!-- Go to www.addthis.com/dashboard to customize your tools -->
Hardinvestor HardinvestorTraduire: TraductionSuivre:  Hardinvestor sur TwitterHardinvestor sur FacebookVidéos Hardinvestor DailymotionVidéos Hardinvestor YoutubePartager:  Partager

Hardinvestor- Investir sur l’or et l’argent Hard Investor   |  Silver is King, Go gold!

Pourquoi et comment investir dans l’or et l’argent ? Plus qu’un placement d’opportunité, il s’agit avant tout de sécuriser le pouvoir d’achat de votre épargne contre l’érosion monétaire et les conséquences de la crise systémique mondiale, tout en déjouant les pièges que réserve le marché de l’or et de l’argent, à l’investisseur non averti.


 

 Partagez  |

le plan Paulson / 900 milliards de $

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
Messagele plan Paulson / 900 milliards de $
par marie Ven 19 Sep 2008 - 0:45

inutile de vous rappeler que c'est le TRESOR ( donc le contribuabe) et non la FED qui va avancer ces fonds

et quand je parle de plan.. c'est façon de parler ...Wink


U.S. government bailout tally tops $900 bln

Sept 16 (Reuters) - The U.S. Federal Reserve stepped in to rescue insurance giant American International Group from bankruptcy with an $85 billion loan on Tuesday, the latest in a series of bailouts and loans for the financial and housing sectors.

The action brings the total tab for government rescues and special loan facilities this year to more than $900 billion.

Following are details of actions and amounts.

* $200 billion for Fannie Mae and Freddie Mac . The Treasury will inject up to $100 billion into each institution by purchasing preferred stock to shore up their capital as needed. The deal puts the two housing finance firms under government control.

* $300 billion for the Federal Housing Administration to refinance failing mortgage into new, reduced-principal loans with a federal guarantee, passed as part of a broad housing rescue bill.

* $4 billion in grants to local communities to help them buy and repair homes abandoned due to mortgage foreclosures.

* $85 billion loan for AIG, which would give the Federal government a 79.9 percent stake and avoid a bankruptcy filing for the embattled insurer. AIG management will be dismissed.

* At least $87 billion in repayments to JPMorgan Chase & Co for providing financing to underpin trades with units of bankrupt investment bank Lehman Brothers . U.S. Treasury Secretary Henry Paulson said over the weekend he was adamant that public funds not be used to rescue the firm.

* $29 billion in financing for JPMorgan Chase's government-brokered buyout of Bear Stearns & Co in March. The Fed agreed to take $30 billion in questionable Bear assets as collateral, making JPMorgan liable for the first $1 billion in losses, while agreeing to shoulder any further losses.

* At least $200 billion of currently outstanding loans to banks issued through the Fed's Term Auction Facility, which was recently expanded to allow



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19748

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: le plan Paulson / 900 milliards de $
par GdB Ven 19 Sep 2008 - 10:17

Citation :
Euphorie à Paris, plan de sauvetage massif attendu

(AOF) - Le CAC 40 a ouvert en hausse de 3,97% et gagne désormais 6,61% à 4219,64 points. Les investisseurs se réjouissent de la préparation par les autorités américaines d'un plan massif destiné à régler le problème de l'ensemble du secteur financier. C'est donc sans surprise que le palmarès des hausses de l'indice Phare de la place parisienne soit dominé par les valeurs financières, qui ont été réservées à la hausse en début de séance. Axa gagne 15,60% à 23,495 euros, BNP Paribas 11,38% à 64,455 euros, Crédit Agricole 24,04% à 14,14 euros, Dexia 23,60% à 10,80 euros et Société Générale 13,95% à 63,65 euros.

«Nous avons parlé d'une approche globale qui nécessitera de légiférer sur la question des actifs non liquides dans les bilans des institutions financières», a déclaré le secrétaire d'Etat au Trésor américain à l'issue d'une rencontre avec des membres du Congrès, selon Reuters. D'après la presse américaine, les autorités vont s'inspirer de la résolution de la crise des caisses d'épargne dans les années 1980 et 1990. Elles envisageraient ainsi la création d'une entité destinée à détenir les actifs «toxiques» des banques.

