!-- Go to www.addthis.com/dashboard to customize your tools -->
Hardinvestor HardinvestorTraduire: TraductionSuivre:  Hardinvestor sur TwitterHardinvestor sur FacebookVidéos Hardinvestor DailymotionVidéos Hardinvestor YoutubePartager:  Partager

Hardinvestor- Investir sur l’or et l’argent Hard Investor   |  Silver is King, Go gold!

Pourquoi et comment investir dans l’or et l’argent ? Plus qu’un placement d’opportunité, il s’agit avant tout de sécuriser le pouvoir d’achat de votre épargne contre l’érosion monétaire et les conséquences de la crise systémique mondiale, tout en déjouant les pièges que réserve le marché de l’or et de l’argent, à l’investisseur non averti.


 

 Partagez  |

Marché des dérivés / file info en continu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageMarché des dérivés / file info en continu
par phv Lun 9 Mar 2009 - 15:38

Marché des dérivés / Représentation graphique de 1 Trillion Dollars



Édifiant !

http://www.pagetutor.com/trillion/index.html



**********



file complémentaire, sur les dérivés de crédit immobilier



http://www.hardinvestor.net/t6962-le-default-sur-les-derives-de-credit-immo-est-inflationniste?highlight=d%E9riv%E9s

   phv

  Barreur
 Barreur

  avatar

  Inscription :   02/03/2009
  Messages :   245

Revenir en haut Aller en bas
MessageExcellent...!!!
par g.sandro Lun 9 Mar 2009 - 21:06

Excellent...!!! yeuxx en bille affraid
je le passe en forum public...



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12375

Revenir en haut Aller en bas
Message1 Trillion Dollars
par phv Mar 10 Mar 2009 - 0:08

Faire noter que contrairenent au "Billion", les palettes sont en double épaisseur pour le "Trillion"...

   phv

  Barreur
 Barreur

  avatar

  Inscription :   02/03/2009
  Messages :   245

Revenir en haut Aller en bas
Messagedérivés mondiaux : 700 trillionsde $
par marie Mar 10 Mar 2009 - 0:25

c'est excellent Phv.. et bien évidemment, comme indiqué en titre :
à mettre en relation avec le nominal du marché des dérivés mondiaux. 700 trillions de $ .. environ .( estimation conservatrice , données BRI)


contrairement à ce que le pékin moyen pense, ce n'est pas du tout un jeu à somme nulle... du fait des contreparties multiples étroitement imbriquées.. et des contrats en cascade que ça génére ..

au centre du chateau de carte les CDS, credit default swaps ... je m'assure contre ta défaillance.. tu en fais autant et ainsi de suite .. tout le monde pense etre couvert dans le "meilleur des mondes"..quoique certaines des contreparties jouent déjà et à ce stade au poker menteur ..

là ou ça se complique, c'est que je peux "m'assurer" contre ta défaillance, sans jamais avoir souscrit quoique ce soit avec toi.....le tout en levier bien sur.. sinon c'est pas drole .. ça n'est plus une "assurance" mais un jeu de poker.... ensuite et de plus en plus avide de paris risqués, je vais utiliser mes gains potentiels sur d'autres CDS et ainsi de suite .. et ça se chiffre par trillions de $

sur ce point les sources sont unanimes ou quasi ..CDS, l'épicentre des dérivés de 700 $ trilliards au total c'est 58 trillions de $ .. rien que ça, ça te fait déja pas mal de palettes en double épaisseur ... et c'est que l'épicentre .. affraid
http://www.forbes.com/feeds/afx/2008/09/23/afx5459275.html

quand au montant nominal total des dérivés, d'apres la tres conservatrice BIS (banque des réglements internationaux en français / bri) , c'était dejà 600 trillions de $ ... fin 2007 ! et c'est 700$ trillions au dernier recensement connu .. j'ai d'autres sources qui donnent des chiffres encore plus astronomiques... mais à ce stade ( et comme tu l'as démontré avec tes palettes double épaisseur), c'est même plus le problème...on est déjà et avec les chiffres officiels et conservateurs en stade avancé de k boum



vous noterez également la position des dérivés de taux.. ( sur le graphe ci dessus..) et vous vous rappelerez notre file gibson paradox.. et l'interet de maintenir les taux, bas ..

http://www.hardinvestor.net/les-hard-investors-f7/gibson-paradoxe-relation-gold-et-taux-longs-reels-t1791.htm

tout ça se tient +++ j'avais posté en son temps tsunami sur les dérivés de taux ( short positions monstrueuses des bullions banques et associés sur les dérivés de taux )..Wink , l'enjeu est CAPITAL

rappelez vous
http://www.hardinvestor.net/les-hard-investors-f7/pas-de-repreneur-pour-leh-la-fed-autorise-une-scession-extraordinaire-sur-derives-market-t8962.htm#30450


court extrait du midas sur le jeu qui n'est décidément pas à somme nulle
www.lemetropolecafe.com



.This is not a zero sum game.
This is just a simplified example of a problem that exists in the credit default swap market (the asset-backed and corporate bond and bank debt market, mostly) to the tune of trillions. And not only are these credit default swaps causing this kind of problem, banks and insurance companies who have been involved in complicated transactions involving credit default swaps have done so on a very leveraged basis.
And up to this point in time the big problem in the financial system is coming from credit default swaps. A much larger category of swaps is interest rate swaps. Many of these are zero sum that can be cancelled out by counterparties if necessary. But a lot of them can not be cancelled because the swaps allowed parties to the swap to engage in other business transactions predicated on the having certain payouts or interest rate "basis" insurance from the interest rate swap. In other words, a party engages in an interest rate derivatives trade, then goes on to execute other business decisions based on knowing they can always collect a pre-defined amount of money under any circumstance base on the interest rate swap it has purchased - except when the counter-party to the interest rate swap defaults. This sets off a chain of contingent liabilities. When counter-party default starts permeating the interest rate swap market we may well have financial Armageddon.



