétaires ", les auteurs abordent la problématique de la Banque Centrale indépendante. Ils rappellent tout d'abord que " depuis une vingtaine d'années, c'est le concept d'indépendance des banques centrales qui inspire l'évolution des structures de décision de ces organismes " (p.213). Notre Banque Centrale Européenne (BCE) en est une illustration. Sans entrer dans les arcanes fort subtiles des discours sur les politiques monétaires, les auteurs expliquent qu'au cours des années 70, les niveaux d'inflation (et l'indexation des salaires sur cette inflation) avaient créé une situation où il était devenu nécessaire de mettre en oeuvre une nouvelle donne pour assurer la stabilité des prix. Le penchant inflationniste des gouvernements, cherchant sous la pression populaire (très forte après 68, ne l'oublions pas) à maintenir le chômage à des niveaux raisonnables, devenait insupportable pour toute une catégorie d'agents économiques, à savoir les investisseurs et les détenteurs de capitaux. L'idée des monétaristes (à nouveau Milton Friedman et ses disciples) fut de retirer des mains des gouvernements le contrôle de la création monétaire, c'est-à-dire la capacité de créer de la monnaie ex-nihilo, à partir de rien, ce que l'on appelle couramment faire tourner la planche à billets. En confiant ce rôle de gardien de la monnaie à une banque centrale réputée indépendante (concept dans les faits plus que douteux : indépendant de quoi et de qui, là est toute la question), et en confiant à cette entité la fonction basique de créer tous les ans un peu plus de monnaie selon une règle fixe et " connue de tous " (par exemple 5% par an), alors on était censé atteindre l'optimum nirvanesque de tout capitaliste : une croissance sans " inflation ", c'est-à-dire des profits qui s'accumulent mais qui ne s'érodent pas...

Et c'est là qu'intervient le passage le plus intéressant du fameux manuel pour étudiants en sciences économiques. A mon sens, son prix de 28 euros est tout entier rentabilisé par ce qui suit. Le problème de nos économistes cherchant à promouvoir cette toute nouvelle banque centrale sortie de leur imagination est : comment prouver aux marchés financiers et aux agents économiques qu'elle est bien indépendante au sens où elle ne se laissera pas tenter par les travers inflationnistes qui étaient précisément reprochés aux gouvernements ? Leur réponse tient en un mot : la crédibilité. Une telle banque centrale, nouvellement créée, doit acquérir une crédibilité. Elle doit être crédible dans sa lutte contre la fameuse inflation. Et comment peut-elle devenir crédible ? Eh bien, elle doit se construire une réputation.

C'est un peu comme le cow-boy du film. Il devient respecté et crédible grâce à sa réputation de gâchette fine, rapide et précise. Après en avoir descendu quelques uns, sa réputation est faite et tous y réfléchiront à deux fois avant de venir lui chatouiller les narines. Eh bien, figurez-vous, une banque centrale, et notamment son président, incarnant le rôle du " banquier central conservateur " (c'est le nom technique de cette conception actuellement en vogue), c'est un peu comme cette histoire de western. Lisons.

" Afin de résoudre ce problème de crédibilité, Gordon et Barro (deux économistes, ndlr) envisagent un modèle de construction de réputation [...] Backus et Drifill (deux autres économistes, ndlr) ont alors mis l'accent sur l'attitude des responsables de la politique économique à l'égard de l'inflation : tous prétendront être très hostiles à l'inflation mais seuls le sont réellement ceux qui acceptent un chômage élevé si c'est le prix à payer pour une faible inflation ".
Arrive la phrase qui ferait frémir plus d'un chômeur, d'un salarié, et d'un honnête homme:

" EN ACCEPTANT LE CHOMAGE, LES RESPONSABLES CONSTRUISENT LEUR REPUTATION CAR SEULS LES ACTES COUTEUX SONT CONVAINCANTS " .

Quand je l'ai lue pour la première fois, cette phrase a résonné dans ma tête de longues minutes. Elle plaçait le point final sur le i de mes intuitions. Voilà donc le modèle qui sous-tendait aujourd'hui nos économies modernes, et l'Europe en particulier, qui possède aujourd'hui, et depuis 1998 , la banque centrale la plus " indépendante " du monde, il faut le rappeler !

En clair, la BCE est actuellement en phase de construction de sa réputation. Elle a, il faut le dire, à sa tête un homme qui a lui déjà une certaine réputation. Jean-Claude TRICHET, actuel président de la BCE, fut auparavant pendant de longues années (celles de la montée du chômage) gouverneur de la Banque de France. J'avais déjà entendu dire à plusieurs reprises que ce monsieur avait sur la conscience au moins deux millions de chômeurs français. A l'époque, je n'avais pas compris. On parlait de politique du franc fort, mais je ne connaissais ni le NAIRU, ni les " règles du jeu " en vigueur dans le métier. Ces deux millions de chômeurs que certains lui imputaient, ce n'était pas en fait le fruit d'une erreur de politique, comme le quidam aurait éventuellement pu le penser. Ces deux millions de chômeurs français étaient manifestement les matériaux de construction de la réputation du monsieur en question en tant que banquier central moderne. Qu'il fut nommé (on ne parle pas d'élection dans ce milieu, c'est de la cooptation bien sentie) nouveau Président de la BCE après ce brillant parcours n'est donc pas un hasard : sa réputation et sa crédibilité passée dans la lutte contre l'inflation parlaient en sa faveur. Les chômeurs allongés sur le sol pouvaient en témoigner. Les colts du cow-boy Trichet luisaient au soleil le jour de sa prise de pouvoir. La noble et respectable institution sise à Francfort ne pouvait que bénéficier des rejaillissements de cette nomination sur sa propre réputation... Réputation auprès de qui au fait ? Mais des marchés, et principalement des marchés financiers, pardi...

On apprend décidément des choses fort intéressantes en ouvrant certains ouvrages destinés à la formation économique d'une partie de nos "experts"...

http://lenairu.free.fr/pages/citationspag.html

GdB



et aussi mon autre site
http://linflation.free.fr

 


   GdB

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   03/04/2006
  Messages :   1366

http://lenairu.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
l'inflation en Allemagne au plus haut depuis 1994
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hardinvestor :: Argent - Or - Monnaie - Géopolitique / Forums publics :: Economie/Monnaie, Géopolitique, Environnement-Santé-
Sauter vers:




cours de l’or en dollar   cours de l’argent en dollar   cours du Hui   cours de l’or en euro   cours de l’argent en euro   ratio or argent