Le Crédit Lyonnais puissance 100! Le politique reprend la main sur la finance... pour l'intérêt principal de celle-ci et en mettant sur le dos des contribuables une dette colossale!

C'est le vol du millénaire...

Il est intéressant de constater que Paulson (ex GS) a laissé couler Lehman (avec le principe du risque de l'aléa moral, "le privé doit payer pour ses erreurs, l'Etat ne doit pas tout couvrir blabla") mais intervient juste avant que GS rentre en zone de turbulence finale(et au moment où on commençait à parler de qui serait la prochaine de Morgan et GS....). Et là par magie pfffuittt, le principe précédent est retourné à 180°!!!!!!!!!!! requin gouter du rouleau à baston

Je sais pas ce qu vous en pensez mais ça me rappelle furieusement l'histoire bancaire US dans laquelle les principaux banquiers ont toujours su profiter des crises qu'ils avaient eux mêmes créées (et après s'être gavé à la hausse) pour ensuite forcer la main au politique pour modifier la donne bancaire à LEUR PROFIT!

Avec un réseau d'influence au plus haut niveau (cf Paulson ex GS)...
GdB



et aussi mon autre site
http://linflation.free.fr

 


   GdB

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   03/04/2006
  Messages :   1366

http://lenairu.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: le plan Paulson / 900 milliards de $
par g.sandro Ven 19 Sep 2008 - 11:30

Je n'aurais pas pu si bien dire... chinois helllo



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12398

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: le plan Paulson / 900 milliards de $
par du-puel Ven 19 Sep 2008 - 17:35

Ca veut aussi dire que c'est le con-tribuable US qui va payer, or il est déjà sur-endetté.

Mais il a de la chance : le Tresor US peut emprunter à taux quasi nul. Mais il faudra tout de même rembourser ce monstrueux capital, c'est-à-dire combler le trou de cette dette.

Je ne vois donc pas comment le USpeso pourrait ne pas plonger dans les abîmes ...

   du-puel

  Chef table à cartes
 Chef table à cartes

  avatar

  Inscription :   18/08/2005
  Messages :   3543

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: le plan Paulson / 900 milliards de $
par GdB Ven 19 Sep 2008 - 19:20

Citation :
Les autorités américaines emploient les grands moyens face à la crise financière

Le président de la Fed Ben Bernanke (G), George W. Bush et le secrétaire au Trésor Henry Paulson vendredi 19 septembre à Washington
© AFP Saul Loeb
Les autorités américaines se sont résolues à employer les grands moyens pour juguler la crise qui menaçait de faire sombrer leur système financier, après avoir reconnu l'inefficacité de leurs efforts pour régler au fur et à mesure les problèmes qui se présentaient.

Le gouvernement américain a "agi au cas par cas ces dernières semaines", a reconnu vendredi le secrétaire au Trésor. Mais il faut "maintenant prendre des mesures supplémentaires et décisives pour régler de manière efficace les racines à la base des tensions sur notre système financier".

Henry Paulson avait annoncé dans la nuit vouloir réfléchir, en partenariat avec le Congrès, à une solution pour débarrasser les banques des actifs hautement risqués accumulés pendant la "bulle" immobilière et maintenant invendables.

L'objectif est d'arriver à un projet de loi d'ici la fin du week-end, dont l'examen au Congrès pourrait débuter à la fin de la semaine prochaine, espère Chris Dodd, président de la commission bancaire au Sénat.

"Ces mesures réclament que nous engagions un montant considérable de dollars du contribuable", a concédé le président américain George W. Bush.

M. Paulson a parlé de "centaines de milliards". "Il faut que cela soit suffisamment gros pour faire une vraie différence et aller au coeur du problème", a affirmé le ministre lors d'une conférence de presse.

Un influent sénateur républicain, Richard Shelby, avait avancé un peu plus tôt que le coût pourrait atteindre 1.000 milliards de dollars.


Après avoir dû coup sur coup mettre sous tutelle les organismes de refinancement hypothécaires Fannie Mae et Freddie Mac, assister au dépôt de bilan de la banque d'affaires Lehman Brothers et dû nationaliser l'assureur AIG, les autorités américaines risquaient de se trouver à court d'options.