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


Dernière édition par marie le Jeu 18 Oct 2012 - 23:15, édité 3 fois

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19741

Revenir en haut Aller en bas
MessagePetit rappel : Dettes de la France
par phv Mar 10 Mar 2009 - 10:11

La galette en double épaisseur représente 1 Trillian US Dollars.

Pour visualiser la dette globale de la France, il faut imaginer 2,54 fois cette galette monstrueuse, c'est-à dire la visualiser deux fois et demi plus haute (ou plus large, ou plus longue)...

(2.000 Milliards d'Euros, à 1.27 au cours d'aujourd'hui = 2,54 Trillion US Dollars)

   phv

  Barreur
 Barreur

  avatar

  Inscription :   02/03/2009
  Messages :   245

Revenir en haut Aller en bas
Messagedérivés US /231 trillions de $
par marie Jeu 18 Oct 2012 - 23:13

dérivés us : 231 trillions de $



sans surprises on retrouve les 4 banques us habituelles, qui se partagent cette bombe à retardement ( plus tellement à retardement d'ailleurs )



jp morgan, citibank, banque of américa et goldman sachs







analyse interessante sur le sujet en paralléle avec le collapse du dollar us



http://www.batr.org/negotium/101712.html



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19741

Revenir en haut Aller en bas
MessageBrooksley Born /tentative régulation des dérivés à la CFTC
par marie Sam 20 Oct 2012 - 19:49

retour en arrière sur Brooksley Born, que nous avions évoquée dans nos colonnes...

impossible de faire autrement lorsque l'on évoque le marchés des dérivés et les tentatives de régulation de la CFTC...

Pour faire court, en 1996, Brooksley Born , patron de la CFTC a tenté de prendre le taureau par les cornes , mais a rencontré vives oppositions de Greeny, Summers, Rubin et consorts , et se fait sortir... sans ménagements !


ce n'est qu'en 2009, qu'elle consent à évoquer publiquement cette affaire dans un docu intitulé l'avertissement :



et ça vaut le coup de mettre la lumière sur cette femme exceptionnelle

http://www.silverdoctors.com/full-story-of-brooksley-borns-attempts-to-regulate-the-derivatives-market/



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19741

Revenir en haut Aller en bas
MessageLa panique qui s'annonce sur les dérivés qui va détruire les marchés financiers mondiaux
par g.sandro Dim 9 Déc 2012 - 15:30

The Coming Derivatives Panic That Will Destroy Global Financial Markets
December 5, 2012


http://www.blacklistednews.com/The_Coming_Derivatives_Panic_That_Will_Destroy_Global_Financial_Markets/22928/0/38/38/Y/M.html


Trouduxion pour les allergiques au rosbeef
La panique qui s'annonce sur les dérivés qui va détruire les marchés financiers mondiaux
Michael Snyder
http://www.blacklistednews.com/The_Coming_Derivatives_Panic_That_Will_Destroy_Global_Financial_Markets/22928/0/38/38/Y/M.html

Lorsque les marchés financiers dans l'accident États-Unis, le fait que l'économie américaine. Rappelez-vous ce qui s'est passé en 2008. Les marchés financiers s'est écrasé, les marchés du crédit gelé, et tout à coup l'économie a fait un arrêt cardiaque. Eh bien, il ya très peu de choses qui pourraient causer des marchés financiers à planter plus difficile ou plus loin que la panique dérivés. Malheureusement, la plupart des Américains ne comprennent même pas ce que sont dérivés. Contrairement aux actions et aux obligations, un dérivé n'est pas un investissement dans quelque chose de réel. Au contraire, un dérivé est un pari juridique sur la valeur future ou le rendement de quelque chose d'autre. Tout comme vous pouvez aller à Las Vegas et parier sur qui va gagner les matchs de football ce week-end, les banquiers de Wall Street font des milliards de dollars de paris sur la façon dont les taux d'intérêt se produira à l'avenir et à ce que les instruments de crédit sont susceptibles de faire défaut. Wall Street a été transformé en un gigantesque casino où les gens parient sur ​​à peu près tout ce que vous pouvez imaginer. Cela fonctionne bien tant qu'il n'y a pas de fluctuations erratiques dans l'économie et le risque est géré avec une discipline stricte, mais comme nous l'avons vu, il ya eu des moments où les dérivés ont causé d'énormes problèmes ces dernières années. Par exemple, savez-vous pourquoi la plus grande compagnie d'assurance du monde, AIG, s'est écrasé en arrière en 2008 et a nécessité un renflouement du gouvernement? C'est parce que des produits dérivés. Bad opérations sur dérivés a également causé l'échec de MF Global , et la perte de 6 milliards de dollars que JPMorgan Chase a récemment souffert à cause de dérivés ont fait les manchettes partout dans le monde. Mais tous ces incidents ont été simplement réchauffer les actes de la panique vient dérivés qui va détruire les marchés financiers mondiaux. Le plus grand casino dans l'histoire du monde va aller "bust" et les retombées économiques de la crise financière qui va se passer à la suite sera absolument horrible.