En une allusion à la machine infernale qui menaçait d'engloutir d'autres banques, comme Morgan Stanley, le président de la commission bancaire du Sénat, le démocrate Chris Dodd, a estimé que les Etats-Unis étaient "peut-être à quelques jours d'un effondrement complet" de leur système financier".

Les marchés financiers ont réagi avec enthousiasme à la détermination nouvelle des autorités de Washington de nettoyer leurs écuries d'Augias. Dans le sillage de marchés asiatiques complètement requinqués, la Bourse de Paris a gagné 9,27% sur la séance, celle de Francfort 5,56% et celle de Londres 8,84%. Wall Street était elle-même en forte hausse, d'environ 350 points, à la mi-séance.

D'autant que cette détermination à régler les choses en profondeur s'est accompagnée de l'annonce de toute une série de mesures de portée plus immédiate, destinées à rassurer et à favoriser la liquidité des marchés et à débloquer --enfin-- le robinet du crédit.

"Même si beaucoup de détails restent à préciser, le Trésor et la Fed ont finalement réalisé la profondeur et la nature systémique de la crise", s'est félicité John Ryding, économiste chez RDQ Economics. "Ces décisions devraient agir comme un coupe-feu" dans l'incendie actuel, a-t-il dit.

Pour Ian Shepherdson, chef économiste de High Frequency Economics, les mesures gouvernementales marquent "le début de la fin" de la crise".

"C'est un pas en avant gigantesque. La seule manière de mettre un terme à la crise", a relevé M. Shepherdson. "L'économie est encore un désastre, mais la probabilité d'une crise systémique a beaucoup diminué".



J'ai résumé en grosses lettres les deux points clés de la stratégie: "OK guys, c'est vous qui allez devoir payer mais eh, c'est pour votre bien car y'avait plus d'autre solution, ca allait péter!"

Comme d'hab' joli coup de force du cartel banquier. Ils se sont goinfrés pendant la montée du col, vous allez devoir payer pour la redescente! MAis y'avait pas d'autre option hein.

Après des pignoufs d'économistes très doctes gloseront et disserteront sans fin sur "l'aléa moral"!

Une fois que celui qui a le pouvoir te met un pistolet chargé sur la tempe, l'aléa moral tout le monde s'en tape! Ca devient du concept de salon mondain. C'est comme disserter sur la "guerre propre". Une guerre c'est crade, point!

L'histoire bancaire se répète...

GdB



et aussi mon autre site
http://linflation.free.fr

 


   GdB

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   03/04/2006
  Messages :   1366

http://lenairu.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
Messageplan paulson amendé, en vue d'etre signé
par marie Dim 28 Sep 2008 - 19:11

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?&news=5913295

700 milliards pour commencer, décomposé comme suit :

L'accord bipartite proposerait un versement des fonds en plusieurs étapes. Les premiers 250 milliards seraient fournis dès l'adoption du plan et l'injection des 100 milliards supplémentaires serait laissée à la discrétion du président.

La seconde moitié de l'enveloppe, le solde de 350 milliards, devrait faire l'objet d'un examen par le Congrès, ont expliqué les services de Nancy Pelosi dans un communiqué dimanche matin.




Le Congrès américain près d'adopter un plan de sauvetage amendé

ACCORD SUR LES GRANDES LIGNES DU PLAN PAULSON
par Kevin Drawbaugh et Donna Smith

WASHINGTON (Reuters) - Le Congrès américain s'apprête à adopter un accord en vue de créer un fonds gouvernemental de 700 milliards de dollars pour éloigner le risque d'une implosion du système financier.

A l'issue de longues négociations au Capitole qui se sont achevées dimanche aux premières heures, les leaders parlementaires démocrates et républicains ont présenté les grandes lignes d'un projet qui modifie des parties essentielles du plan de sauvetage initialement proposé par la Maison blanche.

Ce compromis résulte de plusieurs jours de discussions à rebondissement qui ont joué sur les nerfs des places financières et pesé sur la campagne présidentielle, à moins de six semaines du scrutin.

"Nous avons accompli de grands progrès", a déclaré Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants, à la fin de la séance nocturne.

Mais on ne sait pas encore quand la Chambre et le Sénat voteront le texte, ni s'il sera maintenu en l'état. "Il nous faut le coucher sur le papier pour pouvoir l'accepter formellement", a précisé Pelosi.