Il ya une raison pourquoi Warren Buffett appelé dérivés d '«armes financières de destruction massive». Personne ne sait vraiment la valeur totale de tous les produits dérivés qui circulent là-bas, mais les estimations placent la valeur théorique du marché mondial des produits dérivés n'importe où à partir de 600 billions de dollars tout le chemin jusqu'à 1,5 quadrillions de dollars.

Gardez à l'esprit que le PIB mondial se situe autour de 70 milliards de dollars pour une année entière. Donc, nous parlons d'une somme d'argent qui est absolument hallucinante.

Alors, qui est l'achat et la vente de tous ces produits dérivés?

Eh bien, voulez-vous surpris d'apprendre que ce sont surtout les grandes banques?

Selon le gouvernement fédéral , quatre très grandes banques américaines "représentent 93% du total des montants notionnels de l'industrie bancaire et 81% de l'exposition nette industrie du crédit actuelle."

Ces quatre banques ont une part écrasante du marché des produits dérivés aux États-Unis. Vous pourriez ne pas être très friands de " la grosse trop à l'échec des banques », mais gardez à l'esprit que si une crise dérivés étaient à leur faire crash and burn, il serait presque certainement entraîner toute l'économie américaine au crash and burn. Rappelez-vous ce que nous avons vu en arrière en 2008. Ce qui vient va être encore pire.

Il aurait été vraiment bien si nous n'avions pas permis à ces banques pour obtenir une si grande et si nous n'avions pas le droit de les faire trillions de dollars de paris téméraires. Mais nous sommes restés de côté et laisser faire. Or, ces banques sont si importants pour notre système économique qui leur destruction pourrait aussi détruire l'économie américaine. C'est un peu comme lorsque le cancer est tellement avancé que le cancer tue aussi tuer le patient. C'est essentiellement la situation que nous sommes confrontés à ces banques.

Il serait difficile d'exagérer l'imprudence de ces banques. Les numéros que vous allez voir sont absolument à couper le souffle. Selon le Comptroller of the Currency , quatre des plus grandes banques américaines sont sur ​​la corde raide de risque, le levier et la dette quand il s'agit de produits dérivés. Il suffit de vérifier la façon dont ils sont exposés ...

JPMorgan Chase

Total de l'actif: 1,812,837,000,000 $ (un peu plus de 1,8 billion de dollars)

L'exposition totale aux instruments dérivés: 69,238,349,000,000 $ (plus de 69 milliards de dollars)

Citibank

Total de l'actif: 1,347,841,000,000 $ (un peu plus de 1,3 milliards de dollars)

L'exposition totale aux instruments dérivés: 52,150,970,000,000 $ (plus de 52 milliards de dollars)

Bank Of America

Total de l'actif: 1,445,093,000,000 $ (un peu plus de 1,4 milliards de dollars)

L'exposition totale aux instruments dérivés: 44,405,372,000,000 $ (plus de 44 milliards de dollars)

Goldman Sachs

Total de l'actif: 114693000000 $ (un peu plus de 114 milliards de dollars - oui, vous avez bien lu)

L'exposition totale aux instruments dérivés: 41,580,395,000,000 $ (plus de 41 milliards de dollars)

Cela signifie que l'exposition totale que Goldman Sachs a des contrats dérivés est plus de 362 fois plus que leurs actifs totaux.

Pour avoir une meilleure idée des quantités massives d'argent que nous parlons, il suffit de cocher cette infographie excellente .

Comment dans le monde pourrions-nous laisser cela se produire?

Et ce qui est notre système financier va ressembler quand cette pyramide de risque se résume en baisse?

Nos politiciens mis en quelques nouvelles règles pour les produits dérivés, mais comme d'habitude ils ne rendu les choses encore pire.

Selon Nasdaq.com , en commençant prochaine année nouvelle réglementation exigera commerçants dérivés de mettre en place des milliards de dollars pour satisfaire les nouvelles exigences de marge.

Contrats qui seront autorisés à rester à l'extérieur des chambres de compensation lorsque les nouvelles règles entrent en vigueur en 2013, il faudra commerçants pour poster 1,7 billion de dollars à $ 10,2 trillions en marge, selon un rapport publié par un groupe industriel.

L'analyse de l'International Swaps and Derivatives Association, en utilisant les données envoyées de façon anonyme par les banques, affirme que les milliers de milliards de dollars de liquidités ou de titres seront nécessaires dans la forme de ce qu'on appelle «marge initiale». Marge est la garantie que les commerçants doivent mis en place pour soutenir leurs positions, et la marge initiale est métiers d'accompagnement de l'argent sur le premier jour, par opposition à la marge de variation posté sur la durée d'un métier comme elle fluctue en valeur.

Alors, où dans le monde tout cet argent vient-il?

Totale du PIB américain était juste un peu plus de 15 milliards de dollars l'an dernier.

Ce régime pourrait provoquer un exode massif et soudain qui déstabiliserait le marché?

Espérons que non.