A la Chambre, les discussions reprendront à 13h00 (17h00 GMT). Les élus des deux partis entendront, séparément et à huis clos, le compte rendu des négociations.

La Maison blanche, qui espère une adoption du plan avant l'ouverture des places asiatiques lundi, afin de calmer les marchés, a salué "les efforts des deux partis pour stabiliser nos marchés financiers et protéger notre économie".

Barack Obama a de son côté apporté son soutien conditionnel au projet, estimant qu'il correspondait aux conditions qu'il avait lui-même posées. "J'attends avec impatience de pouvoir examiner la formulation de ce texte législatif, mais il apparait que le projet d'accord intègre ces principes", a dit le candidat démocrate à la présidence dans un communiqué.

Son rival républicain John McCain a également indiqué qu'il se rangerait probablement derrière l'accord. "Chacun d'entre nous devra avaler la pilule et faire avec", a-t-il dit à la chaîne ABC. "L'option de ne rien faire n'est tout simplement pas acceptable."

Ce plan - la plus vaste opération de renflouement dans l'histoire des Etats-Unis - vise à empêcher que le marché du crédit ne s'enraye sous le poids des créances hypothécaires douteuses émises par les banques en pleine euphorie immobilière.

A un moment des discussions, les parlementaires ont consulté par téléphone le milliardaire Warren Buffett, qui a investi la semaine dernière cinq milliards de dollars dans la banque Goldman Sachs et a prévenu que les marchés étaient dans une "situation dangereuse" et menaçaient de s'effondrer.

PROTECTION DU CONTRIBUABLE

S'ils ont entendu le message, les parlementaires sont aussi restés attentifs au contribuable américain, en créant toute une série de clauses de protection.

L'accord bipartite proposerait un versement des fonds en plusieurs étapes. Les premiers 250 milliards seraient fournis dès l'adoption du plan et l'injection des 100 milliards supplémentaires serait laissée à la discrétion du président.

La seconde moitié de l'enveloppe, le solde de 350 milliards, devrait faire l'objet d'un examen par le Congrès, ont expliqué les services de Nancy Pelosi dans un communiqué dimanche matin.

Le texte impose également que les institutions revendant les actifs émettront des certificats d'investissement donnant au contribuable un titre de propriété et une partie du bénéfice éventuel des sociétés concernées par le plan.

Les parlementaires ont aussi décidé de supprimer les indemnités de départ de plusieurs millions de dollars - les "parachutes dorés" - versées aux dirigeants des entreprises du plan et de limiter les primes encourageant les patrons à prendre des risques excessifs.

Un comité de surveillance, comprenant notamment le président de la Réserve fédérale, superviserait l'application du plan, dont la gestion serait regardée à la loupe par les commissions du Congrès et un inspecteur général indépendant.

Le projet, ajoute encore le communiqué Pelosi, prévoit un "examen en profondeur des actions du secrétaire au Trésor".

Le gouvernement pourrait enfin utiliser son statut de détenteur de prêts immobiliers ou de titres adossés à des prêts immobiliers pour aider les propriétaires en difficulté à modifier les termes de leur emprunt.

PEUR D'UNE CONTAGION

L'adoption du plan de sauvetage paraît d'autant plus urgente aux yeux de l'administration Bush et des opérateurs de marchés que la restructuration du secteur bancaire se poursuit à un rythme soutenu.

Les autorités américaines ont prononcé jeudi soir la faillite de la caisse d'épargne Washington Mutual, la plus grosse faillite de l'histoire bancaire des Etats-Unis.

Parallèlement, Wachovia, la sixième banque des Etats-Unis en termes d'actifs, a entamé des discussions avec plusieurs partenaires potentiels, selon des articles de presse diffusés avant le week-end.

Les investisseurs craignent aussi un effet de contagion vers l'Europe, où le groupe belgo-néerlandais Fortis a perdu vendredi plus de 20% en Bourse sur des inquiétudes liées à sa trésorerie. Le groupe envisagerait de trouver un repreneur ou de céder les activités du néerlandais ABN Amro qu'il a acquis l'an dernier, à en croire le Financieele Dagblad.

A Londres, la nationalisation de la caisse de crédit Bradford & Bingley (B&B) serait imminente, quelques mois après le sauvetage par l'Etat de Northern Rock.

A Sao Paulo, lors d'un meeting en vue des élections municipales du 5 octobre, le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a dénoncé un plan qui "aide les banques sans aider les pauvres".

"Pourquoi donner 700 milliards aux banques et rien aux pauvres types qui perdent leurs maisons?" s'est interrogé le chef de l'Etat avant d'ajouter: "Ce n'est pas ma faute s'ils ont transformé leur économie en casino."

Version française Jean-Stéphane Brosse



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


Dernière édition par marie le Lun 29 Sep 2008 - 0:27, édité 1 fois

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19748

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: le plan Paulson / 900 milliards de $
par marie Dim 28 Sep 2008 - 23:13

accord obtenu , devrait etre entériné demain, au sénat

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?&news=5913480


AFP le 28/09/2008 22h09
Accord à l'arraché sur le plan de sauvetage bancaire au Congrès américain

Le Capitole lors d'une rare session du Congrès américain un samedi, le 27 septembre 2008 à Washington
© AFP/Getty Images Mark Wilson
Les chefs de file du Congrès américain et l'administration Bush sont tombés d'accord dimanche, au terme d'une semaine d'âpres négociations, sur un plan de sauvetage bancaire historique qui devrait être soumis au vote lundi, alors que les marchés auront rouvert.

"Je pense que c'est un bon résultat", a déclaré le principal négociateur républicain, Judd Gregg, à propos du plan de 700 milliards de dollars destiné à renflouer les banques américaines. Le projet de loi "donne au secrétaire au Trésor (Henry Paulson) l'autorité et la latitude pour agir et stabiliser le marché du crédit", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse.

"J'espère que la Chambre des représentants pourra voter demain (lundi) et que le Sénat votera demain", a déclaré le sénateur.

"Ç'a été une journée très longue. Très franchement, une longue semaine", avait déclaré plus tôt le leader de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, évoquant les discussions difficiles entre les chefs de file parlementaires et l'administration Bush. Les négociateurs cherchaient à parvenir à un accord avant l'ouverture des marchés lundi.


La présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, le 27 septembre 2008 au Capitole à Washington
© AFP/Getty Images Mark Wilson
Si le texte était effectivement présenté à la Chambre lundi, les autorités et le Congrès américain seraient parvenus à forger, en une semaine, une intervention massive de l'Etat dans le secteur privé, sans précédent dans l'histoire américaine, à six semaines d'une élection présidentielle.

Le plan proposé par le secrétaire américain au Trésor Henry Paulson prévoit de débloquer 700 milliards de dollars pour racheter les créances douteuses des banques mises à mal par la crise des prêts immobiliers à risque.

Du côté républicain, on avait vu d'un mauvais oeil cette main de l'Etat soutenir Wall Street.

Le sénateur Roy Blunt, chef des négociateurs pour les républicains, avait averti qu'il montrerait le projet de loi à son groupe parlementaire avant de se prononcer. Certains, comme Richard Shelby, membre important de la commission bancaire, ont refusé de participer aux négociations parce qu'ils réfutent "les principes mêmes du plan".

Le candidat républicain à la Maison Blanche John McCain a déclaré dimanche sur ABC que les "grandes lignes (du plan montrent) que c'est quelque chose que nous allons tous devoir avaler et avec lequel nous allons pouvoir avancer. Mais l'option de ne rien faire n'est tout simplement pas acceptable".

Son rival démocrate Barack Obama a déploré sur CBS le prix à payer par le contribuable. "Quand on demande aux contribuables de prendre des mesures extraordinaires à cause de l'irresponsabilité de certains, il n'y a pas de quoi se féliciter. Mais ces mesures sont nécessaires", a-t-il concédé.


Le secrétaire américain au Trésor Henry Paulson quitte le Capitole, le 27 septembre 2008 à Washington
© AFP/Getty Images Mark Wilson
La présidente démocrate de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, avait espéré samedi que le projet de loi soit lisible sur internet avant d'être soumis au vote.

Selon les grandes lignes du plan publiées par le bureau de Mme Pelosi, la manne des 700 milliards de dollars serait versée en plusieurs fois au Trésor. Des organes de surveillance et d'évaluation seraient mis en place.