Mais les choses sont certainement changer. Selon Reuters , quelques-unes des grandes banques sont effectivement incité leurs clients à éviter de nouvelles règles américaines en canalisant les métiers à travers les divisions à l'étranger de leurs banques ...

Banques de Wall Street sont à la recherche pour aider les clients à l'étranger contourner nouvelle US règles destinées à protéger les 640 millions de milliards dans le monde over-the-counter marché des produits dérivés, profitant d'une exemption qui risque de saper les efforts des régulateurs américains.

Les banques américaines telles que Morgan Stanley (MS.N) et Goldman Sachs (GS.N) ont été d'expliquer à leurs clients étrangers qu'ils peuvent pour l'instant éviter les nouvelles règles, qui doit prendre effet le mois prochain, en acheminant les métiers via les banques unités à l'étranger, selon des sources de l'industrie et du matériel de présentation obtenues par Reuters.

Malheureusement, peu importe la façon dont les banques réagissent aux nouvelles règles, il ne va pas empêcher la panique vient dérivés . À un certain point la musique va s'arrêter et quelques grands acteurs financiers vont être complètement et totalement exposée.

Lorsque cela se produit, il ne serait pas seulement les grandes banques qui perdent de l'argent. Il suffit de prendre un coup d'oeil à ce qui s'est passé chez MF Global.

MF Global a avoué qu'il « détourné de l'argent "des comptes clients qui étaient censés être séparés. Beaucoup de clients ne peuvent jamais rentrer tout l'argent qu'ils ont investi avec ces escrocs. Ce qui suit provient d'un article du Huffington Post au sujet de la débâcle de MF Global, et c'est peut-être un aperçu de ce que d'autres investisseurs allons suivre dans l'avenir quand un accident dérivés détruit les entreprises qu'ils avaient garé leur argent avec ...

La semaine dernière, lorsque les clients demandé l'excédent de trésorerie de leurs comptes, de MF Global au point mort. Selon un gestionnaire de fonds des produits de base, j'ai parlé avec, la tactique de MF Global décrochage première était de prétendre qu'il a perdu les instructions de virement bancaire. Alors au lieu d'envoyer un chèque du jour au lendemain, il a envoyé le courrier postal de l'argent, y compris les chèques pour des centaines de milliers de dollars. Les chèques sans provision. Après les contrôles rebondi, les montants étaient encore débités des comptes clients et nul chez MF Global pourrait ou voudrait inverser les entrées de contrôle. Le gestionnaire a dû intervenir pour obtenir MF Global pour corriger cela.

Comment réagiriez-vous si votre compte de placement est soudainement allé à "zéro" parce que l'entreprise vous investissiez avec «détourné» des fonds des clients pour utilisation en entreprise et maintenant vous n'avez aucun moyen de récupérer votre argent?

Gardez un oeil sur les grandes banques de Wall Street. Dans un article précédent , j'ai cité un article du New York Times intitulé « Un Secret bancaire Elite Règles négoce de dérivés », qui décrit la façon dont ces banques dominent le négoce des produits dérivés ...

Sur le troisième mercredi de chaque mois, les neuf membres d'une élite de la société de Wall Street se rassemblent dans Midtown Manhattan.

Les hommes partagent un objectif commun: protéger les intérêts des grandes banques dans le vaste marché pour les produits dérivés, l'un des plus rentables - domaines de la finance - et controversée. Ils partagent également un secret commun: Les détails de leurs réunions, et même leurs identités, ont été strictement confidentielles.

Selon l'article, les banques suivantes sont grandes représenté à ces réunions: JPMorgan Chase, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Bank of America et Citigroup.

Quand le casino va enfin "buste", vous saurez qui blâmer.

Sans aucun doute, la panique dérivés est à venir.

Cela pourrait provoquer sur les marchés financiers à se bloquer.

Plusieurs des «too big to fail" Les banques seront probablement crash and burn et nécessitent sauvetage.

En conséquence de tout cela, les marchés du crédit va devenir paralysé par la peur et le gel.

Une fois de plus, nous allons voir l'économie américaine un arrêt cardiaque, mais cette fois ce ne sera pas si facile à corriger.

http://www.blacklistednews.com/The_Coming_Derivatives_Panic_That_Will_Destroy_Global_Financial_Markets/22928/0/38/38/Y/M.html



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12375

Revenir en haut Aller en bas
Messageexposition des banques US aux dérivés / infographie
par marie Mar 18 Déc 2012 - 19:37

exposition des banques US aux dérivés / infographie



http://demonocracy.info/infographics/usa/derivatives/bank_exposure.html



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19741

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Marché des dérivés / file info en continu
par g.sandro Mar 18 Déc 2012 - 20:37

Putain !!!

C'est là qu'on réalise pleinement le délire absolu dans lequel on nous contraint à évoluer en faisant tout pour qu'on agisse comme si on n'était pas apte à en prendre conscience.... et trop con pour le percevoir...Et encore, vous, vous avez Hardinvestor, tchin .

Mais imaginez les autres... misérables ignorants qui pleureront des larmes de sang snif ! alors que, depuis des années, on a tout fait pour les alerter... et gratos en plus... bon sang , bien sur
ordino blablabla gloobe ...
il n'est plus sourd que celui qui ne veut pas entendre... bonnet d'âne

Et si après ça, une pauvre baisse du HUI ou des métaux sur le CRIMEX vous impressionne, recliquez et réfléchissez bien; ça devrait vous rassurer... aaarf r.ire

Got physical?




Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12375

Revenir en haut Aller en bas
Message590.000 MILLIARDS de dollars de dérivés hors marché (OTC) en 6 mois => 1180.000 MILLIARDS par an !!!
par g.sandro Ven 21 Déc 2012 - 21:20

590.000 MILLIARDS de dollars de dérivés hors marché (OTC) en seulement 6 mois
soit un rythme annuel de 1180.000.000.000.000$ par an


http://infreequentable.over-blog.com/article-prochaine-facture-589-524-milliards-113395860.html

Citation :
Prochaine facture : 589.524 milliards ?

Vous avez bien lu…

Près de 590.000.000.000.000 de dollars, c’est le montant de l’argent qui a transité depuis le 1er janvier de cette année et jusqu’au 30 juin dernier via les comptes publiés de la BRI, tableau 4 page 10:

http://www.bis.org/publ/qtrpdf/r_qt1212.htm

Il s’agit des tables du marché des dérivés des OTC comptés au mois de juin dernier…

J’en étais resté à 67.000 milliards le mois dernier… en masse.

Mais la source n’était que sorti tout droit du rapport du Conseil de Stabilité Financière. Autrement dit, non content d’avoir des « encaisses », des créances de plus d’un an de PIB, les dérivés existants tournent 8,79 fois, de main en main, en 6 mois… plus de 17 fois en un an de 12 mois…

C’est mon « pote-américain » qui me signale l’information… helvétique !

Encore un « lecteur anonyme » de ce blog qui m’a ainsi fait savoir que mon post du mois de novembre sur le sujet l’avait bien fait marrer…

Moi, j’en frémis !

Les dérivés hors marché que sont les OTC (over the counter ou OTC en anglais), qui garantissent votre épargne et vos risques patrimoniaux, vos anticipations de création de toutes les valeurs ajoutées du monde entier, représenteraient donc un peu plus de quatre fois la valeur financière de tout ce qui se trouve sur notre planète.

Je l’avais estimé à 708.000 milliards de dollars (583.000 milliards en juin 2007), soit 11,42 fois le PIB mondial annuel…

Lourdement planté !

Ça va, la planète-finance se porte comme un charme, non ?

Ça spécule sans rien dire, faisant ainsi les échéances partout dans le monde avec du fric qui n’existe pas…

Bé non justement que c’en est décidément dramatique.

On nous annonce enfin la fin du monde pour la fin de la semaine.

Pas du tout : Elle a déjà commencé !

Enfin, il s’agit de la fin « d’un monde », tout au plus.

Comment cela va se passer ?

Reprenons : Le marché des OTC (les dérivés) représente seulement des contrats hors marché, ce qui signifie qu'il n'y a aucune obligation pour qui que ce soit de constituer des réserves, en contrepartie, liées à de tels contrats.

Dans un marché OTC, les « acteurs » peuvent parier des centaines de milliers de milliards de dollars ou de « boulons de 12 », même si ils ne possèdent pas un seul kopeck ou la moindre vis, puisque personne ne vérifie.

Encore hier, vous aviez en ligne (dans mes posts du week-end) les explications de Joël Blucher à Monsieur « Monte-Bourre » sur les « engagements hors bilan » et le jeu des écritures où débit est toujours égal crédit : Par définition, le solde est forcément toujours égal à zéro et n’apparaît jamais nulle part.

Comme disent les « CAC professionnels » (Commissaires Aux Comptes, cette fois-ci, ceux qui certifient que les bilans présentés le sont conformément aux normes comptables habituelles et représentent bien une « image fidèle et sincère » des opérations de l’activité d’un exercice donné), puisque les soldes sont toujours nuls, c’est que c’est « non significatif » !

Fermez le ban, il n’y a rien à voir.

Mais vous vous souvenez peut-être encore d’Enron qui avait créé quelques 3.000 sociétés off-shore dans lesquelles elle cachait ses cadavres.

Les actifs et résultats pour la société de façade, qui rend des « une belle image » fidèle et sincère et est destinée à rassurer, à attirer le chaland et l’épargne confiée avec ravissement dans l’espoir de gains futurs avérés mirobolants.

Les pertes et dettes, dans des filiales non consolidées où elles s’entassaient à des échéances toujours repoussées grâce au marché des dérivés (les OTC) et aux soldes « zéro ».

Vous vous souvenez de comment ça s’est terminé quand un « back-office » du « middle-management » s’est planté dans une addition ?

Madoff faisait pareil, mais lui, en plus il versait quand même des dividendes mirifiques : Un système de Ponzi, un peu comme celui de notre assurance-vieillesse (la CNAV et autres complémentaires) admirée par les masses crédules et populaires : Je paye le dividende (les rentes et pensions : Les droits acquis) avec de la souscription volontaire (ou cotisation obligatoirement prélevée).

Et ça marche comme ça pendant des années, voire des décennies.

Jusqu’au moment où ça s’écroule parce que les souscriptions (les cotisations) ne suivent plus le rythme des versements (dividendes ou pensions).

Pareillement, vous vous souvenez de Lehman Brothers et de sa chute en 2008 ?

Là encore, il s’agissait d’une banque de crédit hypothécaire qui prêtait à des ménages insolvables pour acheter ou construire leur sweet-home.