Des dispositions accorderaient aux contribuables des parts dans le capital d'institutions financières auxquelles l'Etat rachète des actifs invendables. Ces actifs, au fil du temps, pourraient reprendre de la valeur. Le gouvernement serait tenu d'assouplir les modalités des prêts qu'ils rachètent pour soulager les emprunteurs propriétaires de maisons qui sont au bord de la saisie.

D'autres institutions que les grandes banques de Wall Street, telles des collectivités locales, des fonds de pension, des petites banques commerciales, pourront aussi profiter de l'offre du gouvernement de racheter les créances douteuses.

Enfin, point houleux de négociations entre l'administration Bush et les démocrates, le plan mettrait le holà aux "parachutes dorés", selon Nancy Pelosi, évoquant un plafonnement des compensations financières aux dirigeants des banques en difficulté



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19748

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: le plan Paulson / 900 milliards de $
par marie Lun 29 Sep 2008 - 20:52

rejet du plan paulson par la chambre américaine des représentants

par 228 voix contre 205

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?&news=5918396



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19748

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: le plan Paulson / 900 milliards de $
par marie Jeu 2 Oct 2008 - 4:23

fallait bien que ça passe par la porte ou par la fenêtre... ça me rappelle quelque chose...

plan paulson voté par le sénat à 74 voix contre 25



http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?&news=5929335

Le Sénat américain a approuvé le plan de sauvetage financier de 700 milliards de dollars

Après un premier échec spectaculaire à la Chambre, les sénateurs américains ont adopté mercredi le plan de sauvetage de 700 milliards de dollars (501 milliards d'euros), redonnant vie à ce plan que les représentants paraissent maintenant mieux disposés à soutenir.

Le décompte final des voix au Sénat est de 74 voix pour, 25 contre.

Pour faire passer la pilule à la Chambre des représentants, les dirigeants du Sénat ont agrémenté le texte de réductions d'impôts destinées aux entreprises et à la classe moyenne, à hauteur de 110 milliards de dollars (78,8 milliards d'euros), et quelques autres dispositions destinées à faciliter leur réélection dans un mois. Les représentants ont rejeté le plan de sauvetage lundi, mais ils doivent revoter vendredi.

Le gouvernement pourrait utiliser l'essentiel de cet argent pour racheter les mauvaises créances hypothécaires des sociétés financières chancelantes et des investisseurs. La nouvelle mouture prévoit également de 100.000 à 250.000 dollars (entre 71.605 et 146.791 euros) pour garantir les dépôts bancaires.

Les deux candidats à la présidentielle, le démocrate Barack Obama et le républicain John McCain, tous deux sénateurs, sont rentrés à Washington pour marquer leur soutien à ce vote historique. Une telle intervention publique est sans équivalent depuis des dizaines d'années, et ils l'ont tout deux approuvé.

"C'est ce qu'il nous faut maintenant pour éviter que le pays n'aille à la catastrophe", a estimé le sénateur de l'Illinois devant ses pairs. De son côté, John McCain avait indiqué dans le Missouri, avant de s'envoler pour Washington : "Si nous manquons d'agir, les rouages de notre économie vont s'arrêter".

A la Maison Blanche, le président Bush avait rappelé sa position : "Il est important que les parlementaires prennent ce texte très au sérieux".

A la Chambre, les responsables de groupes politiques travaillent fiévreusement à convaincre suffisamment d'opposants pour que le texte soit adopté vendredi, en évitant de déclencher une nouvelle tempête boursière et financière. Les 133 républicains qui ont voté contre le texte lundi sont particulièrement sollicités.

Lundi dernier, à la surprise générale, 228 représentants avaient contrecarré 205 voix pour, envoyant par le fond les marchés. Le Dow Jones avait perdu 777 points. Cette fois, la Bourse de Wall Street a réagit prudemment, perdant 48 points, ou 0,44%, à 10.839 points. AP

xo/v0035/v0037/dn8543



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19748

Revenir en haut Aller en bas
le plan Paulson / 900 milliards de $
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hardinvestor :: Argent - Or - Monnaie - Géopolitique / Forums publics :: Economie/Monnaie, Géopolitique, Environnement-Santé-
Sauter vers:




cours de l’or en dollar   cours de l’argent en dollar   cours du Hui   cours de l’or en euro   cours de l’argent en euro   ratio or argent