Tant que le marché immobilier croissait, c’était sans souci : Le type qui achète 1.000 sur 10 ans rembourse 100 tous les ans. Comme le marché grimpe, au bout de 5 ans, son bien vaut 1.500 et il se refinance en empruntant de nouveau sur l’hypothèque de garantie qui vaut 50 % de plus.

Pas de problème, il a eu du mal à fournir 400 en quatre ans, alors on lui refile 1.500 pour éteindre les 600 de solde dû, il lui reste 900 avec lequel il va pouvoir assumer 6 ans d’échéance (mais pas 10) à 150 s’il n’est pas trop kon (ou tout bouffer et faire la fête s’il est kon) et de pouvoir recommencer ensuite avec les nouvelles valeurs du marché.

Un « truc » qui a tenu plusieurs décennies, jusqu’à ce que le marché immobilier se soit retourné.

Et, après avoir épuisé « les ficelles » éculées de refinancement à travers les « subprimes » dispersées à travers le monde entier, qui ne sont en fait que des OTC à terme sur de la fausse monnaie, patatras, tout s’est écroulé en 2008.

En fait, on avait depuis au moins 2004 (caché par le phénomène des attentats de 2001), des signaux d’alerte récurrents (les Caisses d’Épargne, notamment dans lesquels les ménages américains puisaient volontiers pour faire leurs échéances, jusqu’à leurs faillites successives).

Et puis justement Enron et des statistiques assez mauvaises aussi depuis 2000…

Et alors, qu’est-ce qui se passe de si alarmant ?

Après tout, si « ça marche » comme ça, pourquoi ça s’arrêterait du jour au lendemain ?

Bé d’abord, la planche à billets (qui n’est que de la matière à OTC en plus) recycle la mauvaise dette publique depuis quelques temps, partout au monde (Europe, USA en premier lieu) : Ce qui alourdit le problème à venir.

Alourdit sûrement (la chute n’en sera que plus brutale), aggrave… peut-être seulement !

Mais aussi parce que de nouvelles lois américaines entrent en vigueur dès le 1er janvier prochain, lois qui ont justement pour but d'éviter les catastrophes financières comme celle qui a tué Lehman Brothers en 2008.

En d'autres termes, il sera désormais interdit de faire tomber le domino américain en premier.

Du coup, les « banksters » sont obligés de faire tomber le premier domino ailleurs à l'avenir.

Résultat, la réaction en chaîne aura bien lieu, mais on ne pourra plus accuser les Américains ! C’est l’objectif de cette loi.

Il faudra se rabattre sur les filiales des banques américaines à l'étranger.

Et un avocat du cabinet Clifford Chance de New York le confirme de son côté : « La nouvelle loi considère que la filiale d'une banque américaine à l'étranger est une entité séparée de son propriétaire. »

Tiens donc !

Le patron de la « Commodity Futures Trading Commission » (CFTC, chargée de réguler notamment les produits dérivés financiers) reconnaît que c'est ce même montage qui a tué Lehman Brothers et Bear Stearns, mais aussi mis à genoux AIG et Citigroup il y a quatre ans, qui se déporte ainsi, via les OTC, sur des filiales sises à l’étranger…

Dès lors, ce « soufflé » pesant quatre fois la valeur de l'univers sautera lorsque suffisamment de gens qui se pensent être à l’abri verront qu'en cas de dommage, ils seront au cœur de la faillite.

D’ici-là, les autorités monétaires continueront à imprimer de l'argent, pour le donner (techniquement, elles parleront d'un prêt, mais il ne sera évidemment jamais remboursé) aux « banksters » en faillite.

Et dès que la vitesse de circulation de la monnaie aura touché le fond et rebondira, le monde connaîtra une période d'inflation comme il n'en a jamais connu sur le plan global.

Si cette étape de création monétaire folle est sautée, alors le monde saute.

Si la création monétaire devient folle elle-même, alors le monde saute.

Vous avez suivi ?

Dans tous les cas, les seuls qui pourraient s’en sortir, ce seront ceux qui ont acheté des petites-unités d’or, en quantité suffisante.

Petite, parce que payer sa baguette de pain avec un lingot, on ne vous rendra jamais la monnaie !

Marrante comme perspective, non ?

Nous restera alors à inventer le « monde d’après »…

Arf, arf, arf !



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12375

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Marché des dérivés / file info en continu
par Lumiere Ven 21 Déc 2012 - 23:30

Le prochain Enron : une facture de 639 000 milliards ?
Article du 11 decembre 2012


Source: Marc Mayor





L’enfant normal, lorsqu’il est pris la main dans le pot de confiture, a tendance à rougir et à baisser le regard. Mais le futur bankster a une réaction toute différente. Il plaide : “c’était pas moi, c’était ma main”.

Arrivés à l’âge adulte, ces individus finissent par diriger des sociétés comme Enron. Comme il faut que ce type d’entreprises déclare des bénéfices chaque trimestre, quoi qu’il arrive, Enron avait créé 3 000 sociétés offshore dans lesquelles elle cachait ses cadavres.

Quand la SEC, gendarme boursier, s’étonna de tels montages, la réponse fusa : “c’est pas moi, c’est ma main”. Autrement dit : “c’est pas Enron, ce sont les coquilles qui nous appartiennent qui sont en faillite”.

En théorie, vous et moi pourrions faire de même. Nous allons à la banque, obtenons un prêt, puis séparons la dette et l’argent. Les billets vont dans notre “bonne banque”, les dettes dans notre “mauvaise banque”. La seule différence, c’est que si vous et moi tentions le coup, nous finirions en prison.

Le marché OTC, la prochaine menace
Depuis plus d’un an, j’attire l’attention des investisseurs sur les dérivés hors marché (over the counter ou OTC en anglais), qui pèsent environ 639 000 milliards de dollars aux dernières nouvelles, selon la Banque des règlements internationaux. Ce montant représente un peu plus de quatre fois la valeur financière de tout ce qui se trouve sur notre planète.

J’insiste sur le fait qu’il s’agit du chiffre représentant seulement les contrats hors marché, ce qui signifie qu’il n’y a aucune obligation pour qui que ce soit de constituer des réserves liées à de tels contrats.

Je m’explique : imaginons que vous et moi faisons un pari. Par exemple vous dites que le premier enfant de la duchesse de Cambridge sera une fille, moi je dis qu’il s’agira d’un garçon ou vice versa.

Dans un marché régulé, si nous parions cent euros, un huissier vérifiera que chacun d’entre nous possède bien la somme misée ; peut-être même qu’il demandera à ce que la somme soit bloquée sur un compte jusqu’au dénouement de l’affaire.

Dans un marché OTC, vous et moi pouvons parier des centaines de milliers de milliards même si nous ne possédons pas un kopeck, puisque personne ne vérifie. Je peux assurer ma maison contre les incendies auprès de votre compagnie d’assurance OTC. Dans mon esprit, j’ai fait ce que doit faire bon père de famille ; dans la réalité, si ma maison brûle, votre assurance fera faillite et ne me paiera pas un sou.

Voici maintenant que la très sérieuse agence Reuters nous informe que des banques comme Morgan Stanley et Goldman Sachs, toutes deux championnes du dérivé OTC, prennent désormais les paris hors des Etats-Unis.

La nouvelle théorie des dominos
Des nouvelles lois américaines entrent en vigueur dès le 1er janvier prochain, qui ont pour but d’éviter les catastrophes financières comme celle qui a tué Lehman Brothers en 2008.

En d’autres termes, il sera désormais interdit de faire tomber le domino américain en premier. Du coup, les banksters ont décidé de faire tomber le premier domino ailleurs à l’avenir.

Résultat : la réaction en chaîne aura bien lieu, mais on ne pourra plus accuser les Américains (analogie : l’enfant). Il faudra se rabattre sur les filiales des banques américaines à l’étranger (analogie : la main).

Gareth Old, un avocat du cabinet Clifford Chance de New York le confirme : la nouvelle loi considère que la filiale d’une banque américaine à l’étranger est une entité séparée de son propriétaire.

Nous en sommes donc arrivés au stade où, du point de vue légal pour les Américains, l’enfant et sa main sont deux entités séparées. Quoi de plus pratique pour qu’à l’avenir l’enfant puisse, à chaque méfait, accuser le membre en question ?

Gary Gensler, patron de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC, chargée de réguler notamment les produits dérivés financiers) reconnaît que c’est ce même montage qui a tué Lehman Brothers et Bear Stearns, ainsi que mis à genoux AIG et Citigroup il y a quatre ans.

Que nous réserve l’avenir ?
Dès lors, voici ce que je parie avec qui voudra : j’affirme que ce soufflé pesant quatre fois la valeur de l’univers sautera lorsque suffisamment de gens qui pensent être assurés verront qu’en cas de dommage, leur contrepartie sera en faillite.

J’affirme que, d’ici-là, les autorités monétaires continueront à imprimer de l’argent, pour le donner (techniquement, elles parleront d’un prêt, mais il ne sera évidemment jamais remboursé) aux banksters en faillite.

J’affirme que, dès que la vitesse de circulation de la monnaie aura touché le fond et rebondira, le monde connaîtra une période d’inflation comme il n’en a jamais connu sur le plan global.

J’affirme enfin que peu de personnes se seront préparées à un tel scénario ; ces investisseurs seront les grands gagnants de cette occasion unique, un peu comme un joueur professionnel à la table de poker, qui pourrait plumer plusieurs milliers de gens à la fois.

Vous en doutez ? Je suis prêt à parier avec vous, le montant que vous voudrez ; tant que tout cela reste OTC bien sûr…

   Lumiere

  Piano bar
 Piano bar

  avatar

  Inscription :   03/01/2012
  Messages :   874

Revenir en haut Aller en bas
MessageBMPS, la plus vieille banque du monde , au coeur d'une nvelle affaire de dérivés
par marie Jeu 24 Jan 2013 - 11:25

Comme d'habitude, on feint l'étonnement et la surprise ...



Italie: scandale autour de la plus vieille banque du monde, en plein sauvetage



Le vaste scandale de produits dérivés qui frappe Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS) ébranle le monde de la finance italienne et jette une ombre sur l'opération de sauvetage du gouvernement de Mario Monti pour remettre à flot la plus vieille banque du monde, née en 1472.

La nouvelle, révélée mardi par le journal Il fatto Quotidiano, est particulièrement mal tombée pour la banque toscane, qui s'apprête à recevoir sous forme d'obligations un prêt de 3,9 milliards d'euros de la part de l'Etat. Une assemblée générale d'actionnaires, prévue vendredi à Sienne pour mettre sur pied l'opération, s'annonce houleuse.

BMPS a dû confirmer mardi que l'opération sur produits dérivés dite "Alexandria", menée en 2009 avec l'aide de la banque japonaise Nomura, était bel et bien un cadavre dans son placard, susceptible de peser lourdement sur ses résultats de 2012. Son titre en Bourse a réagi en conséquence, dégringolant de 5,68% mardi et de 8,43% mercredi en clôture.

BMPS s'est efforcée de rassurer mercredi soir dans un communiqué, affirmant être, grâce au prêt public, "en position d'absorber les conséquences (liées) aux opérations en question".

L'analyse de la transaction incriminée -et de deux autres: "Santorini" et "Nota Italia"- est en cours depuis octobre 2012 et certains aspects de leur structure pourraient être renégociés, a indiqué la banque, qui a promis plus d'informations d'ici la mi-février. Le quotidien économique Il Sole 24 Ore avance pour sa part une perte "largement supérieure à 2 milliards d'euros" pour 2012, dont au moins 220 millions à mettre au compte d'"Alexandria".

La Banque d'Italie de son côté a fait savoir que "la vraie nature de certaines opérations" menées par BMPS n'était apparue que "récemment" grâce à l'initiative de ses nouveaux dirigeants et des enquêtes sont en cours à laquelle ceux-ci "collaborent", selon un communiqué de la banque centrale.

Le scandale, qui semble loin d'être terminé, a déjà fait une première victime, Giuseppe Mussari, qui fut successivement président de la Fondation Monte dei Paschi di Siena, principal actionnaire de BMPS (34,94% du capital), puis de la banque elle-même entre 2006 et 2012.

Mis en cause directement dans l'affaire Alexandria mais se disant "convaincu" d'avoir bien agi, il a annoncé mardi soir sa démission du poste de l'Association bancaire italienne (ABI), qu'il occupait depuis 2010. C'est également sous son mandat que BMPS avait acquis fin 2007 Banca Antonveneta auprès de l'espagnol Santander pour 9 milliards d'euros, transaction au montant jugé beaucoup trop élevé et qui fait l'objet d'une enquête.

Le coup est dur pour les actuels dirigeants de la banque, son président Alessandro Profumo, ancien patron du géant UniCredit, et son directeur général Fabrizio Viola. Sans compter que son écho est largement amplifié par la campagne électorale en cours en Italie pour les législatives des 24-25 février.

Nommés tous deux début 2012, ils ont entrepris de réduire massivement le nombre d'agences bancaires et surtout de renflouer un groupe mis à genoux par sa forte exposition à la dette souveraine italienne (plus de 20 milliards d'euros de titres) et sommé par l'autorité bancaire européenne (EBA) de renforcer ses fonds propres.

D'où l'opération en cours, dite des "Monti bonds", qui prévoit la prochaine émission de jusqu'à 3,9 milliards d'euros d'obligations destinées à l'Etat, dont 1,9 milliard devant remplacer une première aide obtenue en 2009.

L'assemblée générale de vendredi vise à valider une augmentation de capital de 4,5 milliards destinée à aider la banque à rembourser cet emprunt. Si elle n'y parvenait pas, l'Etat entrerait à son capital, une hypothèse toutefois écartée par M. Viola: "L'Etat ne veut pas prendre de participation. Il a tout fait pour l'éviter", a-t-il déclaré au Financial Times avant les dernières révélations sur Alexandria.

La Fondation a pour sa part fait savoir qu'elle envisageait des poursuites à l'encontre de l'ancienne direction de la banque. Plusieurs responsables politiques en campagne se sont saisis du scandale pour fustiger les "faveurs" accordées par M. Monti à BMPS et attaquer le Parti Démocrate de Pier Luigi Bersani, favori pour les élections et considéré comme proche de la banque. D'autres redoutent tout haut que cette crise bancaire n'en annonce d'autres, alors que l'Italie se trouve toujours en pleine récession.



source



Merci à Jigé pour m'avoir fait passer l'info



tchin



© Marie Forum Argent Or. reproduction interdite : pas de copier-coller. Faites un lien vers ce post. Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook

   marie

  Skipper
 Skipper

  avatar

  Inscription :   05/02/2005
  Messages :   19741

Revenir en haut Aller en bas
MessageRe: Marché des dérivés / file info en continu
par g.sandro Jeu 24 Jan 2013 - 11:56

Quel mauvais esprit, décidément, vous voyez le mal partout...!!!
Mais puisqu'on vous dit que tout va mieux et que la crise est finie, pourquoi n'êtes-vous pas rassurés à la fin?

Conspirationnistes va !

aaarf aaarf r.ire aaarf aaarf



Silver is king, Go Gold !
© G.Sandro Forum Argent Or, pas de copier collé, faire un lien vers ce post
Suivez Hardinvestor sur Twitter et sur Facebook


   g.sandro

  Captain
 Captain

  avatar

  Inscription :   04/02/2005
  Messages :   12375

Revenir en haut Aller en bas
Marché des dérivés / file info en continu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hardinvestor :: Argent - Or - Monnaie - Géopolitique / Forums publics :: Economie/Monnaie, Géopolitique, Environnement-Santé-
Sauter vers:




cours de l’or en dollar   cours de l’argent en dollar   cours du Hui   cours de l’or en euro   cours de l’argent en euro   ratio or argent